Huit bizarreries que vous verrez certainement sur Tinder en Russie

Getty Images
Pour beaucoup de Russes, Tinder n'est pas simplement une plate-forme de drague, mais le lieu idéal pour montrer tout ce qu'il y a de mieux dans votre vie. Les résultats peuvent être assez déroutants : qu'il s'agisse de minous, de photos un peu trop pro ou de conservatisme, ces choses peuvent surprendre les « chercheurs » étrangers dans le pays.

Côté filles

Fleurs, des fleurs partout

Ce n'est un secret pour personne : les femmes russes aiment les fleurs - le pays a même une fête nationale qui consiste à offrir des bouquets à ces dames, le 8 mars. Il semblerait même que beaucoup de demoiselles fréquentant Tinder pensent que cette passion pour l'extravagance florale augmente leurs chances de trouver un partenaire sur l'application, un grand nombre de profils contenant au moins un bouquet éclatant.

« Le message est le suivant : "Je suis aussi féminine que possible", déclare Anna, une utilisatrice de Moscou âgée de 19 ans. C'est un cliché, et beaucoup de filles publient des bouquets énormes dans leurs biographies, même sans personne sur la photo. C'est tellement étrange pour moi ».

Lire aussi : Sept raisons de ne jamais tomber amoureux d’une femme russe

Photos un brin trop pro...

Si vous avez vu des femmes russes en vacances, vous saurez combien la culture des selfies est importante à leurs yeux. Les profils Tinder ne sont donc pas pour les amateurs – ici, on réalise de véritables shootings professionnels en studio, avec robes de créateurs, coiffures coûteuses et bien sûr des fleurs.

Pour Nastia, 23 ans, originaire de Krasnoïarsk, tout est question d’honnêteté : « Si je vais à un rendez-vous avec un gars, de façon réaliste, j’aurai ce genre d’apparence. Peut-être que la séance photo l’améliore un peu, mais je ne perds rien à apparaître sous mon meilleur jour - cela me permet d’obtenir encore plus de chances, ce qui est le but du jeu ».

Chasse au mari sérieux

En Occident, on s'est beaucoup demandé si Tinder était vraiment une application de drague. Alors que la récente Coupe du Monde a donné lieu à des discussions similaires en Russie, quelques recherches feront clairement ressortir que l'élément de drague n'est pas traité de la même manière ici.

« Pratiquement le profil de chaque fille dit : "Je ne bois pas, je ne fume pas et ne vais pas dans les clubs", dit Ben, un Anglais de 26 ans à Moscou. Je n'ai absolument aucune idée de pourquoi c’est comme ça ».

Peut-être qu’Evguenia, 28 ans, de Moscou, qui a adopté le puritanisme sur Tinder, peut éclairer la lanterne de Ben : « Je cherche un mari (même via mon profil Tinder). Il vaut mieux être simple; ça ne m’intéresse pas de perdre mon temps. Et si je ne bois pas ou ne fume pas, je ressemblerai plus à la femme idéale pour certains ». L’honnêteté est la clé.

« Je n'écris pas en premier »

« Si la biographie d'une fille n'est pas vide, il n’y aura souvent qu'une ou deux phrases à propos de la façon dont la fille est timide et maladroite et ne vous écrira pas, explique Ben. Ça ne m'envoie pas trop de bons signaux, mais côté positif, cela signifie qu’elles sont généralement plus enclines à se rencontrer en personne ».

Côté garçons

Vert, du vert partout

Quel est l'équivalent masculin des fleurs sur Tinder ? De l'argent, semble-t-il ! Au moins, selon Alice, une Irlandaise de 24 ans:

« Partout sur le Tinder russe, il y a des gars qui exhibent leurs grosses piles de billets. Il y en a partout, éparpillés sur des lits et des tapis d'obchaga (dortoir d'étudiants). Vraisemblablement, ils ne font qu’exhiber leur richesse : tu ne tromperas personne, mon pote ! ».

Chatons mignons

Après avoir prouvé qu’ils pouvaient subvenir aux besoins d’une femme avec leurs piles de pognon, il semblerait que les hommes russes sur Tinder montrent leur côté tendre avec des photos d’eux se blottissant contre leurs amis félins.

Angelina, 22 ans, de Saint-Pétersbourg, n’est pas impressionnée : « Soyons honnêtes, le principal critère pour un bon coup est votre apparence. Un chat ne va pas vous rendre plus ou moins attrayant, et cela peut même vous donner un air désespéré ». Sans pitié...

Lire aussi : Le «vrai homme» vu par la femme russe

Super bagnoles

Tout comme pour l'argent, les hommes de Tinder aiment exhiber leurs richesses avec leur nouvelle Lada. Selon Angelina, cela ajoute également un élément audacieux au look :

« Un profil Tinder de mec russe ne serait pas complet sans une photo de vous appuyé sur votre voiture de sport milieu de gamme, avec une veste en cuir et des lunettes de soleil. C'est le rêve de chaque fille – ou pas ! ».

Prendre l'initiative

D'une manière générale, les Russes adoptent une approche beaucoup plus directe de la drague que leurs homologues occidentaux. Cela signifie qu'il faut toujours écrire en premier, suggérer des idées de rendez-vous, puis payer l’addition - des habitudes qui ont pris par surprise Jessica, une Américaine de 32 ans :

« Si un Russe vous écrit après la connexion sur Tinder (souvent il ne le fera pas), il vous demandera généralement un rendez-vous dans les cinq minutes. J'ai une attitude mitigée à ce sujet : oui, être direct, c'est bien, mais en même temps, j'aime bien discuter un peu pour apprendre à connaître le gars. J'ai eu trop de rendez-vous gênants pour dire "oui" dans les cinq minutes qui suivent la rencontre via Tinder ».

Dans cet autre article on vous raconte pourquoi le sexe le premier soir est plus commun que vous ne le pensez en Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies