Adieu ouchanka! L’armée russe renonce à ce couvre-chef traditionnel

Arnold Schwarzenegger dans Double Détente

Kinopoisk

Note de la rédaction : Le ministère russe de la Défense a par la suite commenté les publications parues dans les médias russes, précisant que c’est uniquement le nom du couvre-chef qui changerait et que nul n’envisageait d’y renoncer dans l’armée, informe le journal RBC.

Plus souvent désignée à l’étranger comme « chapka », l’ouchanka, ce couvre-chef traditionnel russe muni de parties rabattables couvrant les oreilles et la nuque, est depuis longtemps l’un des symboles de la Russie à l’étranger, au même titre que la poupée russe matriochka ou l’instrument à cordes balalaïka.

Qui plus est, devenue depuis les années 1940 un élément de l’uniforme hivernal officiel des militaires et des policiers du pays, elle est surtout associée avec l’image de l’Armée soviétique et russe - vous rappelez-vous du personnage incarné par Arnold Schwarzenegger dans Double Détente ?

Or, comme on l’apprend sur le portail internet officiel de l'information juridique, l’armée russe a justement décidé d’y renoncer. Désormais, les ouchankas seront remplacées par des coiffes ordinaires.

Lire aussi : Mange comme un soldat russe: dix plats typiques de l'armée

En outre, les Forces armées russes diront « niet » aux calots.

Si on estime que ce couvre-chef a évolué à partir de chapeaux empruntés aux Turco-mongols durant les invasions du Moyen Âge, les premières coiffes rappelant la célèbre ouchanka se sont propagées dans les rangs de l’armée antibolchévique de Koltchak vers 1919.

Ensuite, la mode de l’ouchanka s’est répandue parmi les ouvriers de Petrograd (aujourd’hui Saint-Pétersbourg) et vers 1931 elle a fait son entrée dans l’Armée rouge.

Dans cet autre article, découvrez l’incroyable histoire du kokochnik, une autre coiffe traditionnelle de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies