Cinq démarches pas si faciles pour enregistrer sa voiture en Russie

Alexeï Koudenko / RIA Novosti
Vous avez décidé de vous installer en Russie et êtes assez courageux - ou inconscient - pour conduire sur les routes du pays. Désormais, vous devez faire face à la tâche ardue de faire enregistrer votre belle cylindrée: bienvenue dans l'enfer de la paperasse. Heureusement, RBTH est là pour vous aider!

1. Acheter une voiture

Plutôt logique: pour enregistrer une voiture, il faut d'abord en avoir une. Mais le processus d'inscription dépendra grandement de la personne ou de l'organisme à qui vous achetez l'engin. Un détaillant officiel peut réaliser toutes les démarches et vous remettre le certificat d'enregistrement de votre nouvelle cylindrée. Des frais supplémentaires peuvent s'appliquer, mais aucun doute: cela vaut vraiment le coup, surtout si vous n'êtes pas à l'aise en russe.

Si vous achetez votre nouveau véhicule à un concessionnaire douteux ou à un fermier à l'extérieur de Moscou, l'enregistrer sous 10 jours relève de votre seule et entière responsabilité.

2. Choisissez un poste de police

Il existe un certain nombre de postes de police qui fournissent des services d'enregistrement aux propriétaires de voitures neuves. Il peut sembler logique de choisir le plus proche de chez vous, mais attention: certains postes sont toujours noirs de monde, tandis que d'autres ne le sont pas. Si vous ne voulez pas finir par faire la queue pendant des heures, explorez les environs pour voir là où il y a le moins de monde. Cela vous évitera des moments difficiles (l'auteur de ces lignes a attendu sept heures pour enregistrer sa voiture).

Conseils pour les résidents de Moscou: évitez les stations relativement importantes (par exemple, celle située sur la rue Tvardovskogo, métro Strogino) et recherchez les plus petites, car elles ont tendance à avoir moins de files d'attente. La plupart des postes sont ouverts cinq jours par semaine (les dimanches et lundis sont fériés) et certains sont ouverts 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Attention, ces derniers ont tendance à être pleins tout le temps, alors évitez-les. Des informations peuvent être trouvées ici.

3. Payez les redevances

Soyez prêt à ouvrir votre portefeuille. Le fait que vous ayez versé 200 dollars pour une Lada Niva jaune de 1977 ne signifie pas que vous puissiez vous en sortir sans payer les nouvelles plaques (2 000 roubles, soit une trentaine d'euros) et un nouveau certificat d'enregistrement (500 roubles/moins de dix euros). Pour payer les redevances, visitez ce site et suivez ses instructions simples.

4. Obtenez votre ticket électronique pour la queue

Cela peut sembler la partie la plus simple, mais ne vous méprenez pas: si vos nerfs n'ont pas déjà été mis à l'épreuve, ils le seront maintenant.
Des tickets électroniques sont émis par des machines à l'intérieur du poste de police. Seul un nombre limité de tickets est émis chaque jour, il n'est pas possible d'obtenir un billet pour le lendemain, et il est impossible réserver un rendez-vous à l'avance. 

Tous les matins – essayez d'être là avant 7 heures – les gens s'alignent en dehors du poste et attendent qu'un officier ouvre les portes, avant d'arracher à la hâte un ticket, comme s'il s'agissait de pièces d'or. À ce stade, oubliez les formalités (et peut-être même les bonnes manières), car la démarche peut rapidement tourner au pugilat.

Si vous parvenez à frayer votre chemin vers une machine dans les temps, vous avez besoin de votre passeport et du passeport du véhicule avec votre nom (c'est parfois le moment où vous vous rendez compte que vous avez oublié un des deux, ou les deux). Si vous avez un ticket en main, considérez qu'il s'agit d'un succès majeur. Le reste, c'est du gâteau – du moins en théorie.

5. Attendre

Votre ticket indiquera l'heure approximative de votre rendez-vous. Vous passerez peut-être des heures à vous tourner les pouces, alors prenez un livre, écrivez vos mémoires ou faites quelques courses. Assurez-vous d'être de retour avant l'heure fixée car votre rendez-vous pourrait se produire plus tôt que prévu (c'est très, très peu probable).

Lorsque votre numéro est annoncé, rendez-vous à la fenêtre et remettez tous les documents nécessaires: votre passeport, un enregistrement valide à Moscou, le passeport de véhicule, un acte d'assurance automobile obligatoire (appelé OSAGO), un contrat de vente et toutes les factures dûment payées.

Un employé traitera les documents et vous remettra un bon permettant de soumettre la demande ainsi que vos documents. Accédez à la pièce suivante et numérisez votre ticket avant de prendre position dans une autre queue – oui, l'attente n'est pas encore terminée. Finalement, vous serez invité à une autre fenêtre pour remettre vos documents à un agent (pour être honnête, c'est probablement plus pénible pour les employés du poste de police que pour vous – imaginez combien de demandes ils voient défiler chaque jour).

L'agent vous demandera ensuite de conduire votre voiture sur le site d'inspection qui se trouve toujours dans les limites du poste. Les codes VIN de la voiture et les codes du moteur seront examinés, puis vous devrez aller à une autre fenêtre (vous ressentirez probablement comme un pèlerin après avoir parcouru autant de distance en un jour) pour finalement obtenir votre passeport, tous les documents que vous avez soumis avec ce dernier, vos nouvelles plaques d'immatriculation et un certificat d'enregistrement. Vérifiez si l'orthographe de votre nom correspond à celle qui figure dans votre passeport.

Toutes nos félicitations! Votre voiture est enregistrée et ceci est valable pour toute la durée de votre séjour en Russie. L'enregistrement ne devient pas caduc si vous quittez le pays, mais il expire dès que votre séjour légal en Russie se termine. Pour le renouveler, il suffit de tout recommencer depuis le début ou de choisir une autre forme de torture…

Essayez juste de ne pas emboutir votre voiture en sortant du poste…

Lire aussi : 

La Russie veut tripler ses exportations de voitures d’ici 2025

Comment chercher une personne disparue en Russie

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer