Normandie-Niemen: comment est née la légende

Wikipedia
L’escadron Normandie-Niemen, un célèbre groupe de pilotes français qui a combattu sur le front russe, célèbre actuellement son 75e anniversaire. L'histoire du groupe est devenue extrêmement populaire en URSS. Il y a eu des films tournés sur les pilotes français; un chanteur soviétique de premier plan a consacré une chanson touchante aux pilotes. Quels autres aspects que la bravoure et le sacrifice extraordinaires des Français ont assuré un tel intérêt pour le Normandie-Niemen?

Les pilotes français aux commandes de chasseurs soviétiques Yak constituaient une unité militaire efficace. Ils ont réalisé plus de 5 000 missions et abattu au moins 273 avions allemands. Ils agaçaient donc à raison les nazis. On dit que le maréchal allemand Wilhelm Keitel a publié l'ordre suivant : « Tout pilote français capturé doit être exécuté immédiatement ».

L'idée d'amener des pilotes français sur le front russe appartenait au général de Gaulle. Le plan de l'homme qui dirigeait la résistance française contre les nazis a été approuvé par les Soviets en novembre 1942.

Lire aussi : Régiment Normandie-Niemen: Russie et France commémorent 75 ans de légende

Héros français de l'Union soviétique

L’escadron Normandie, comme il était appelé au départ, est devenu opérationnel en mars 1943, et comportait dans un premier temps 14 pilotes et 47 mécaniciens dans ses rangs. Plus tard, pour ses accomplissements dans la bataille pour Biélorussie et la libération de la Lituanie, Joseph Staline accola « Niémen » au nom de l'unité en référence à la rivière Niémen. Bientôt, l'Escadron s'agrandit et se transforma en régiment.

De la composition initiale du groupe, seuls trois pilotes ont survécu. Au total, une centaine de Français se sont battus dans le régiment de Normandie-Niemen. Ils ont reçu de nombreuses décorations soviétiques. Quatre des pilotes ont obtenu les plus hautes récompenses soviétiques – ils sont devenus héros de l'Union soviétique, un cas rare pour les étrangers à l'époque.

Lire aussi : Normandie-Niemen: une amitié née sous le ciel de la guerre

Au centre de la politique internationale

L'unité était vouée à attirer beaucoup d'attention. Comme l'historienne Natalia Tatartchouk l'a souligné dans une interview à RB, dans les premières années de la guerre qui ont été les plus difficiles pour l'URSS, les « considérations militaires » derrière l'idée d'envoyer des pilotes français sur le front prévalaient pour Moscou. L'Union soviétique avait besoin de toute aide militaire possible. Ainsi, les pilotes étaient importants à cet égard.

Dans le même temps, il y avait au moins deux raisons supplémentaires qui ont poussé les dirigeants soviétiques à regarder de près l'escadron français et amené le groupe de chasse au centre de la politique internationale. Quand Staline soutint l'idée de de Gaulle de créer une unité militaire française sur le front russo-allemand, les alliés ne luttaient pas contre les nazis en Europe : l'URSS était seule à cet égard et essayait, par tous les moyens, d’attirer les troupes britanniques et américaines sur le continent. Dans ce contexte, « Normandie-Niemen a fourni une présence visible des alliés sur le front russe », a déclaré à RB le recteur de l'Institut d'État des relations internationales de Moscou, Anatoli Torkounov. En utilisant cet exemple, Moscou a voulu rendre efficace la coopération militaire avec les alliés.

Lire aussi : L’escadrille Normandie-Niemen de nouveau dans le ciel

Staline soutient de Gaulle et la France

L’importance de Normandie-Niemen aux yeux de Joseph Staline, cependant, ne se limitait pas à ces considérations. « Staline a réalisé que le tandem de Londres et de Washington avait besoin d'un contrepoids », soutient Natalia Tatartchouk, historienne spécialisée dans l'étude des relations entre la Russie et la France. C'est pourquoi le Kremlin a soutenu la figure de de Gaulle en tant que représentant de la France pendant la guerre, tandis que les alliés ne se pressaient pas d'accepter d’emblée le statut du général. Les combattants de Normandie-Niemen à l'avant symbolisaient le soutien de Staline à de Gaulle.

L'historienne rappelle que l'approche de Staline vis-à-vis du général et de la France était importante pour Paris. Quand la guerre fut finie, la France se retrouva parmi les puissances victorieuses. Le soutien de Staline a assuré la place de la France au Conseil de sécurité de l'Onu. Aux États-Unis, le Président Franklin Roosevelt avait initialement conçu le corps principal de l'Onu sans la France.

Lire aussi : Russes et Français réunis pour commémorer l’exploit de leurs ancêtres

Après la défaite du nazisme, le Normandie-Niemen est resté un symbole important de la coopération soviétique et française malgré le contexte de la guerre froide ou peut-être, au contraire, à cause de lui. Normandie-Niemen rappelait que « l'URSS avait un soutien dans le monde occidental et capitaliste », soutient Tatartchouk, ajoutant que la France était également importante pour l'Union soviétique parce que le Parti communiste français était le deuxième plus fort en Europe après l'Organisation des communistes italiens.

Normandie-Niemen dans les films

L'histoire de Normandie-Niemen a été popularisée en URSS. Le premier film où les pilotes de l'escadron figuraient en vedette est sorti dans les salles dès 1946. Il s'agissait de la comédie Une entreprise complexe où jouait le futur célèbre metteur en scène soviétique Youri Lioubimov.

Plus connu des téléspectateurs russes, le film Normandie-Niemen tourné en 1960. C'était une coproduction soviétique et française. Autour de cette époque, le célèbre chanteur et acteur soviétique Mark Bernes a interprété la chanson Souvenirs de l’escadrille Normandie-Niemen.

Comme Torkounov l'a souligné, le film et la chanson ne sont pas apparus accidentellement. C'était l’époque du retour au pouvoir de de Gaulle en France et les deux parties étaient désireuses de développer les liens mutuels. Le point culminant de cette tendance a été la « visite triomphale » de de Gaulle à Moscou en 1966.

Les participants à la conférence organisée par la société d'histoire russe à Moscou pour marquer le 75e anniversaire de Normandie-Niemen ont fait quelques allusions à la politique de de Gaulle visant à mettre fin à la confrontation avec Moscou dans l'Europe d'après-guerre. Selon eux, dans le contexte politique actuel, le cap maintenu par de Gaulle en général et l'expérience du Normandie-Niemen en particulier pourraient constituer une bonne source d'inspiration pour la génération actuelle de dirigeants politiques.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.