Neuf guerres étrangères auxquelles les soldats soviétiques ont pris part

Yuri Somov/Sputnik
L’URSS a aidé à instaurer et à protéger des régimes pro-soviétiques notamment en envoyant ses soldats prendre part à des conflits étrangers. Cependant, non seulement la participation de ses militaires à la guerre en Afghanistan n’a pas permis à l’Union soviétique de réaliser son objectif, mais elle en a en plus payé le prix cher.

Guerre civile en Afghanistan (1928-1929)

À un demi-siècle de l’infâme guerre d’Afghanistan des années 70, des troupes soviétiques avaient déjà opéré dans ce pays centre-asiatique. En 1929, le roi Amanullah Khan, loyal envers l’URSS, a été renversé par les rebelles dirigés par Habibullah Kalakani et soutenus par les Britanniques.

Pour soutenir son allié, l’URSS a clandestinement envoyé en Afghanistan 2 000 soldats déguisés en locaux, où ils ont combattu les rebelles, et ce, avec succès. Mais lorsque les principales forces d’Amanullah ont connu une défaite près de Kaboul, la capitale, le roi a fui le pays et les Soviétiques n’avaient plus aucune raison de rester dans le pays. Ainsi, les troupes n’ont pas tardé à se voir rappeler.

Guerre civile espagnole (1936-1939)

En 1936, les troupes soviétiques ont joué un rôle important dans la défense de Madrid. Les nationalistes avaient déjà atteint la périphérie de la ville lorsqu'ils ont été contre-attaqués par de nouveaux chars T-26 fraîchement livrés d'URSS avec l’équipage. Le succès des troupes républicaines a en outre été accru par les pilotes soviétiques les ayant soutenues depuis les cieux avec leurs chasseurs biplan I-15 et bombardiers ANT-40.

Au cours de cette guerre civile, près de 1 800 spécialistes militaires soviétiques ont combattu en Espagne. 127 d’entre eux sont tombés au combat, 11 sont morts des suites de blessures et 32 restent portés disparus.

>>> Pourquoi l’Union soviétique n’a-t-elle pas soutenu la révolution en Afghanistan?

Seconde guerre sino-japonaise (1937-1945)

En 1937, à la demande du Parti nationaliste chinois Kuomintang, l'Union soviétique a livré une aide d’envergure à l’Empire du Milieu. Aussi bien des armes, des munitions que plus de 700 pilotes y ont été alors envoyés pour combattre les envahisseurs japonais. En outre, les aviateurs soviétiques ont massivement formé leurs collègues chinois, et ce, pour contribuer à la création de l'armée de l'air chinoise.

En 1940, lorsque les relations entre le Kuomintang et Mao Zedong se sont considérablement détériorées, l'URSS, craignant que les armes livrées à Tchang Kaï-chek, homme fort du Kuomintang, ne soient utilisées contre les communistes locaux, a cessé les livraisons et a rappelé ses pilotes du pays.

Guerre de Corée (1950-1953)

Lorsqu'en octobre 1950, l'avancée des troupes de la Corée du Sud et de l’ONU a poussé la Corée du Nord au bord du gouffre, des militaires soviétiques se sont ingérés de manière officieuse dans le conflit. Les pilotes du 64e corps aérien de chasse à bord de leurs MiG-15 et des centaines de milliers de « volontaires » chinois ont prêté main forte aux Nord-Coréens afin qu’ils réussissent leur contre-attaque.

En été 1951, la ligne de front s’est établie aux alentours du 38e parallèle et y restera jusqu'à la fin de la guerre. Jusqu’en 1953, les pilotes soviétiques et américains ont pris part à de nombreux combats dans les cieux au-dessus de la péninsule de Corée.

>>> L’URSS dans la guerre civile espagnole: cinq faits que vous ignoriez peut-être

Guerre d'usure (1967-1970)

Plus de 70 chasseurs MiG-21 ont été envoyés en Égypte par les Soviétiques pour épauler les locaux dans leur guerre contre Israël.  Désassemblés et clandestinement transportés dans ce pays nord-africain à bord d’avions de transport An-12, une fois sur place, ils ont été peints aux couleurs de l'armée de l'air égyptienne.

Des pilotes soviétiques ont patrouillé le territoire égyptien, protégeant ses sites stratégiques contre les raids israéliens. Le 30 juillet 1970, des Mirage III et F-4 Phantom israéliens ont tendu une embuscade piège pour les Soviétiques. Lors de cette opération baptisée Rimon 20, 4 MiG-21 ont été abattus. Choquée, l’administration soviétique a immédiatement rappelé ses pilotes et l’on considère que c’est justement pour cette raison que la guerre d'usure n’a pas tardé à prendre fin.

Guerre du Vietnam (1955-1975)

Plus de 6 000 spécialistes militaires soviétiques ont été dépêchés pour soutenir le Vietnam du Nord dans sa guerre contre le Sud et les États-Unis. Déguisés en civils, sans pièces d'identité, ces hommes ont déployé tous leurs efforts pour protéger leurs alliés contre les raids aériens américains.

L'armée soviétique a d’ailleurs créé le système de défense aérienne nord-vietnamien, sans exagération à partir de zéro, ce qui a considérablement réduit l'activité des forces aériennes américaines. Contrairement aux pilotes, dont la participation aux combats aériens était officiellement accidentelle et dont la tâche principale résidait dans la formation des collègues locaux, des spécialistes de la DCA soviétique ont participé à des actions.

>>> Quel rôle pour l’URSS et la Russie dans la crise coréenne?

La flotte soviétique du Pacifique possédait 17 navires de reconnaissance en mer de Chine méridionale, où elle suivait des CSG américains et recueillait des informations sur les attaques aériennes en préparation.

Guerre du Liban (1975-1990)

Lorsqu’en 1982, durant la guerre au Liban, l'armée israélienne a écrasé les troupes syriennes, Damas a sollicité une aide soviétique. Déjà bloqués en Afghanistan, les Soviets ne voulaient cependant pas s’engager dans un nouveau conflit. Quoi qu’il en soit, sous prétexte de la tenue des exercices militaires Caucase-2, 8 000 soldats soviétiques dotés de systèmes S-200 SAM ont été secrètement envoyés dans ce pays proche-oriental pour protéger son ciel.

Réalisant l'arrivée des Soviétiques, Israël a réduit son activité aérienne près des frontières syriennes. Néanmoins, en septembre 1983, la défense antiaérienne soviétique déployée en Syrie a abattu un E-2 Hawkeye israélien. Pour se venger, les forces spéciales israéliennes ont attaqué trois mois plus tard des positions de troupes soviétiques, mais ont été repoussées par les forces syriennes.

Guerre civile angolaise (1975-2002)

Un des conflits majeurs du continent noir, la guerre civile angolaise a vu l’intervention de plus de 11 000 spécialistes militaires soviétiques. Ces derniers ont non seulement aidé le groupe rebelle Mouvement populaire de libération de l'Angola (MPLA) à organiser ses forces armées, mais ont personnellement planifié des opérations militaires et y ont participé.

L'une des opérations les plus remarquables préparées par l'armée soviétique a été l'assaut et la prise de la ville de Mavinga, l'un des principaux fiefs de l’Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (UNITA). Avant les Soviétiques, la ville était parvenue à résister aux attaques pendant 15 ans.

>>> Des missiles pour Castro: comment l'Union soviétique a dupé les États-Unis en 1962

Guerre d’Afghanistan (1979-1989)

Initialement, les dirigeants soviétiques n’avaient aucune intention de s’engager dans le conflit civil opposant le gouvernement de la République démocratique d’Afghanistan aux rebelles moudjahidines. Le contingent limité de Soviétiques avait pour mission de sécuriser des sites stratégiques et d'importantes routes.

Toutefois, à partir du printemps 1980, l’URSS a été entraînée dans des hostilités d’envergure, ce qui coûtera la vie à plus de 15 000 soldats soviétiques et contribuera à l’effondrement de l’URSS.

Dans cet autre article, nous nous intéressons à trois guerres par procuration ayant opposé URSS et États-Unis.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies