Coaching en séduction: ces femmes russes formatées pour dénicher leur «prince» étranger

Getty Images
Sur un site de rencontres, c’est le profil d’une jeune femme russe qui vous a attiré. La discussion s’est engagée et il vous semble qu’elle a mordu à l’hameçon... Attention, il est possible que ce soit elle la chasseuse et vous la proie. En Russie, n’importe quelle jeune femme peut, il est vrai, suivre des cours orientés sur la séduction du prince charmant d’outre-frontière.

Une agréable brune pulpeuse est focalisée sur ce qu’elle écrit sur un bout de papier posé sur ses genoux. D’autres personnes présentes dans la pièce – une femme au carré strict et en veste rouge, une blonde attrayante et mince, une jeune fille ressemblant à une écolière et un jeune homme aux cheveux bouclés – font de même.

« Sveta, qu’est-ce que ça donne ? », demande une blonde, la quarantaine, assise en face de ce quatuor. C’est Irina Emelianova, l’animatrice de la formation. Elle se présente comme épouse et mère de deux enfants, psychologue spécialisée et, pour combler la liste : hypno-énergothérapeute.

Lors de la toute première leçon, les participants devaient définir leur objectif.

>>> Les femmes russes s'attendent-elles à ce que vous payiez l’addition?

« Disons que je voudrais me débarrasser de crédits, améliorer les relations avec mes enfants, trouver un mari... », répond discrètement la brune en regardant sa feuille.

« Non, tout est faux. Écrivez : "Je suis libre, indépendante et possède l’amour de toute ma vie! " C’est avec un tel message vous devez vous présenter, vos crédits n’y sont pour rien », l’interrompe Irina.

Les autres participants se mettent eux aussi à rayer ce qu’ils avaient rédigé.

C’est ainsi que se déroule un entrainement de séduction d’hommes, dont les étrangers, dans un bureau au centre de Moscou. Si le premier cours est gratuit, chaque leçon suivante coûte la bagatelle de 7 200 roubles (100 euros).

Séduction en ligne et dans la vie

Imaginez que vous examinez le profil d’une jeune femme russe sur Tinder. Cette blonde aux yeux bleus aime voyager, adore cuisiner et promet de s’occuper de l’élu de son cœur. Et vous vous dites que vous avez enfin trouvé celle que vous avez tant cherchée. Prenez donc en compte qu’il se peut que quelqu’un d’autre ait rempli son formulaire.

Bien que le stéréotype selon lequel les femmes russes ne rêvent que d’épouser un étranger sombre progressivement dans l’oubli, des formations en ligne axée sur la rédaction de formulaires sur des site de rencontre et sur l’échange avec les étrangers subsistent.

Une des fondatrices de ce type de formations, Rina Piantanidi, qui a épousé un Grec, explique sur sa chaîne YouTube comment conquérir le cœur d’un étranger. La plupart de ses abonnées sont des femmes de plus de 30 ans.

>>> Le «vrai homme» vu par la femme russe

« La femme qui veut aimer et être aimée – c’est génial », dit-elle dans un de ses directs. « Une femme simple et normale – ce sont deux critères essentiels pour un étranger. Une femme originale, ils s’en tapent ».

Selon elle, il ne faut jamais demander à un étranger qu’il leur donne quoi que ce soit, car sa « mentalité est différente ». Il ne faut pas non plus leur montrer qu’on est assez autosuffisante et il ne faut surtout pas dire qu’on cherche un homme riche – cela le repoussera. Le meilleur moyen pour séduire un étranger, selon Piantanidi, est de se montrer tendre, affectueuse et attentive.

En outre, ce sont des agences matrimoniales se spécialisant dans la recherche d’hommes vivant à l’étranger qui aident les beautés russes à remplir leurs formulaires.

L’une de ces structures se présente comme « accélérateur pour les femmes voulant rencontrer des étrangers ». Outre former le comportement de ses disciples, elle présente le profil d’étrangers cherchant leur seconde moitié en Russie. Les services sont payants aussi bien pour les uns que pour les autres. Toutefois, le montant n’est pas précisé.

>>> Les femmes russes peuvent-elles pardonner une infidélité?

« Dans un premier temps, nous utilisons des smileys, menons un bavardage gai. Nous vous déconseillons strictement d’évoquer des problèmes financiers, les hommes qui vous ont abandonnée, les maladies et la situation politique dans le pays », écrit l’un de ces « accélérateurs » sur Telegram. En tant que thèmes « idéaux », il propose « le football, les voyages ainsi que les photos de nourriture et de vos promenades dans un parc ».

Au bout du compte, la femme russe peut mettre de côté plusieurs centaines d’euros (le montant exact est inconnu) et s’inscrire aux cours d’Alex Lesley, l’un des sex-coachs les plus célèbres en Russie. Il propose d’organiser des formations personnelles sur Ibiza, dans le cadre desquelles il promet de préparer des « chasseuses » cherchant à séduire des top-managers, célèbres musiciens, photographes et entrepreneurs (et pas qu’étrangers).  

Que veulent les femmes ?

« Pour forcer l’homme étranger à gagner bien sa vie, il faut le motiver », confie Irina Emelianova au groupe venu suivre sa formation. Selon elle, il n’y a aucune différence entre les hommes russes et étrangers. Elle assure que la mentalité n’est qu’une formalité et qu’au bout du compte tous les hommes veulent pratiquement la même chose.

Les participantes, quant à elles, avouent vouloir épouser un étranger pour, avant tout, se défaire de crédits, du travail et du ménage qui pèsent sur elles.  

>>> Au-delà des stéréotypes: comment se comporter avec une femme russe moderne

« Je n’ai pratiquement pas de temps pour moi-même. Je suis fatiguée, toutes mes forces partent au travail. Et chez nous, tous les mecs sont avides. Quant aux Américains, ils sont francs et sincères – ils ne trahiront pas », explique ses motifs l’une des participantes au training.

Les autres acquiescent de la tête et il n’y a qu’Artiom, ce jeune homme aux cheveux bouclés, qui est embarrassé.

« Je veux conquérir une jeune femme russe. Mais maintenant je vous comprends un peu mieux et [je la comprends mieux, ndlr] elle aussi », résume-t-il.

L’argent ne fait pas tout

Les femmes russes sont avant tout attirées par les perspectives et le niveau de vie élevé en Europe et aux États-Unis, estime la psychologue Irina Ryjkova. D’autant plus qu’avec l’âge, le cercle de prétendants potentiels se rétrécit.

« Sur le marché matrimonial local, il reste peu d’hommes de plus de 30 ans célibataires, et le contraire pour les femmes. Donc les représentantes de la gent féminine tournent leur regard vers l’étranger », estime-t-elle.

Parallèlement, beaucoup de femmes accumulent à l’issue de relations passées un lot d’expérience négative. Le risque existe donc qu’elles transportent ces problèmes dans de nouvelles relations avec un étranger.

>>> Pourquoi le sexe le premier soir est plus commun que vous ne le pensez en Russie

« Les étrangers ne se précipitent pas pour officialiser la relation et, le plus souvent, nos femmes se voient obligées de miser sur des hommes âgés. Mais même eux ne sont pas toujours prêts à assumer entièrement les dépenses de leur compagne comme beaucoup de femmes russes voudraient », explique Ryjkova.

Cela ne veut toutefois pas dire qu’un étranger ne devrait en aucun cas se marier avec une Russe, précise-t-elle. L’essentiel est de s’assurer que son aspiration n’est pas guidée que par l’intérêt financier et que les sentiments sont de mise.

« D’ailleurs, des mariages arrangés étaient conclus il y a 100 ou 200 ans. Mais il est essentiel que ce soit une relation sincère et transparente et que les conditions arrangent les deux partenaires. De nos jours, le mensonge ne servira pas de fondement pour une relation », résume Irina Ryjkova.

Dans cet autre article, découvrez ces Russes qui, au contraire, ont choisi le célibat.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies