Sept choses à savoir sur Mologa, l'Atlantide russe du XXe siècle

Domaine public
La ville jadis prospère a été inondée en 1941 lors de la construction du réservoir de Rybinsk, l'un des plus grands au monde. Il y a beaucoup de choses étonnantes et mystérieuses dans son histoire. En voici quelques-unes.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Mologa était une ville riche et prospère

Il est d'usage de faire remonter l'histoire de la ville à 1149 - à cette époque, les premières mentions de celle-ci apparaissent dans les annales. Le lieu de peuplement était situé entre deux cours d’eau – le fleuve Volga et la rivière Mologa. Des esturgeons, des sterlets et des poissons blancs étaient pêchés dans ces endroits et livrés à la table des tsars.

De la fin du XIVe au début du XVIe siècle, l'une des plus grandes foires de Russie s'est tenue ici, des marchands d'Europe et d'Asie y participaient.

En 1777, par décret de l'impératrice Catherine II, Mologa a reçu le statut de chef-lieu. La route commerciale passant par la Volga et la construction active de Saint-Pétersbourg ont contribué à son expansion. Chaque année, des centaines de navires traversaient la ville, où ils étaient chargés de marchandises et ravitaillés.

Lire aussi : Pourquoi le gouvernement soviétique a-t-il inondé des villes et villages russes anciens? 

Mologa était célèbre pour son architecture médiévale et classique

L'un des principaux bâtiments dans les environs de la ville était le monastère Afanassievski, fondé au XVe siècle. À la fin du XIXe siècle, il y avait quatre églises sur son territoire.

Parmi les cathédrales de la ville, celle de l'Épiphanie, construite en 1882 dans le style russo-byzantin, était particulièrement importante. Les habitants étaient également fiers de la caserne de pompiers en pierre avec une tour de guet conçue par Andreï Dostoïevski, frère du grand écrivain Fiodor Dostoïevski.

La ville n'aurait pas dû être inondée

La conception initiale du réservoir de Rybinsk ne prévoyait pas l'inondation de Mologa - la ville était censée se trouver sur une sorte d'île. Cependant, lors de la construction du barrage, il a été décidé de rehausser le niveau du réservoir de plusieurs mètres afin d'augmenter la capacité de la centrale. Cette décision a conduit à une augmentation significative de la superficie du réservoir et à l'inondation de la ville.

Plus de 6 000 citoyens vivaient ici au moment des inondations

En 1940, 6 100 habitants vivaient à Mologa. La ville se composait de 900 maisons, dont une centaine en pierre. Il y avait deux cents échoppes et magasins et 11 usines et fabriques y fonctionnaient, produisant du vin, des briques, de la colle, des extraits de baies et d'autres produits.

>>> Saint-Pétersbourg: dix photos d'archives de l'inondation dévastatrice de 1924 

Des résidents auraient refusé de quitter la ville au péril de leur vie

Lorsque le sort de la ville a finalement été scellé, les habitants ont commencé à être évacués vers la ville voisine de Rybinsk. Les maisons en bois ont été démantelées et déplacées sur la Volga, et une compensation a été versée pour celles en pierre. Les bâtiments massifs ont été détruits. Mais, selon la légende, tous les habitants ne voulaient pas quitter la ville.

Selon un rapport secret de l'officier du NKVD Skliarov, 294 personnes ont refusé d'être évacuées et ont préféré périr sous les eaux avec la ville. Elles se sont enchaînées à des objets lourds et sont mortes lors de l’inondation.

Cependant, certains historiens doutent de la véracité de ce document. Le fait est que le réservoir s'est rempli d'eau progressivement - sur six ans. Ce fait rend cette version moins crédible. Le sort des habitants qui ont refusé d'évacuer reste un mystère.

L’inondation a été prédite un demi-siècle plus tôt

En 1881, une prophétie est apparue en rêve à l'abbesse du monastère situé près de Mologa, Taïssia. Dans un rêve, elle traversait un champ de seigle qui se terminait dans de l'eau. La femme a senti que l'eau était apparue ici à cause d’un homme. Elle a pénétré dans l'eau et a continué à marcher jusqu'à ce que l'eau atteigne son cou. Puis quelqu'un lui a tendu d'en haut un bâton. Taïssia s’est appuyée dessus et l'eau a commencé à reculer. Les murs de pierre blanche du monastère ont émergé en dessous.

Beaucoup croient encore que la deuxième partie de la prophétie se réalisera et que les terres inondées se retrouveront à nouveau sur la terre ferme.

La ville réapparaît parfois

Parfois, le niveau du réservoir de Rybinsk baisse et Mologa se retrouve au-dessus de l'eau. À cette occasion, les descendants des habitants se rassemblent de tout le pays pour visiter leur patrie.

Aujourd'hui, la ville est presque complètement détruite. En près de 80 ans, l'eau a détruit ce que les bolcheviks n'avaient pas réussi à faire sauter, et il ne reste plus que des rues pavées et les fondations de quelques maisons.

Lisez aussi notre article sur des projets soviétiques tirés tout droit d’un roman de science-fiction.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies