Et si les victimes des purges staliniennes vivaient parmi nous aujourd’hui?

Nikolaï Falman (1912-1938).

Nikolaï Falman (1912-1938).

Hassan Bakaev
À l’occasion de la Journée nationale du souvenir des victimes des répressions politiques, un artiste russe a réalisé des collages photographiques dans lesquels il a transporté des victimes des purges staliniennes dans notre quotidien. Même s’ils sont devenus viraux, ces clichés ont provoqué une réaction mitigée au sein de la société.

« Pourquoi tous ces beaux jeunes gens ont-ils été tués ? » - c’est cette question que s’est posée l’illustrateur Khassan Bakhaïev après avoir découvert en ligne des clichés de gens assassinés sous Staline, à la fin des années 30 du siècle passé.

Il a été tellement impressionné par ces jeunes visages qui auraient pu connaître un destin différent, qu’il a décidé de les transporter dans notre quotidien, ne serait-ce que par le biais de collages photographiques.

Son objectif était de montrer à quel point ces victimes étaient proches de nous. En publiant ces clichés sur sa page Facebook il ne s’attendait pourtant pas à ce qu’ils deviennent viraux - en cinq jours les collages ont recueilli près de 17 000 mentions « J’aime » et ont été partagés près de 11 000 fois.

La plupart des internautes ayant laissé leur commentaire en bas de la publication ont remercié l’artiste pour ce projet. Toutefois, d’autres ont critiqué l’initiative, la jugeant outrageante vis-à-vis des victimes.

Tamara Litsinskaïa (1910-1937)

Raïssa Botchlen (1917-1937)

Evguenia Iaroslavskaïa-Markon (1902-1931)

Fridrikh Boroch (1913-1937)

Kozma Grigoriev (1916-1937)

Oleg Korzoun (1913-1938)

Pavel Vasiliev (1910-1937)

Izrael Nissenbaum (1900-1937)

Piotr Ollekkainen (1907-1938)

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer