Trois grandes victoires navales russes qui ont rempli l'ennemi de respect et de crainte

Par rapport aux autres marines européennes, la flotte russe est très jeune et ne date que du début du XVIIIe siècle. Cependant, elle s’est rapidement imposée comme l’une des plus redoutables et des plus compétentes.

1. Bataille d'Hangö Oud (1714)

Dans le premier quart du XVIIIe siècle, la Russie et la Suède ont mené une guerre sanglante qui a déterminé le sort de l’Europe du Nord pendant des siècles. Les historiens soulignent souvent que le moment décisif de la Guerre du Nord (1700-1721) a été la bataille de Poltava (1709), au cours de laquelle l'armée russe a écrasé les Suédois. Mais ce n’est que la moitié de l’histoire. La Suède était également une superpuissance navale et la Russie devait la vaincre afin de remporter une victoire complète.

Le tsar Pierre Ier a passé de nombreuses années à construire la marine russe à partir de rien et, en 1714, il a récolté les fruits de ses efforts lors de la bataille d'Hangö Oud. Près de deux douzaines de galères russes ont attaqué la flotte suédoise comptant plus d'une douzaine de navires, dont un énorme navire de guerre connu pour son artillerie puissante.

Lire aussi : Comment la marine impériale russe a fini ses jours

Coordonnant en personne l'attaque, Pierre a intelligemment géré le temps et exploité le fait que les Suédois ont divisé leurs forces. Les Russes ont réussi à aborder et à capturer presque tous les navires ennemis.

La bataille était la première victoire de la marine russe en pleine mer. Parallèlement à la bataille de Poltava, elle a brisé l’échine du pouvoir suédois et garanti la victoire de la Russie dans la guerre du Nord.

2. Bataille de Tchesmé (1770)

La bataille de Tchesmé, qui constitue l'une des principales batailles de la guerre russo-turque de 1768-1774, a largement contribué à la victoire finale de la Russie dans ce conflit et permis à la Russie de prendre pied sur la côte de la mer Noire.

Tandis que l'armée russe avait écrasé les armées ottomanes à terre, la flotte russe commandée par le comte Alexeï Orlov pourchassait l'ennemi en mer Méditerranée.

Le 5 juillet 1770, les deux flottes se sont rencontrées près de la côte ouest de la Turquie moderne. Les navires de guerre ottomans étaient deux fois plus nombreux que les russes, mais Orlov a forcé l'ennemi à se retirer dans la baie de Tchesmé sous le couvert de l'artillerie terrestre.

Lire aussi : Kruzenshtern, Sedov et les autres: ces voiliers qui arborent fièrement le pavillon russe

La Russie a remporté l'une de ses victoires navales les plus glorieuses. Après que les navires de guerre russes eurent harcelé l'ennemi désorienté par les tirs de canon, plusieurs bateaux-brûlots sont entrés dans la baie et ont achevé les navires ennemis restants.

La flotte ottomane a subi une défaite désastreuse, perdant plus de 30 navires : frégates et galères, ainsi que 32 navires plus petits. Les pertes russes étaient minimes : un navire de franc-bord et quatre bateaux-brûlots.

3. Bataille de Sinope (1853)

Bien avant que la guerre de Crimée (1853-1856) ne se termine en catastrophe pour la Russie, le pays a connu de nombreuses victoires glorieuses, telles que la bataille de Sinope, dernier grand engagement de l’histoire impliquant des voiliers.

Le 30 novembre 1853, la flotte russe, sous les ordres de l'amiral Pavel Nakhimov, a attaqué des navires de guerre ottomans dans le port de Sinope, au nord de la Turquie moderne. Malgré les tirs nourris des navires ottomans et des batteries terrestres, les Russes sont entrés dans la baie de Sinope et ont commencé à pilonner l’ennemi à bout portant.

Lire aussi : Pourquoi la marine russe est-elle considérée comme l’élite militaire du pays?

La victoire était totale, les Ottomans ayant perdu presque tous leurs navires à Sinope (sept frégates, un bateau à vapeur et trois corvettes). Même le commandant ennemi, Patrona Osman Pacha, a été fait prisonnier. Un seul bateau à vapeur a réussi à s'enfuir.

Quant aux Russes, ils n’ont pas perdu un seul navire, même si beaucoup ont été sérieusement endommagés.

Le triomphe de Sinope a cependant eu des conséquences négatives pour la Russie. La Grande-Bretagne et la France ont été choquées par le « massacre de Sinope », comme fut surnommée la bataille, et ont décidé d'entrer en guerre contre la Russie pour soutenir les Ottomans.

Dans cet autre article, il vous est possible de découvrir les dix navires les plus légendaires de la Marine russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies