Généalogie: comment retrouver ses ancêtres en Russie?

Getty Images
L'Empire russe a accueilli des gens venus de nombreux pays, qui y ont travaillé, étudié, et fondé des familles. Après la Révolution, bon nombre d'entre eux se sont enfuis et désormais, certains de leurs descendants tentent de faire la lumière sur leurs racines russes. Nous avons demandé à des généalogistes russes de nous parler des cas les plus intéressants.

Le cimetière Vvedenskoïe, à l'est de Moscou, était un lieu de sépulture pour les communautés catholiques et protestantes - il était également appelé « cimetière allemand ». Il regorge de cryptes, de mausolées, de colonnes commémoratives, ainsi que d'imposantes sculptures funéraires ; l'une d'elles se dresse sur le caveau de la famille Baudelot. Ses membres étaient de célèbres parfumeurs russes d'origine française. Une note en papier est insérée entre les doigts de la statue - certains mots sont illisibles mais ce qui reste donne ceci : « Je m'appelle <...> et le nom de ma mère est <...> Baudelot, je vis en France... Nous cherchons... ». Le tout suivi d'une signature et d'une adresse courriel.

Lire aussi : Portraits de descendants d’émigrés blancs en France

Tout au long de son histoire, la Russie est devenue le foyer de représentants de nombreuses nationalités. Français, Allemands et Anglais (pour n'en citer que quelques-uns) sont venus ici, tandis que toutes les professions étaient représentées : commerçants, médecins, soldats, scientifiques et écrivains... Tous travaillèrent et trouvèrent l’amour ici, vivant et contribuant à faire de la Russie un grand pays. En raison de la Révolution et des guerres, beaucoup de personnes nées dans ces familles ont fui et sont retournées sur les terres de leurs ancêtres, qui leur étaient devenues étrangères. Mais actuellement, de nombreux étrangers viennent en Russie à la recherche de leurs racines.

Aiguille dans une botte de foin

Les recherches généalogiques dans les archives russes sont assez compliquées, même pour un natif ayant un doctorat en histoire russe. Une telle recherche nécessite la connaissance de sources historiques complexes, et oblige à plonger dans les actes de naissance de l'église ou des brouillons d'archives. En outre, les recherches généalogiques nécessitent une correspondance écrite constante avec de nombreuses archives régionales. Pour les non-russophones, le plus difficile est que la plupart des employés des archives écrivent et parlent uniquement russe. Ainsi, les généalogistes qui maîtrisent couramment les langues européennes sont très demandés.

« Je travaille beaucoup avec des clients étrangers car je connais sept langues, même si je ne les parle pas toutes couramment, explique Vitali Semenov, historien indépendant avec plus de 10 ans d'expérience dans le domaine de la généalogie. La plupart de mes clients étrangers viennent de France et de Belgique - ce sont les descendants de nos émigrés blancs ».

Lire aussi : Le sort des Français de Moscou piégés par la Révolution

« Le deuxième groupe, presque aussi important, ce sont les juifs américains descendants des juifs d’Ukraine, de Biélorussie et de Russie. Habituellement, ces personnes ne parlent et ne lisent pas le russe, et leurs parents non plus. Mais leurs parents ont peut-être des souvenirs d’enfance de leurs grands-parents liés à la vie en Russie, ou ils peuvent préserver un dialecte hébreu que leurs ancêtres parlaient. Et le troisième groupe est constitué des Allemands de la Volga », explique Semenov.

« Toutes les recherches généalogiques ne donnent pas de bons résultats, loin de là, déclare Stanislav Doumine, chef de file de l'Assemblée de la noblesse russe, une Association réunissant des descendants de familles nobles russes. Un client suisse cherchait ses racines russo-allemandes. Sous le règne de Catherine la Grande, son ancêtre a rejoint l'armée russe, il a vécu à Moscou, a acquis un titre de noblesse et a eu des enfants, mais au début du XIXe siècle, nous avons perdu toute trace de cette famille ».

Tomber sur la tombe de votre grand-père

Un Russe a récemment rapporté aux médias une étonnante histoire : dans l’ancien cimetière Donskoïe de Moscou, un supporter de football français venu en Russie pour la Coupe du monde a trouvé la tombe de son ancêtre.

« Ci-gît mon arrière-grand-oncle, oncle de ma grand-mère maternelle », a déclaré Philippe Patrick, un Français originaire de la région de Nice. Philippe a déclaré que lui et sa femme venaient juste d'arriver à Saint-Pétersbourg quand ils ont trouvé la maison de ses ancêtres avec une plaque commémorative portant les mots « Nikolaï Kozlianinov, adjudant général, commandant du district militaire de Kiev ». Ils ont ensuite remonté la piste. « Mes ancêtres ont quitté la Russie juste après la révolution », explique-t-il.

Lire aussi : Guerre 39-45: fin heureuse pour une lettre à un prisonnier français découverte à Kaliningrad

Les Russes et les étrangers rêvent de découvrir des ancêtres liés aux grands noms russes du passé, mentionnés dans la littérature, les mémoires ou les journaux intimes. Ils le considèrent comme plus important et prestigieux que de découvrir des ancêtres « riches » ou nobles.

« J'ai eu une cliente de France qui - c'est exceptionnel pour mes clients - a disparu de la circulation après avoir reçu les résultats de l'enquête sur son ancêtre, un cosaque de l'Oural, qui a rencontré Léon Tolstoï, lui a parlé et est mentionné dans son journal, explique-t-il. Alors j'ai proposé de lui envoyer la preuve (une page du journal de Tolstoï), et elle a envoyé l'argent immédiatement ! »

« Un autre problème est que les gens, disons, présents dans la liste Forbes 100, communiquent par l’intermédiaire de leurs secrétaires parce qu’ils manquent de temps. Et ces secrétaires retardent le paiement jusqu'à ce que leur patron ait lu les documents, ce qui paralyse la recherche : avec les archives russes, vous devez payer constamment pour faire avancer la recherche. Il est donc préférable que les clients, même les plus importants, communiquent avec moi en personne. Et parfois, nous faisons des découvertes vraiment fascinantes... »

Lire aussi : Français en Russie, Russes en France: ce qui leur manque le plus

Comment commencer et combien ça coûte

Admettons que vous êtes certain que vous avez des ancêtres en Russie et que vous avez décidé de trouver des archives à leur sujet pour constituer votre arbre généalogique. Où commencer ?

Tout d'abord, vous devez scanner tous les documents personnels appartenant à votre famille, en particulier les plus anciens - et pas seulement ceux en russe (si vous en avez). Deuxièmement, il est tout aussi important de parler de votre passé avec vos proches, surtout les plus âgés. Demandez-leur s'ils se souviennent des noms de parents et des endroits où ils ont vécu. Il est préférable que toutes les conversations soient enregistrées. Ajoutez les noms complets, les dates de naissance et les professions à chaque interview. Scannez toutes vos anciennes photos - mais seulement si vous êtes sûr des personnes qui y sont représentées.

Troisièmement, il est temps d'engager un généalogiste russe. Pour les évaluer, renseignez-vous sur leurs dernières recherches, y compris les livres qu’ils ont écrits ou édités.

Lire aussi : Promenade à travers le Lyon russe

Et enfin, le coût. Rappelez-vous que le temps passé à consulter ou à travailler avec vos données est payant, alors ne commencez pas à raconter immédiatement vos secrets, car vous serez probablement facturé. La recherche la plus simple sur la lignée paternelle de votre famille (hommes seulement) pourrait coûter environ 70 000 (1 000 euros), et si vous êtes prêt à débourser de l'argent, les prix pour une recherche approfondie commencent à environ 1 500 euros. Il faut généralement près de six mois pour obtenir les premiers résultats.

Rappelez-vous également que la recherche nécessite des paiements peu élevés mais constants - si un généalogiste découvre quelque chose, il sera obligé de vérifier toutes les données, ce qui peut s'avérer coûteux - mais redécouvrir son histoire n'a pas prix...

Si dans le cas contraire, vous recherchez des aïeux russes en France, sachez qu’il existe plusieurs groupes d’entraide sur Facebook comptant de nombreux membres, tels que « Généalogie!!! S.0.S !!! Photos », ou encore des sites, à l’instar du Fil d’Ariane. Des bénévoles pourront vous y apporter leur aide de manière totalement gratuite.

Saviez-vous pourquoi parlait-on français en Russie ? Trouvez la réponse dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies