Royaume des ténèbres: où ont lieu les nuits polaires les plus longues de Russie?

Reuters
En hiver, il n'y a ni levers ni couchers de soleil dans le nord de la Russie. Comment l'obscurité 24h/24 affecte-t-elle la vie des gens ordinaires?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Imaginez : vous vous réveillez, il fait sombre ; vous vous couchez - il fait sombre, et pendant la journée, vous pouvez à peine discerner les contours de la ville dans la brume glaciale. Ce phénomène naturel dans lequel le soleil ne pointe presque pas au-dessus de l'horizon s'appelle la « nuit polaire ». On l'observe dans les endroits situés au-delà du cercle polaire arctique (au-dessus de 66°33’LN) - en Russie, de tels territoires couvrent environ 20% du pays ! Dans l'Arctique, il commence à faire sombre au début du mois d'octobre, et à partir de la fin de l'automne, le soleil n'apparaît pratiquement pas au-dessus de l'horizon, seules la neige blanche et les aurores boréales ajoutant un peu de lumière. Le soleil ne revient qu'à la fin de l'hiver. Les nuits polaires les plus courtes ont lieu à Salekhard, la capitale de Iamalo-Nénétsie, et dans le sud de la région de Mourmansk. Elles sont souvent appelés « incomplètes » car le soleil apparaît encore brièvement. Mais plus on s’éloigne au nord du cercle polaire, plus la nuit dure : l’obscurité s’installe alors pendant des semaines.

Dikson, région de Krasnoïarsk - 80 jours

Ce village à la lisière de la péninsule de Taïmyr est qualifié de désert arctique. C’est le royaume du pergélisol, de l'hiver éternel et des vents éternels. La neige tombe dès septembre et dure jusqu'en mai ! À Dikson, la nuit polaire commence le 10 -11 novembre et dure jusqu'au début du mois de février. Le village se vide rapidement - si dans les années 1980 environ 5 000 personnes y vivaient, on en compte aujourd'hui un peu plus de 500 habitants seulement.

>>> Comment survivre face au vent le plus violent de la planète, le Ioujak?

Tiksi, Iakoutie - 67 jours

Dans un petit village du nord de la Iakoutie, la nuit polaire dure du 17 novembre au 25 janvier. « Ce n'est pas tout à fait obscur 24 heures sur 24. À mon retour de l’école, probablement entre 13 et 15 heures de l’après-midi, il y avait un peu de lumière, puis il faisait de nouveau sombre,se souvient l’ancienne résidente de Tiksi Ioulia Bogoslova. Sur les rebords de fenêtre, des lampes fluorescentes étaient allumées pour que les plantes survivent... Mais il y avait des aurores boréales incroyables ! C'est un spectacle indescriptible ».

Pevek, Tchoukotka - 50 jours

Officiellement, Pevek est la ville la plus septentrionale de Russie. Et c’est aussi l'une des plus petites. Aujourd'hui, seulement 2 500 personnes vivent ici - 10 fois moins que sous l’URSS. Comme dans de nombreuses villes de l'Arctique, vous ne pouvez vous y rendre qu’en avion (et en été - par la mer), et toutes les maisons sont peintes de couleurs gaies. Ici, le vent appelé Ioujak souffle souvent – c’est l'un des vents les plus terribles du monde. La nuit polaire commence ici le 27 novembre et se termine le 16 janvier.

« Pour moi, un moment difficile est la nuit polaire, chaque fois j'essaie de survivre,explique Valeria Silina, qui a déménagé au nord de Voronej (une ville d'un million de personnes dans le sud de la Russie). Et si l'année dernière c'était une période de dépression prolongée, cette fois l’organisme devient tout simplement fou. Toute la journée, je veux dormir, mais à minuit mon horloge biologique annonce qu'il serait bien de repasser ou de regarder une série. Si vous n’avez pas réussi à vous envoler vers des pays chauds, chanter dans un bain chaud avec des huiles aromatiques vous aidera. Ainsi que les rêves : ils sont comme un soleil dans la froide nuit polaire - ils rendent la vie plus chaude et plus lumineuse ». 

Norilsk - 45 jours

À Norilsk (territoire de Krasnoïarsk), la nuit polaire dure du 30 novembre au 13 janvier environ. Un peu de lumière apparaît de 13h à 14h – « lumière » est un bien grand mot, il fait juste un peu moins sombre.

Ici, il fait en outre beaucoup plus froid - à l'automne, le mercure peut chuter jusqu'à moins 30 ! Ajoutez à cela les vents de Taïmyr (la péninsule est appelée « cimetière des cyclones atlantiques ») et l’absence de végétation, et la journée habituelle d'un habitant de Norilsk dans la nuit polaire aura des allures de véritable exploit. Cependant, même dans cette région difficile, les gens trouvent de la beauté.

>>> Tourisme de l’extrême: que faire à Norilsk, ville industrielle du Grand Nord russe?

« Je suis moi-même originaire d’une contrée chaude, mais la période d’adaptation dans le Nord a été facile pour moi, explique un résident. Lors d'une nuit polaire à Norilsk, je me sens comme dans un conte de fées, c'est comme un Nouvel an éternel ». Les résidents de Norilsk se voient également rappeler constamment de prendre un complément en vitamines (principalement huile de poisson et vitamine D) et de faire du sport.

Mourmansk - 41 jours

Environ 300 000 personnes vivent à Mourmansk : c'est la plus grande ville du monde située au-delà du cercle polaire. Au tout début du mois de décembre, la nuit polaire commence. Le soleil ne reviendra que 41 jours plus tard. En règle générale, la nuit dure du 1er ou 2 décembre au 10-11 janvier. L'un des résidents de Mourmansk a filmé près de 24 heures d'obscurité (c’est un peu plus lumineux vers le déjeuner).

« Ce n’est pas très romantique ici,écrit un habitant de Mourmansk sur un forum. La première semaine passe encore, puis cela commence à être fatigant. La dépression commence, les gens se perdent dans le temps, l'insomnie s’installe, et on voudrait au moins apercevoir le soleil. La meilleure façon de supporter sereinement la "nuit polaire" est de visiter les centres de divertissement, le théâtre, d’aller au cinéma, de faire du sport, c'est-à-dire de se distraire et ne pas se laisser de temps libre pour des pensées inutiles ».

C'est la raison pour laquelle vous pouvez voir dans la ville un éclairage artificiel très lumineux - il est essentiel pour que les habitants ne sombrent pas dans la dépression. Un bonus pour ceux qui veulent de la lumière : les aurores boréales. On peut les admirer même en ville, bien qu'il soit préférable, bien sûr, de voyager dans les régions septentrionales et de les observer en pleine nature. Soit dit en passant, la région de Mourmansk est l'endroit le plus populaire pour les touristes qui « chassent » les aurores boréales. Pour les écoliers de la région, pendant la nuit polaire, les cours commencent plus tard et leur durée est réduite de cinq minutes.

>>> Prisons ou havres de paix: à quoi ressemble la vie dans les villes fermées de Russie?

« C'est une petite dépression, écrit une autre jeune femme. À Mourmansk, vous pouvez tout supporter : froid, vent, bâtiments vétustes, ennui. Mais la nuit polaire me tue. Et pendant deux ans, j'ai vu des aurores boréales seulement deux fois, et encore pas complètement. Les deux à l'automne ».

Mourmansk a pour tradition d’accueillir le soleil après une nuit polaire. Les habitants de la ville se réunissent au point le plus élevé - la colline Solnetchnaïa (« solaire ») pour voir les premiers rayons du soleil quand il est de retour.

Narian-Mar - 25 jours

La capitale du district autonome des Nenets est une petite ville de seulement 25 000 habitants. Narian-Mar est considérée comme le centre du tourisme arctique : les gens viennent ici pour faire un tour à dos de cerf ou en motoneige, voir les aurores boréales et admirer la toundra sans fin. Et tout cela avec un froid de -40 degrés et une obscurité constante. Ça fait envie, n’est-ce pas ?

La nuit polaire dure ici du 9 ou 10 décembre au 1er - 2 janvier - il existe dans la ville une tradition consistant à « accompagner le soleil ». Ce jour-là, les éleveurs de rennes cessent se déplacer et s'installent sur les pâturages d'hiver.

Vorkouta - 11 jours

Dans la « ville des mineurs », la nuit polaire est plutôt courte - seulement 11 jours à la mi-décembre. Mais cela ne signifie pas que le reste du temps la vie soit facile ici. L'enseignante Anna Sorokina, qui a déménagé de Vorkouta à Moscou, explique qu'en hiver, il règne un crépuscule presque constant accompagné d’un froid de -40°C et de vent qui « souffle les tuiles des toits ». « En prime, les aurores boréales se produisent périodiquement et dans la ville se promènent des cerfs - le moyen transport des populations autochtones locales, les Nenets - qui viennent en ville pour faire des courses ».

Pourquoi la Russie est-elle si impressionnante ? Pour savoir la réponse jetez un œil à notre publication.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies