Au-delà des stéréotypes: comment se comporter avec une femme russe moderne

Natalya Nosova
Mise en garde: Non, Natacha de la rue Nikolskaïa ne bave pas sur votre chair (ou votre portefeuille).

Blague occasionnelle sur une mariée russe par correspondance ; guide pour les fans argentins sur la façon de plaire aux filles russes... Tout cela s’ajoute à un stéréotype massif selon lequel les femmes russes sont trop conservatrices (elles vous cuisineront les meilleurs dîners sans rien demander en retour) et en même temps faciles à obtenir (elles vous sauteront dessus si vous agitez votre passeport français dans leur direction).

Comme d'habitude, ces stéréotypes sont éloignés de la réalité. Alors qu'il y a encore beaucoup de femmes en Russie qui ont une attitude conservatrice envers les rôles de genre ou sont de simples chercheuses d'or (comme dans n'importe quel pays), un nombre croissant de femmes modernes instruites réclament l'égalité des droits. Elles se sentiront offensées si on leur dit qu’elles cherchent un étranger plutôt qu'un partenaire respectueux, qu'elle que soit sa nationalité.

Lire aussi : Fruit interdit? Les femmes russes mises en garde contre les Don Juan étrangers pendant le Mondial

Toutes ne sont pas féministes (bien qu'il y en ait beaucoup en Russie aussi), mais elles constatent les petites et grandes iniquités dans la société russe et exigent le respect et l'égalité des sexes. Nous avons parlé à quelques femmes en Russie qui partagent cet état d'esprit et leur avons demandé de dresser une liste de choses pour aider à combattre les stéréotypes et les traiter avec respect.

1. Saluez les hommes et les femmes de la même manière

Peu importe le type de salutation que vous utilisez dans différentes situations, une poignée de main, un signe d'une tête, un cri victorieux ou une danse rituelle, utilisez-le pour les hommes et les femmes.

« Une fois que j'ai aidé mon beau-père à organiser une réunion d'affaires importante avec ses partenaires, j'ai négocié pendant deux mois via Skype, mais quand les partenaires se sont enfin rencontrés, ils se sont serré la main et ne se sont approchés de moi qu'à la fin de la réunion pour me baiser la main. J'ai tout de suite perdu tout désir de leur montrer nos recherches, résultats et suggestions (...) Pour moi, c'était très irrespectueux », explique Maria Grigorian, journaliste.

2. Parlez de vos intentions et demandez directement

Si vous invitez une femme à boire un thé ou à regarder un film chez vous, attendez-vous à ce qu'elle fasse exactement ce que vous avez proposé. Si vous utilisez cela comme prétexte pour avoir des relations sexuelles, cela sera considéré comme une manipulation, et la femme a le droit d’appeler la police.

Lire aussi : Mon boss est une femme: à quel point est-ce commun en Russie?

« Mon amie, une chanteuse de jazz, a accepté une invitation à boire un thé chez son camarade de classe, elle considérait ce type comme un ami et elle ne s'attendait à rien, mais l'homme a essayé de la forcer à avoir des relations sexuelles. Elle a réussi de justesse à s'échapper », a déclaré Viktoria Andreïeva, chanteuse.

Donc, si une femme dit « non », cela veut dire « non ». Il est essentiel de respecter son point de vue et de ne pas être insistant. Et si le consentement pour le sexe est donné, cela ne signifie pas que vous pouvez faire ce que vous voulez, demandez d'abord à votre partenaire.

« En discutant des rapports sexuels entre partenaires, il est important de discuter clairement des méthodes de protection, si les deux partenaires ont passé des tests pour le VIH, et de rapporter les sensations douloureuses », a déclaré Ekaterina Rosentseva, écologiste.

3. Soyez poli en ligne comme dans la vraie vie

Si vous ne connaissez pas personnellement une femme, ce n'est pas une excuse pour l'insulter en la traitant comme un objet sexuel. Pensez à votre mère, ou à une sœur, ou à votre meilleure amie la prochaine fois que vous voulez envoyer un message de flirt vulgaire à une inconnue.

Lire aussi : Comment la révolution sexuelle a-t-elle explosé (et implosé) dans la Russie des années 1920?

« Un jour, un type sur Tinder m'a envoyé sa photo de lui nu au beau milieu d'une conversation innocente, quand je lui ai demandé de ne pas le faire sans me demander mon accord, il m'a traité de +sociopathe notoire+. C’était à la fois terrible et drôle », déclaré Tatiana Kamenetskaïa, une scénariste de documentaires.

4. Ne pas être condescendant et éviter les actes de chevalerie

La plupart des femmes à qui nous avons parlé voient la galanterie d'un homme de manière positive. En Russie, il est considéré comme de bon ton qu’un homme ouvre la porte à une femme, l’aide à porter des sacs lourds ou offre sa place dans les transports en commun.

La question est plus compliquée quand il s'agit de payer l'addition. Beaucoup de femmes ont dit qu'elles se sentiraient plus à l'aise en payant elles-mêmes lors d'une première rencontre ou d'une réunion d'affaires. Pourtant, certaines sont prêtes à accepter que l’homme paie en tant que geste noble. De toute façon, il vaut mieux demander à l'avance. Et bien sûr, si vous décidez de payer pour une femme, ne demandez rien en retour.

Lire aussi : «On a mangé du sarrasin dans sa voiture»: lorsque les femmes russes parlent de radinerie masculine

« Pour un premier rendez-vous, je préfère payer pour moi-même et choisir le restaurant ensemble, pour moi, un premier rendez-vous est un moyen de connaître une personne et non ses capacités financières », explique Maria Liven, chef de projet informatique.

5. Pas de compliments en public

Si vous complimentez une femme en public sur son apparence ou ses qualités personnelles, cela pourrait être considéré comme impoli envers elle et les autres femmes présentes.

« Je déploie beaucoup plus d'efforts pour mon développement intellectuel que pour mon apparence, donc j'apprécierai un compliment, par exemple, sur mes connaissances ou mes réalisations professionnelles, mais pas sur mon apparence, je n'accepterai un compliment de ce genre que dans des cas exceptionnels », a déclaré Maria Liven, chef de projet informatique.

« Les compliments sont agréables à recevoir, mais pas en public, devant des étrangers, et surtout d'autres femmes. Je me sens coupable dans de telles situations d’être louée », a déclaré la journaliste Maria Grigorian.

Voici les quatre femmes russes devenues célèbres dans le monde entier.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies