Ces messages codés sur les plaques d'immatriculation russes

Pavel Kuzmichev
Comme tous les pays, la Russie dispose d'un système d'enregistrement des véhicules. Bien entendu, différents messages cachés peuvent être transmis par une combinaison de lettres et de chiffres. Lisez la suite pour en savoir plus sur les numéros qui appartiennent officieusement aux autorités, le marché noir des plaques d'immatriculation et les combinaisons provocatrices de trois lettres...

La plupart des plaques d'immatriculation russes se composent de trois lettres, trois chiffres et un code régional (deux ou trois chiffres). Il est permis d'utiliser uniquement les 12 lettres de l'alphabet russe qui correspondent exactement aux lettres latines, de sorte que la police de la circulation des autres pays n'ait pas de difficulté à interpréter les lettres lors du signalement de violations du code de la route par des conducteurs russes.

Pourtant, il y a suffisamment de combinaisons pour créer de « jolis » numéros de plaque d'immatriculation. Les Russes sont très friands de cette pratique, et beaucoup de gens pensent que ces belles combinaisons dénotent un certain « charme de la conduite ». Parfois, ces plaques coûtent une fortune et sont un moyen de montrer sa richesse et son pouvoir...

Lire aussi : Conseils pour conduire une voiture pendant l'hiver en Russie

Numéros à vendre sur Internet

En 2013, en raison du grand nombre de plaques d'immatriculation délivrées par la police de la circulation de la région de Moscou, la série « 777 » a été introduite (auparavant, Moscou possédait les codes « 77 », « 97 », « 177 » et « 197 »). Le communiqué de presse officiel de la police de Moscou a déclaré que, dans la nouvelle série, les numéros « jolis » (tels que « A100AA », « A005AA », etc.) avaient été attribués aux « voitures du marché de masse appartenant à des citoyens ordinaires de Moscou ».

Cependant, les journalistes de Moscou ont rapidement repéré des Porsche Cayenne, BMW et autres voitures de luxe arborant les nouvelles « jolies» plaques, ce qui indiquait qu'elles pouvaient encore être achetées. Quelques jours après l'introduction de la nouvelle série, une annonce est apparue sur un site de vente par Internet. Par exemple, « A001AA777 » était coté à 900 000 roubles (environ 27 000 dollars à l'époque) et a trouvé preneur dans les 24 heures.

Lire aussi : Que trouve-t-on dans le garage du président russe?

Certains pilotes croient encore que vous pouvez acheter certains numéros de plaque d'immatriculation afin de vous immuniser contre les arrestations par la police ou les PV pour excès de vitesse délivrés par les caméras en bordure de route. Ceci est seulement en partie vrai. Il est probable que certains agents de police de la circulation à l'extérieur de Moscou pourraient réfléchir à deux fois avant d'arrêter une voiture avec trois lettres identiques sur ses plaques -. après tout, elle pourrait appartenir à un haut fonctionnaire. Mais à Moscou et à Saint-Pétersbourg, ces plaques ne font qu'attirer l'attention - un policier de Moscou pourrait examiner d'encore plus près cette une voiture et son conducteur Enfin, aucun numéro ne protège des caméras de circulation.

Abréviations magiques

Lire aussi : Guide de survie: comment rester vivant sur les routes russes

Cela dit, il existe vraiment deux combinaisons qui sont attribuées aux véhicules gouvernementaux. Le premier est « AMP », anciennement abréviation non officielle pour « Administration de la milice russe ». Maintenant, ceux-ci appartiennent aux voitures du ministère de l'Intérieur, du ministère des Affaires étrangères, du ministère de la Défense, du Service fédéral de sécurité (FSB) et d'autres organismes de haut rang. La deuxième est « EKX, » officieusement une abbréviation pour « Je conduis comme je veux », qui est exclusivement réservée aux voitures appartenant au Service fédéral de protection (FSO - à ne pas confondre avec le FSB), les hommes qui protègent les fonctionnaires de haut rang comme le président, le premier ministre et les chefs des principaux ministères fédéraux. Ces deux types de plaques ne sont pas disponibles pour l'achat, même sur le marché noir.

Quelques idées de numéros de plaque d'immatriculation ne manquent pas d'imagination. Nous avons vu quelques exemples intéressants, comme « M444AO », qui combine le nom de Mao Zedong avec le nombre chinois signifiant la mort, ou « C666ET », qui indique le nom Seth, Dieu égyptien des enfers, avec le nombre du diable, qui est assez populaire (et cher).

Lire aussi : Cinq démarches pas si faciles pour enregistrer sa voiture en Russie

Beaucoup de combinaisons de lettres ont simplement une signification menaçante. « BOP » ( « voleur » en russe) est une combinaison populaire parmi les gens qui sympathisent avec les milieux criminels. « AYE » ( « unité criminelle anonyme ») est un autre exemple du même style. Il y a même eu une initiative de la Douma d'État visant à interdire ces combinaisons au motif qu'elles « favorisaient la culture criminelle », mais elle n'a pas été adoptée. Une autre plaque à l'aspect intimidant est « KPA95. » 95 est la région de la Tchétchénie, et la partie « KPA » est l'abréviation de « Kadyrov Ramzan Akhmatovich » - le nom du chef de la République tchétchène.

Certaines plaques d'immatriculation expriment l'attitude méprisante du conducteur envers les autres automobilistes. « XAM » ( « rustre » en russe) et « CPY » (qui signifie « je défèque ») parlent d'eux-mêmes. Les gens dans des voitures rapides ont parfois une affinité pour les plaques d'immatriculation telles que « YXY » ( « Wouhou »), « PBY » ( « je fonce ») ou « PPP » ( « rrr », une imitation du son de la montée en régime d'un moteur).

Savez-vous pourquoi il y a autant de caméras dans les voitures en Russie ? Voici notre explication !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer