Froid extrême, hackeurs, ours… Pourquoi la Russie est le pays de tous les dangers?

Dans l'esprit de beaucoup d'étrangers, la Russie demeure une terre hostile et inhospitalière. Si cette image est loin de refléter la réalité, décryptons ensemble les éléments craints par la majorité des personnes frissonnant à l'idée de visiter cette effroyable contrée.

Attaques d'ours

Imaginons la situation suivante : vous sortez d’un bar tard le vendredi soir, vous allumez une cigarette, tournez au coin de la rue et tombez sur des ours qui se tiennent là et vous lancent : « Hé, que fais-tu ici ? ». S’ensuit une scène de The Revenant avec Leonardo DiCaprio. Un vendredi normal en Russie, en somme.

Le plus souvent, cependant, tout est beaucoup plus prosaïque. Un gros nounours vient à votre pique-nique et reste planté à côté de vous comme un chien – en admirant le paysage à vos côtés.

Autre option : l'ours vous distrait de votre série préférée quand il regarde par la fenêtre et vous demande à manger.

Les attaques sont toutefois assez rares.

Hooligans

Ces personnes sont accusées du récent effondrement d'un escalator à Rome, d’avoir mis Marseille à sac en 2016 lors du Championnat d'Europe, d’avoir brûlé des fumigènes et caché de l'alcool dans leurs sous-vêtements… Certains sont même allés en prison.

Lire aussi : Comment être démasqué si vous êtes un espion étranger en Russie

Oui, les hooligans existent effectivement. Mais il n’est pas si simple de les trouver. Les étrangers n’en ont par exemple pas vu lors de la Coupe du Monde en Russie. Au lieu de se battre, les fans russes se sont jetés dans leurs bras et ont bu de la bière avec eux. Peut-être que les voyous se bagarrent quelque part dans la forêt (nous sommes sérieux, très peu de gens se battent dans les rues au nez et à la barbe de la police). Ne pourraient-ils pas disparaître ou envoyer toute leur énergie destructrice aux escalators européens ? On a tourné trop de films sur les ultras russes pour que tout cela s’avère soudainement faux…

Hackeurs

Peut-être la pire chose à laquelle ait donné naissance la Russie. Parce qu'ils vous atteindront même si vous n'êtes jamais allés et n’irez jamais dans leur pays. Des hackeurs ont piraté des milliers de routeurs dans le monde entier, ont mis en vente le Kremlin, dérobé les mots de passe de 10 millions de célibataires sur un site de rencontres. Ils ont même piraté un jeu consacré aux hackeurs, c’est pour dire...

Les Russes savent effectivement comment « coder » et « cracker », mais il semble parfois que les Avengers aient accouché d’un enfant qui ne sait toujours pas contrôler ses super-pouvoirs.

Conducteurs russes

Grâce aux caméras embarquées installées dans chaque voiture en Russie, le monde entier devient de temps en temps témoin de la folie des conducteurs russes. YouTube regorge de vidéos épiques d'accidents, d'explosions et de courses-poursuites…

Bien que, pour être honnête, les conducteurs russes inspirent la peur depuis longtemps.

Lire aussi : Dix situations du quotidien qui rendent les Russes fous furieux

« J'ai commandé un taxi Uber, nous sommes partis et au bout de cinq minutes, le chauffeur a crié Sors de la voiture. Mais j'étais légèrement confus, car il n'a pas arrêté la voiture. J'ai compris que si je sautais à toute vitesse, je mourrais », déclare un habitant de Londres. Puis il a sorti son téléphone et, à l'aide d'un programme de traduction, a demandé pourquoi il devait sauter de la voiture. Le conducteur, calmement, utilisant également l'application, a répondu que le moteur était en surchauffe et qu'il devrait monter dans un autre taxi. Quelques minutes plus tard, il a arrêté la voiture.

Taïga

La taïga, en Sibérie russe, est comme un trou noir. Une forêt avec des montagnes et des marais occupant 3 900 000 km². Elle pourrait contenir toute l'Inde ou deux Mexiques. Un homme a erré dans la taïga sans nourriture ni eau pendant deux semaines. Pour survivre, il devait manger des souris et des grenouilles. Une fille de quatre ans a passé 12 jours dans cet enfer avant qu’on la retrouve.

Néanmoins, les habitants de la ville se rendent dans la taïga à chaque saison pour cueillir des champignons et, chaque saison, le ministère des Situations d'urgence, la police et des volontaires les recherchent dans la forêt. C'est une attraction nationale dangereuse.

Femmes russes

Elles sont dangereuses parce que belles : toujours sur leur 31, toujours prêtes à trouver le prince charmant... Il est très facile de se faire avoir par leur apparence, mais dès que vous tombez amoureux d’elles, vous vous y perdez comme dans la taïga. Méfiez-vous des Russes ! Si elle vous choisit, elle ne vous quittera plus jamais. Avez-vous besoin d'un maniaque personnel ? Nous ne le pensons pas.

Lire aussi : Comment comprendre qu'une Russe est amoureuse de vous?

Gopniks russe

Les gopniks, les racailles russes, vivent principalement dans les quartiers dortoirs des villes russes. Ils se reconnaissent au survêtement qu’ils portent dans toutes les situations et à un certain nombre de caractéristiques. Personne ne veut rencontrer un gopnik, un moujik peu éduqué sans perspectives de vie, car il va certainement commencer à vous demander quelque chose et aucune de vos réponses ne lui conviendra. Tout commence par une question posée à un passant : « Tu as de l'argent ? » ou « Hé, Tu as un téléphone ? » Le but est de voler de l'argent ou le portable, bien entendu. Si vous répondez « non », ils vous demanderont certainement « Et si j’en trouve ? ». Le seul moyen de s’en sortir est de courir (ou de vous battre, si vous êtes si sûr de vous).

Communistes

Ils veulent retourner en Union soviétique, ne permettent pas de sortir la momie de Lénine de la place Rouge et ont de la nostalgie pour Staline. Les communistes existent toujours en Russie, mais ils sont peu nombreux : seulement 160 000 personnes appartiennent au Parti communiste de la Fédération de Russie. Il n'est pas donc si difficile de ne pas rencontrer ce genre de personnages. Mais si cela se produisait, ne plaisantez pas à propos de Lénine et ne proposez pas de l'enterrer. Jamais.

Gel

L’arme climatique russe a décimé l’armée de Napoléon en 1812 et l’armée suédoise en 1709. Les Russes eux-mêmes ont depuis longtemps accepté le froid : ils construisent des maisons à des températures extrêmement basses, conduisent leurs voitures et envoient leurs enfants à l'école par -50°C. Tout cela pourrait faire peur à n’importe qui, n’est-ce pas ?

Pourquoi les Russes n'ont-ils peur de rien ? Trouvez la réponse dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies