Ces deux villages français et russe fraîchement jumelés souhaitant retisser l’amitié des peuples

Semur-en-Brionnais et Viatskoïé

© Christophe.Finot/Wikipédia (CC BY-SA 3.0) - YouTube
Semur-en-Brionnais et Viatskoïé, distants de 2 755 kilomètres et comptant parmi les plus beaux villages de leur pays respectif, ont récemment signé un accord de jumelage. Le but? Développer des liens culturels et économiques, mais aussi franchir une nouvelle étape dans le renforcement de la fraternité unissant la population des deux contrées.

Originaire du Brionnais (Sud de la Bourgogne), c’est tout naturellement que Fabrice Sorlin, homme d’affaires expatrié en Russie, a immédiatement pensé à sa terre natale en apprenant que Viatskoïé (285 kilomètres au nord-est de Moscou), localité de la région de Iaroslavl et première à avoir été élue, en 2015, plus beau village du pays, souhaitait se jumeler avec une bourgade française.

Viatskoïé

Semur-en-Brionnais, qui, en 1982, a fait partie de la première vague d’intégration à l’Association des plus beaux villages de France, était à cet égard un candidat tout désigné. Après trois ans de travail, c’est fin juillet dernier qu’a finalement été scellée leur union.

Semur-en-Brionnais

Se développer main dans la main

Selon ses instigateurs, cette nouvelle alliance devrait en réalité se montrer propice à l’élaboration de projets communs, et ce, dans divers domaines, touristique notamment.

Documents officiels signés lors du jumelage entre Semur-en-Brionnais et Viatskoïé

 « Je me suis rendu compte d’une chose, c’est que les Russes, quand ils viennent en France, c’est quasiment exclusivement pour aller visiter la Côte d’Azur, la côte basque, ou les grosses villes comme Lyon et Paris. Or, la France regorge de magnifiques paysages, de magnifiques monuments, et d’une richesse culinaire absolument exceptionnelle, affirme Monsieur Sorlin, interrogé par Russia Beyond. Et ce que je dis est valable aussi pour la Russie, parce que les Français vont essentiellement à Moscou et Saint-Pétersbourg. Et même si les Russes ont réussi à faire connaître l’Anneau d’or, on sous-estime les richesses culturelles qu’il y a dans ces villages de la région de Iaroslavl et autres ».

Semur-en-Brionnais

Aussi, a-t-il mis en relation les offices du tourisme de cette dernière et du Brionnais afin de faire connaître ces deux destinations au potentiel non négligeable. Semur-en-Brionnais, il est vrai, abrite le plus ancien château de Bourgogne ainsi qu’une remarquable abbatiale, tandis que Viatskoïé, de son côté, dispose d’une architecture traditionnelle merveilleusement préservée et de pas moins de quinze musées, un nombre admirable pour une cité de 800 âmes.

Viatskoïé
Musée du jouet de Viatskoïé

La gastronomie n’est pas non plus en reste, puisque si le Brionnais est célèbre pour sa viande charolaise, Viatskoïé est réputé pour ses concombres marinés, que même les tsars faisaient spécialement apporter à leur cour. Spécialités également vectrices d’échange.

Confection d’un bœuf bourguignon lors de la visite de François Baciak, maire de Semur-en-Brionnais, et Fabrice Sorlin à Viatskoïé

« Parmi les projets qu’on a, on voudrait par exemple faire venir un boucher de Semur-en-Brionnais à Viatskoïé, pour enseigner un peu les spécialités françaises de découpage de la viande etc, et pourquoi pas faire venir des Russes qui expliqueraient comment on fait les cornichons à la russe », s’enthousiasme l’initiateur du jumelage.

François Baciak, maire de Semur-en-Brionnais, et Fabrice Sorlin apprennent à préparer les fameux cornichons de Viatskoïé lors de leur visite en juillet 2019

Lire aussi : Paris, Berlin et autres villages russes portant des noms européens

Rapprocher les peuples

Outre la portée économique, cette amitié naissante est en réalité loin d’être anodine, le processus de jumelage ayant jusque-là été l’apanage des grandes villes.

Semur-En-Brionnais

« Je suis parti d’un constat assez simple. Aujourd’hui, quasiment tous les échanges qui se font entre la France et la Russie se font au travers des grosses villes ou, aux niveaux politique et économique, par les élites. Ce jumelage n’est qu’un commencement pour moi. Ce que je voudrais, c’est tisser un maillage beaucoup plus profond, entre le peuple français et le peuple russe, explique Monsieur Sorlin. C’est un maillage plus important à mon sens, dans la mesure où on descend vraiment d’un cran dans le terroir français et russe ».

Viatskoïé

Un pari gagnant, au vu de la convivialité avec laquelle a été accueillie la signature de l’accord. Tandis que la délégation russe a pu prendre part à un vaste banquet organisé pour l’annuelle Fête de la Madeleine, la française a eu l’opportunité d’assister, à Viatskoïé, à des célébrations de plus grande envergure encore, où les locaux n’ont pas hésité à réclamer moult selfies.

Repas champêtre lors de la fête du village de Semur-en-Brionnais en présence de la délégation des représentants de Viatskoïé

Un enthousiasme par ailleurs partagé au-delà même du territoire communal, puisque les maires de deux autres municipalités, l’une dans le Brionnais, la seconde dans la région de Iaroslavl, ont d’ores et déjà exprimé leur souhait de trouver un village-partenaire, permettant à Fabrice Sorlin de se pencher sur de nouveaux jumelages, en se concentrant, pour le moment, sur la Bourgogne.

Semur-en-Brionnais

« Les peuples ont envie de rapprochement, de paix, et c’est comme ça que je l’ai ressenti, que ce soit côté français ou côté russe, c’est l’amitié entre les peuples qui sort vainqueur de cette modeste, mais quand même importante étape qu’on a franchie avec ce jumelage » ,conclut notre interlocuteur.

Dans cet autre article, nous vous présentons différents villages russes dont les installations artistiques ne manqueront pas de vous surprendre.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies