Bons partis: les jeunes femmes célibataires les plus riches de Russie

Pixabay, Getty Images
Dans la vie de ces filles, rien ne manque, sauf un mari. Mais les prétendants sont si nombreux qu’elles doivent choisir avec un soin particulier…

Esther Chenkman, 26 ans

Sa famille : fille de l'homme d'affaires Alexander Chenkman, président du conseil d'administration d'Amedia TV (quatre chaînes et le service de streaming russe Amediateka). Sa fortune est inconnue.

Fille d’un magnat des médias, Esther a fait carrière dans l'industrie de la mode et s'est fait un nom dans ce milieu professionnel, où elle est connue pour ses mérites et non en raison de son père influent. Esther est diplômée de la Parsons Design School (l'une des plus prestigieuses écoles d'art au monde) et a déjà réussi à travailler dans 25 pays.

Bien que le père d'Esther ait longtemps co-organisé Nouvelle vague - un concours de musique qui a lieu en Lettonie, où le gotha des milliardaires du monde entier se réunissaient pour faire connaissance - la jeune fille est toujours un cœur à prendre. Actuellement, elle écrit au sujet de la mode sur son blog et travaille comme styliste personnelle, voyageant entre les cabines d'essayage des grands magasins de Moscou, de Londres et de New York.

Lara Vinokourova, 21 ans

Sa famille : le « roi » du domaine pharmaceutique Semion Vinokourov, responsable de la société Genfa. Sa fortune est inconnue. Le chiffre d'affaires de l'entreprise dépasse 100 millions de dollars.

Le père de Lara dirige la société russe Genfa (qui fait partie de la société suisse du même nom), et son frère, Alexander Vinokourov, est le gendre du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le chef de la société d’investissement A1. Ainsi, Lara peut être qualifiée de « bébé pesant plusieurs millions de dollars ».

Lara a passé un an et demi à la prestigieuse école américaine Ross, et une autre année et demie à la Leys School de Cambridge. Aujourd'hui, elle étudie à Londres en tant que psychologue légiste et tente de démêler des crimes complexes. Elle se repose à Ibiza et à Dubaï, surfe en Sardaigne, pratique le crochet droit à l’académie de boxe Fight Nights, mais elle dit qu’elle rentrera finalement en Russie : « J’aime vivre au Royaume-Uni, mais je vivrai là où se trouvent ma maison, ma famille et des gens avec une mentalité russe ». Elle n’a que deux exigences pour son futur mari : « Pour commencer, faire au moins un mètre quatre-vingts. Et il doit avoir un bon sens de l'humour ».

Viktoria Mikhelson, 27 ans

Se famille : fille de Leonid Mikhelson, président du conseil d’administration de Novatek, l’une des plus grandes sociétés gazières de Russie, et président de Sibour, un important groupe pétrochimique. Sa fortune est évaluée à 24 milliards de dollars.

En 2019, Leonid Mikhelson a dirigé le classement Forbes pour la Russie en devenant l'homme d'affaires le plus riche de Russie. La part de la fille dans l’héritage du père est de 12,2 milliards de dollars.

Viktoria Mikhelson vit entre Londres et New York et est engagée dans la fondation V-A-C, créée pour elle, qui soutient de jeunes artistes russes. Depuis 2018, elle est également (selon le registre unifié des entités juridiques) l'unique propriétaire de la société de construction Nova, filiale de l'entreprise gazière Novatek.

La jeune fille ne donne pratiquement pas d'interviews, ne communique pas beaucoup avec les Russes, continue de recevoir des cadeaux somptueux de son père (il n'y a pas si longtemps, selon les médias, il lui a offert un appartement de type penthouse de 461 m² pour un milliard de roubles) et dissimule soigneusement sa vie privée. Mais, à notre connaissance, elle n'est toujours pas mariée.

Sofia Abramovitch, 24 ans

Sa famille : fille de Roman Abramovitch - entrepreneur, investisseur privé, 10e place du classement Forbes, fortune de 12,4 milliards de dollars.

Sofia est considérée comme l’une des jeunes femmes célibataires les plus riches de Londres : elle possède plusieurs milliards de patrimoine, se repose à proximité du couple Beckham, vit dans trois hôtels particuliers, se déplace dans un Range Rover blindé et monte sur le yacht Eclipse de son père - le plus cher et le plus grand au monde.

En raison de ses formes et son amour pour les micro-maillots de bain et les robes fendues, la jeune fille a été tournée en dérision sur Instagram, suite à quoi elle a fermé son compte pendant un certain temps... pour perdre du poids. Mais si elle reste fidèle à une chose depuis son enfance, ce sont des chevaux. La passion de Sofia est le sport équestre. Elle en fait au niveau professionnel et occupe les premières places des tournois internationaux.

Sofia Goutserieva, 28 ans

Sa famille : fille de Mikhaïl Goutseriev, propriétaire du conglomérat diversifié Safmar, avec une fortune de 3,7 milliards de dollars.

Bien que Mikhaïl Goutseriev ait transféré sa part dans l'entreprise à son fils, sa fille Sophia fait toujours partie des jeunes célibataires les plus riches. De plus, personne ne doute que, pour le bonheur de sa fille bien-aimée, la famille est prête à tout. Il y a déjà eu un précédent : le mariage de son frère, Saïd Goutseriev, a choqué Moscou en 2016, la robe de mariée coûtant 25 millions de roubles (378 000 dollars).

Sofia est diplômée de la faculté de langues étrangères de l'Université d'État de Moscou et travaille comme directrice adjointe dans l'un des centres commerciaux de son père. Le mariage n’a pas encore été évoqué, la famille n’ayant pas trouvé de prétendant valable. La routine quotidienne de Sofia est décrite ainsi : « Elle se réveille à huit heures et demie du matin, se lave, monte dans sa voiture et part à neuf heures et demie pour ses affaires. À 18 heures, elle se rend à la salle de fitness. C'est toute sa vie. Elle a des amies. Il y a des gars avec qui elle discute. Pourquoi pas, ça ne me dérange pas », a déclaré Mikhaïl Goutseriev.

Polina Galitskaïa, 23 ans

Sa famille : fille du fondateur du réseau de commerce de détail Magnit Sergueï Galitski possédant une fortune de 3,4 milliards de dollars.

L’homme d'affaires célèbre n'a jamais voulu que sa fille unique suive ses traces : « Je veux que mon enfant grandisse normalement et je ne veux pas que ma fille fasse des affaires, car la femme et l’entreprise sont des concepts différents », a estimé Galitski dans une interview au quotidien Vedomosti en 2010.

Les Galitski aiment généralement le silence et la modestie. Parmi les enfants de l’oligarque, Polina est presque la seule à ne pas avoir étudié à l'étranger, ni même à Moscou. Comme ses parents, elle est diplômée de la faculté d'économie de l’Université d’État du Kouban (sud de la Russie). Dans le même temps, le père a déclaré qu’il ne « modéliserait » pas le choix de sa fille - professionnel ou personnel - et la laisserait pas faire ses propres erreurs. Et c'est ce qui s'est passé. En 2015, elle s'est mariée, mais l’union a duré moins d’un an. En 2018, elle a ouvert le club de fitness Sayklklab, mais la liquidation de la société a commencé en 2019.

Daria Aven, 25 ans

Sa famille : fille du banquier Piotr Aven détenant une fortune de 5,2 milliards de dollars.

Daria est titulaire d’un diplôme d’histoire à l’Université de Yale, puis a fait un stage chez Sotheby’s. La jeune fille éprouve depuis longtemps un fort intérêt pour l’art. « Parfois, Dacha m'appelle et demande : "Papa, connais-tu ce poème?" Et elle commence à lire un Akhmatova dont je ne me souviens même pas », a confié Piotr Aven à Tatler.

Le père a laissé ses enfants grandir (il a aussi deux fils jumeaux) comme ils le souhaitent, sans distinction de statut. Daria loue actuellement un appartement à New York et travaille chez Estée Lauder, où elle occupe un poste modeste.

Qui seront les plus riches héritiers de Russie ? Trouvez la réponse dans cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies