En Russie, des internautes partent en guerre contre Aeroflot à cause d’un gros chat

Mikhaïl Galine
Un client fidèle a dû payer cher pour avoir fait passer son chat bien en chair dans la cabine de l’avion, violant ainsi le règlement de la compagnie aérienne russe Aeroflot. Mais il s’avère que pour les Russes, les matous valent plus que n’importe quelles règles.

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Cette saga a commencé lorsqu’un Russe est parvenu à tromper la première compagnie aérienne Aeroflot en faisant passer, à la pesée, un autre chat (assez mince) pour le sien, qui avait été jugé trop gros pour effectuer le trajet en cabine.

Mikhaïl Galine et son compagnon de voyage – le chat Viktor – devaient se rendre de Riga à Vladivostok avec une correspondance à Moscou. Et si en Lettonie le matou a été admis dans la cabine, dans la capitale russe, l’employée l’a pesé et, constatant que le poids de l’animal était supérieur à la norme de 8kg posée par la compagnie, a exigé qu’il soit transporté en soute.

Aeroflot bonus

Comme l’a expliqué Galine dans sa confession publiée sur Facebook à l’issue du vol, craignant que son ami à quatre pattes ne survive pas à un tel trajet, il a acheté un autre billet pour le vol du lendemain, cette fois en classe affaire. Ensuite, il a trouvé sur Facebook un animal ressemblant au sien, mais plus mince, et c’est ce dernier qu’il a présenté aux employés de l’aéroport au lieu de son Viktor lors de l’enregistrement des bagages.

Deux kilogrammes d’un chat britannique sont deux kilogrammes du Royaume-Uni

La publication dans laquelle Galine a fait part de l’arnaque à laquelle il a dû avoir recours au nom du salut de son animal de compagnie a fait un buzz, devenant très vite virale. Bien évidemment, cette publication a fini par attirer l’attention d’Aeroflot, qui ne l’a point appréciée.    

Deux kilogrammes ne sont pas un crime

La réaction de cette dernière n’a pas tardé : une enquête a été lancée et les vidéos du moment de l’échange de chats captées par les caméras de surveillance ont été retrouvées. En guise de punition, l’amateur d’animaux a été exclu du programme de fidélité et privé des quelque 400 000 « miles » qu’il aurait accumulés au fil du temps.

Bienvenue ! Nous sommes heureux de voir tous les chats depuis 1926

Néanmoins, l’opinion publique s’est rangée du côté de Galine et des internautes ont inondé la Toile de mèmes visant à épingler la compagnie :

« Collègues, nous avons un gros chat à bord. Que faire ? »

-       « Plaçons-le en soute, il mourra à 100% »

-       « Privons son propriétaire des bonus »

-       « Offrons-lui un abonnement gratuit à la gym, cela nous fera une bonne pub »

Vols VIP pour les chats et leurs hommes

Certains mèmes ont été accompagnés du hashtag #potenestpasunbagage

« Mon chat, mes règles, mes miles »

Quoi qu'il en soit, Viktor le matou semble avoir bien apprécié son siège en classe affaire et la société n’y peut rien, le chat n’ayant pas de bonus, au moins pour le moment. Miaou!

Dans cet autre article, nous vous présentions Mostik, le chat ayant supervisé la construction du gigantesque pont de Crimée.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies