Guide de survie: comment rester vivant sur les routes russes

Getty Images
«Quel Russe n’aime pas rouler à toute berzingue?»: telle est la question rhétorique que le grand auteur russe Nikolaï Gogol se posait au XIXe siècle. Depuis lors, rien n'a changé. Même l’état des routes est resté le même dans de nombreux endroits.

Crédit : Getty ImagesCrédit : Getty Images

Règle N°1 – Limite de vitesse : ce n’est pas ce que vous pensez

Les conducteurs russes sont très forts en maths. À chaque fois qu'ils voient un panneau de limitation de vitesse, ils ajoutent automatiquement 20 km/h. C'est le seuil au-delà duquel on peut écoper d’une amende pour excès de vitesse. Dans certaines régions, vous pouvez être sanctionné pour une vitesse de 10–15 km/h supérieure à la limite, mais c'est généralement une exception. Dans les grandes villes, la règle la plus courante est « limite de vitesse + 20 ».

Si vous respectez la limitation de vitesse ou que vous vous roulez plus lentement, certains conducteurs penseront que vous êtes soit un débutant, soit un vieillard, et vous regarderont avec dédain. Si vous conduisez trop lentement, vous pouvez même attirer l’attention de la police. Leur logique: vous êtes en état d'ébriété et essayez d'éviter un accident en conduisant trop prudemment.

Règle N°2 – Ne regardez pas les autres conducteurs dans les yeux

Si vous faites une queue de poisson à quelqu'un, ou simplement si vous faites une erreur, évitez de croire le regard des autres conducteurs. On va vous regarder, et si vous en faites de même, un conflit pourrait s'ensuivre.
La meilleure option est d'avoir les vitres teintées. « Vous ne voudriez pas conduire un aquarium », disent souvent les pilotes russes avec leur logique particulière. Et même les 500 roubles (moins de dix euros) d’amende prévus par la loi ne les dissuadent pas de teindre leurs pare-brise et leurs fenêtres avant.

Crédit : Artem Zhitenev / RIA NovostiCrédit : Artem Zhitenev / RIA Novosti

Règle N°3 – Les clignotants sont rares

Heureusement que les voitures ne volent pas encore. Sur les routes russes, attendez-vous à ce que n'importe qui puisse débouler dans n'importe quelle direction à tout moment. Certains conducteurs pensent que seuls les débutants, les femmes ou les personnes qui ont trop de temps libre prennent la peine d'utiliser les clignotants.

Les warnings, cependant, sont très populaires. Les conducteurs qui ne connaissent pas les clignotants aiment utiliser ces lumières. Par exemple, lorsqu'ils vous font une queue de poisson, ils les mettent immédiatement en marche. Peut-être pour dire désolé, ou pour vous demander de vous pousser. On ne peut jamais être tout à fait sûr.

En général, les warnings signifient « Merci », ou « Attention, je fais marche arrière pour prendre cette place de parking serrée, alors klaxonnez si vous voulez que je m'arrête ».

Règle N°4 – Attention aux voitures qui déboulent au feu orange

Voici la mentalité de certains conducteurs russes: si vous voyez un feu vert clignotant ou un feu orange, appuyez sur le champignon aussi fort que possible. Soyez prêt à cela. Ne démarrez pas trop tôt lorsque le feu passe au vert. Il est préférable d'entendre un deuxième ou deux coups de klaxon derrière vous que de prendre un de ces Schumacher à la petite semaine sur le coin de la figure.

Règle N°5 – Soyez prêts à affronter les bouchons

Crédit : Vladimir Sergeev / RIA NovostiCrédit : Vladimir Sergeev / RIA Novosti

Si vous vous retrouvez sur une route vide à Moscou (ou toute autre grande ville russe), vérifiez votre itinéraire. Peut-être que cette route mène au bout du monde ? En fait, il est difficile de trouver une heure et un endroit sans embouteillages dans les villes russes.

Vous pouvez essayer de gagner du temps en utilisant des applications comme Yandex.Maps ou Google Maps, qui montrent le trafic en temps réel. Yandex est même capable de prédire le trafic pour les prochaines heures. Si vous êtes dans un embouteillage totalement à l’arrêt, préparez-vous à découvrir les différences culturelles. Par exemple, les bouchons en Russie ont leur propre système économique avec des mendiants demandant de l'argent, des vendeurs proposant des chargeurs de voiture, des bouquets de fleurs ou même des fidget spinners, des prospectus ou des journaux gratuits.

Certaines personnes très intelligentes utilisent la bande d’arrêt d’urgence pour rouler à vitesse normale malgré les bouchons. Ils laissent derrière eux des nuages ​​de poussière, et rendent la situation encore pire en essayant de réintégrer le trafic avant que le bord de la route ne se transforme en clôture, ou s’il y a une caméra de circulation plus loin.

Règle N°6 – La taille compte

Il existe deux règles principales à propos de qui devrait céder le passage sur les routes russes. L'une est universelle: cède la priorité aux imbéciles car ils sont toujours pressés et n’ont pas peur d’appuyer sur le champignon, de conduire sur le bas-côté de la route ou d’ignorer des clignotants. Mieux vaut les laisser passer.

Une autre règle: en cas de doute, la voiture la plus grosse passe d'abord. Cela peut sembler médiéval et totalement barbare, mais soyez indulgent. Ces personnes vivent dans une société libre depuis 27 ans seulement. Alors, laissez-les jouer avec leurs gros SUV noirs. Laisser tomber est la meilleure façon de faire preuve d’indulgence.

Voilà, c'est tout. Roulez en toute sécurité, prenez du plaisir sur les routes russes, et n'oubliez pas d'utiliser une caméra embarquée – vous ne savez jamais quelles scènes incroyables vous pouvez croiser sur votre chemin.

Lire aussi : 

Prendre le train en Russie: petit guide de survie

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer