Quelles surprises la Russie a-t-elle réservées à Arnold Schwarzenegger?

Getty Images
Au cours des dernières décennies, Arnold Schwarzenegger a visité ce pays à de nombreuses reprises, dans des cadres des plus divers. Il s’y est en effet rendu en tant que touriste, star de cinéma, entrepreneur, et politicien. Quelles sont donc les choses qui l’ont le plus marqué durant ces voyages, et comment est-il parvenu à transformer sa peur de la Russie en véritable amour?

1. Même plus peur de Moscou

Schwarzenegger a confié avoir été émerveillé après avoir redécouvert la Russie et en être en réalité tombé amoureux durant sa visite de 1988. Il s’était alors rendu à Moscou à l’apogée de la Perestroïka de Gorbatchev afin d’endosser le rôle d’un capitaine de la milice soviétique nommé Ivan Danko, pour le film Double Détente. Avant cela, sa vision de la Russie et de l’Union soviétique avaient déjà subi une « évolution singulière », qui se basait initialement sur la peur, étant donné que sa perception de ce pays s’était formée durant son enfance, dans l’Autriche d’après-guerre.

« Mon père s’est battu dans les rangs de l’armée allemande contre la Russie. Il a été blessé à Stalingrad…, a-t-il témoigné lors d’une interview pour le site d’information Vesti.ru. Quand j’avais cinq ans et que nous déménagions à Vienne, nous avons dû traverser un point de contrôle frontalier russe, car une partie de l’Autriche était occupée par les Russes. C’était très effrayant. Il y avait toujours une terrifiante image dans votre tête, et vous aviez peur qu’ils vous jettent hors de la voiture et vous envoient en Russie ».

Lire aussi : Destins liés: Leonardo DiCaprio pourrait-il un jour incarner Lénine ou Poutine à l’écran?

Il avait également visité l’URSS en tant que touriste, mais ce n’est qu’en 1988 que tout a bousculé. Moscou s’est avérée « incontournable » aux yeux de Schwarzenegger. « C’était au cœur de l’hiver. Il neigeait et c’était très beau. Les gens sur le plateau de tournage étaient très travailleurs. Cela m’a montré la Russie sous un nouvel angle », a ainsi expliqué l’interprète de Terminator.

La capitale l’a à nouveau fasciné au milieu des années 1990, lorsqu’il s’y est rendu pour inaugurer un restaurant Planet Hollywood, chaîne dont il est l’un des principaux investisseurs. Cette fois, le maire de la ville (qui était alors Iouri Loujkov) a été son guide à travers Moscou. « À deux heures du matin nous avons traversé la ville toute entière. Il m’a présenté différentes églises et curiosités. Ça a été inoubliable ».

2. Immense popularité en Union soviétique

De retour en 1988, Schwarzenegger ne s’attendait pas à être si connu en Union soviétique. Bien que la perestroïka était déjà en plein élan, la guerre froide était encore bien palpable. Il a cependant confié aux journalistes américains qu’il n’aurait jamais imaginé « la magnitude de son succès » dans ce pays.

Lire aussi : Six stars étrangères qui considèrent la Russie comme leur maison

« Quand j’étais là-bas, j’ai été étonné de voir autant d’enfants se retourner en face de l’hôtel où je logeais ou vers la place Rouge, où nous tournions », a ainsi expliqué Schwarzy. Les autorités soviétiques avaient interdit la projection des films hollywoodiens dans lesquels il faisait son apparition. Néanmoins, d’après l’acteur en personne « un haut placé soviétique qui était avec nous tout le temps a expliqué que mes cassettes vidéo étaient les brûlantes sur le marché noir de Moscou et de toute l’Union soviétique ».

3. Une offre d’emploi en tant que maire de Moscou

Schwarzenegger a dû être grandement surpris lorsqu’il a été proposé qu’il devienne le maire de la capitale russe durant sa visite de haut rang en 2010. Dmitri Medvedev, qui était à l’époque président, s’est en effet adressé à lui avec cette idée. Le poste était alors vacant suite au renvoi par Medvedev de Iouri Loujkov, qui l’avait occupé 18 longues années.

« Si vous étiez citoyen russe, vous auriez pu venir et travailler pour nous », lui a alors déclaré le chef d’État durant leur rencontre. On dit cependant que l’acteur n’y a répondu que par un silence.

Lire aussi : Le jour où Lady Di a posé les pieds sur le sol russe

L’offre ne semblait toutefois pas complètement hors de propos, étant donné que Schwarzenegger effectuait ce déplacement non pas en tant qu’acteur ou entrepreneur mais en tant que politicien. Il était en effet alors gouverneur de Californie, et son mandat touchait à son terme.

En 2010, en se référant à la période où Double Détente avait été tourné, il a affirmé qu’il n’avait jamais pensé qu’il « redeviendrait gouverneur ». Cependant, à la fin de son mandat, il est retourné à Hollywood plutôt qu’à Moscou.

4. En voiture avec le président

La vedette américaine n’a pas seulement rencontré Medvedev, mais a également eu l’occasion de partager avec lui une balade en voiture. Comme l’a rapporté la chaîne de télévision Pervy Kanal, « même Arnold Schwarzenegger n’aurait pu rêver meilleur chauffeur ».

Lire aussi : Ces stars qui ont visité la place Rouge

Medvedev l’a en effet fait monter à bord d’une Tchaïka, une limousine soviétique que seuls les hauts dirigeants de l’URSS utilisaient. Schwarzenegger a d’ailleurs apprécié le style de conduite du président russe, puisqu’il a tweeté par la suite « Monsieur le président, vous êtes un très bon conducteur ».

5. Une chute d’eau innovante

Medvedev s’est servi de cette limousine pour amener l’acteur-gouverneur à Skolkovo, une école d’économie ayant été créée sur ses ordres après son voyage dans la Silicon Valley un peu plus tôt cette année-là. Il voulait ainsi présenter à l’Américain ce qui était destiné à devenir l’équivalent russe de ce pôle innovateur californien.

À Skolkovo, a à cette occasion été organisée une réunion dédiée à la coopération russo-américaine dans le domaine des technologies, mais selon les rapports médiatiques, ce qui a le plus intéressé Schwarzenegger durant sa visite au sein des installations flambant neuves a été une chute d’eau artificielle. L’eau tombait de façon à former des mots et logos. « Comment faites-vous cela ? », a-t-il alors demandé. Ce à quoi on lui a répondu que de nouvelles et innovantes technologies rendaient possible la régulation des courants aquatiques. « Mais comment faites-vous cela ? », aurait alors insisté le visiteur perplexe.

Un autre acteur, français cette fois, a également été fortement marqué par la Russie. Vous vous en doutez, il s’agit bien évidemment de Gérard Depardieu. Nous revenons sur sa relation avec le pays dans cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies