Six superpouvoirs du gopnik, la racaille de Russie

Tatiana Manaïeva
Le gopnik russe, équivalent local de la « racaille », se distingue souvent par son comportement stéréotypé. Nous avons donc décidé de vous le présenter sous la forme d’un héros de bande dessinée.

Les gopniks, représentants de la racaille russe, sont une espèce en voie de disparition. Cette sous-culture empreinte de criminalité née de la pauvreté, de la faible éducation et de l’absence de culture a entamé son déclin notamment avec la révolution d’Internet, qui a offert à la jeunesse en errance un accès à l’information et au divertissement en ligne. De nos jours, les histoires de combats, d’activités criminelles et de beuveries relèvent ainsi plus du folklore ou de la fiction. Nous avons donc sélectionné certaines compétences et caractéristiques propres aux gopniks et avons transformé ces énergumènes trainant dans les rues vêtus de survêtements Adidas, en des personnages de bande dessinée.

1. Rester en position de squat

Apprenti : squat

Amateur : squat avec l’entièreté des semelles plaquée au sol

Maître : squat même s’il y a une place assise de libre

Cette posture systématiquement adoptée par les gopniks et souvent caricaturée est principalement issue des prisons soviétiques, où durant leur temps libre les détenus n’avaient nulle part où s’asseoir et se détendre (au sein de la cour extérieure par exemple). Ils étaient donc forcés de se mettre en position de squat (il était considéré comme inconvenable de s’asseoir à même le sol). Il en a résulté que la capacité à rester accroupi de la sorte pendant un long moment sans avoir de jambe engourdie est devenue un trait distinctif des criminels. Les jeunes gopniks ont donc repris cette pratique pour avoir l’air plus expérimentés. À noter que, selon les normes gopniks, un squat parfait est effectué en ayant les semelles bien ancrées au sol.

Lire aussi : Pourquoi la Russie voue-t-elle une passion dévorante pour les survêtements Adidas?

2. Se nourrir exclusivement de graines de tournesol

Apprenti : manger des graines de tournesol en utilisant les deux mains

Amateur : manger des graines de tournesol en utilisant une seule main

Maître : manger des graines de tournesol sans utiliser les mains

Les semetchkis, ou graines de tournesol, sont, aux yeux des gopniks, l’accompagnement ultime pour n’importe quelle boisson, mais aussi le meilleur passe-temps (notamment lorsque vous attendez l’arrivée de vos amis-gopniks). Ceux possédant une vaste expérience des graines sont en mesure de retirer leur cosse sans avoir recours à leurs mains, ce qui leur laisse le loisir de porter une bière et une cigarette.

3. Ouvrir les bouteilles de bière de manière inhabituelle

Apprenti : ouvrir une bière avec un briquet

Amateur : ouvrir une bière avec vos dents

Maître : ouvrir une bière avec votre orbite oculaire

Un jour, l’un de mes amis moscovites est allé en Extrême-Orient russe afin d’y travailler dans une usine. Les collègues qu’il y a rencontrés étaient plutôt provinciaux : ils s’agissaient de gopniks du Far East. Ils l’ont donc dévisagé avec méfiance, jusqu’à ce qu’il attrape une bouteille d’eau minérale en verre et à capsule et l’ouvre avec un briquet. Cela a été un véritable moyen de briser la glace, et par la suite, tous ont compris qu’ils étaient des gopniks sortis du même moule.

Lire aussi : Comment Gosha Rubchinskiy a conquis Paris, New York et Ekaterinbourg

Cela prend du temps d’apprendre à ouvrir une bouteille à l’aide d’un briquet, il faut trouver le bon point d’appui (et casser quelque dizaines de briquets au passage) avant d’y parvenir. Néanmoins, en ouvrir avec vos dents ou vos orbites est extrêmement dangereux, c’est pourquoi cette compétence est particulièrement appréciée chez les gopniks. Ne tentez cependant pas de reproduire cela à la maison, laissez le folklore être du folklore, gardez votre dentition et vos yeux intacts !

4. Résister au froid sans broncher

Apprenti : porter des chaussures pointues en hiver

Amateur : porter une veste bombers et des chaussures pointues en hiver

Master : porter une veste bombers, des chaussures pointues et pas de bonnet en hiver

Pour un gopnik, l’apparence est primordiale. Une allure sereine, menaçante et brutale peut effrayer les simples passants et les forcer à vous remettre leur argent, leur téléphone et autres biens. Un gopnik digne de ce nom portera ainsi souvent des chaussures pointues en cuir ainsi qu’une veste de type bombers en matière synthétique. Par ailleurs, même s’il fait un froid de canard dehors, un vrai gopnik ne sacrifiera pas son style. En effet, en portant ces vêtements même durant l’hiver, il démontre à tous qu’il est un bonhomme, un vrai.

Lire aussi : Pourquoi les Russes ne sourient-ils pas?

5. Avoir un sens inégalable de l’élégance

Apprenti : rentrer son pantalon dans ses chaussettes

Amateur : rentrer son pull dans son pantalon

Maître : rentrer sa veste dans son pantalon

La plupart des garçons élevés en URSS ont appris (tant à l’école qu’à la maison) à avoir l’air présentables, ce qui signifiait généralement d’imbriquer tous leurs vêtements les uns dans les autres. C’est peut-être des plus philistins, mais c’est comme ça qu’ils ont été formés. Même en grandissant, la plupart d’entre eux prennent grand soin de rentrer chacun de leurs vêtements dans les autres, jusqu’à ce que plus aucun courant d’air ne passe. Étanchéité assurée !

6. Mendier une cigarette

Apprenti : mendier une cigarette à n’importe qui dans la rue

Amateur : mendier un paquet de cigarettes entier

Master : n’acheter aucune cigarette et ne fumer que des cigarettes mendiées

« Hey bratan [fréro], t’as une clope ? ». Pour un gopnik, mendier des cigarettes n’est pas seulement une question d’obtenir cette denrée de première nécessité gratuitement, mais également de faire montre de son statut, car la plupart des gens ne refuseront pas une si petite faveur à une racaille si menaçante.

Dans cet autre article, découvrez pourquoi la Russie, et notamment les gopniks, voue un véritable culte aux survêtements Adidas.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies