En images: les dix plats de cantine publique que les Russes aiment le plus

Legion Media
Ceux qui ont grandi à l'époque soviétique se souviennent sûrement de ces déjeuners nutritifs et abordables servis dans les cantines publiques du pays. Quel que soit l'endroit, le menu était toujours le même, établi selon les normes de l'État.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Croquettes de viande et purée de pommes de terre

L'option de déjeuner la plus courante proposée par la cantine soviétique était des сroquettes de viande avec une purée de pommes de terre, accompagnées d’une salade de chou et de carottes appelée « Vitaminny ». Cela paraît simple, non ? Pourtant, il était vraiment difficile de reproduire ce plat à la maison en raison d’un ingrédient secret. Ces croquettes étaient si savoureuses... à cause du pain de seigle. Pour les préparer, vous devez prendre de la viande et du pain dans la proportion 60/40. En Russie, le pain de seigle est considéré comme plus sain que le pain de blé, mais pourquoi était-il nécessaire de l'ajouter à la viande hachée ? Bien sûr, cela a été fait pour de simples raisons économiques. Mais ensuite, c'est devenu la carte de visite des croquettes soviétiques – et elles avaient un goût incroyable ! Ce plat s'accompagnait parfaitement d'une purée de pommes de terre, d'une salade fraîche et... d'un morceau de pain de seigle ! Dans cette publication, vous trouverez une recette détaillée de ces croquettes délicieuses.

« Hérissons » au riz

Ces boulettes de viande sont appelées « hérissons », car le riz donne l'impression que les croquettes ont des épines. Elles sont cuites dans une sauce tomate ou blanche (une sorte de béchamel). L'idée originale était que les « hérissons » peuvent être à la fois le plat principal et un accompagnement, mais beaucoup de gens les mangent simplement avec plus de riz, de la purée de pommes de terre ou du sarrasin. Et pourquoi pas ?

>>> Comment l'Union soviétique a-t-elle mis l'égalité culinaire sur la table?

Goulasch à la viande de bœuf avec pâtes

Le bœuf tranché avec des pâtes (le plus souvent des conchiglie (« coquilles »)) était une variante soviétique du célèbre goulasch hongrois. La chose spéciale à propos de ce plat était la sauce à base de bouillon et de pâte de tomate, la soi-disant « podlivka ». Certaines personnes demandaient même aux cuisiniers d'ajouter plus de sauce, en ignorant la viande. « Je pense que les employés de la cantine ajoutaient de la farine à la sauce, explique la Moscovite Daria Sokolova, en se souvenant de son enfance. Ma conscience ne me permet pas de manger de la farine avec les pâtes, mais c'était normal pour les cantines. Et c'était délicieux quand la podlivka était étalée sur les pâtes... ».

Omelette au four

Comment ce plat ordinaire peut-il être si volumineux ? Tout d'abord, lors de sa préparation, vous devez éviter d'utiliser de l'huile végétale, en ajoutant uniquement du beurre gras. Deuxièmement, dans les cantines, il y a des plaques de cuisson spéciales à bords hauts.

Lors de la cuisson au four, l'omelette devient gonflée. Si vous souhaitez la préparer à la maison, vous devrez mélanger 5 œufs, 1 tasse de lait, du sel à votre convenance et graisser la plaque avec du beurre. Cuisez votre omelette au four pendant environ 30-35 minutes.

Poisson blanc mariné

Dans les cantines soviétiques, le jeudi était le « jour du poisson » (vous pouvez découvrir pourquoi en cliquant ici), et ce plat était l'un des plus appréciés. Il peut s'agir de perche, de cabillaud, de carpe, de lieu noir ou de tout autre poisson qui était en stock. Pour le rendre plus nutritif, les chefs trempaient les tranches dans de la farine et les faisaient frire dans une soi-disant « marinade » à base de carottes, d'oignons et de pâte de tomate. Ce plat était bon même le lendemain, froid.

Soupe Solianka

Cette soupe peut être préparée à partir de différents restes, elle était donc souvent incluse dans le menu de la cantine soviétique. Les recettes traditionnelles comprenaient de la viande et des concombres marinés, mais cela pouvait aussi être fait avec du poisson ou des saucisses. La soupe chaude était généralement servie avec de la crème aigre.

>>> Zapekanka, le plat miracle qui donnera une seconde vie à vos restes

Zapekanka au tvorog

Les cantines soviétiques n'offraient généralement pas beaucoup de types de desserts ; cependant, on pouvait souvent y trouver de la zapekanka au tvorog (fromage cottage) et des syrniki (petits palets russes au tvorog) servis avec du lait concentré. Dans ces plats, la farine était remplacée par de la semoule, ce qui les rendait plus tendres. « J'ai essayé de préparer une telle zapekanka chez-moi, mais je ne suis arrivé à rien, explique Ioulia Petouchkova de Nijni Novgorod. C'est peut-être à cause des proportions idéales de tvorog et de semoule ou des plaques de cuisson spéciales utilisées par le personnel de cantine ».

Oladis gonflés

Parmi les différents types de crêpes que l'on pouvait trouver dans la cantine soviétique, cette version russe des pancakes américains était particulièrement appréciée. Les Russes d'aujourd'hui aiment encore manger les oladis au petit-déjeuner. La recette soviétique authentique ne comprend que de la farine, des œufs, du sucre, du sel, de l'eau et de la levure – sans ce dernier ingrédient, les « pancakes » ne seront pas aussi gonflés. Si vous souhaitez les cuisiner à la maison, suivez ce lien.

Brioches de Moscou

Dans les cantines soviétiques, on pouvait toujours trouver des pâtisseries faites sur place. Peut-être qu'elles n'étaient pas aussi exquises et variées que dans les boulangeries françaises, mais elles étaient fraîches et naturelles. Ces petites brioches, qui sont aujourd'hui appelées « Moskovskié » (de Moscou), étaient généralement cuites en forme de cœur. Pour les préparer, vous n'avez pas besoin de compétences particulières, il suffira de prendre juste un morceau de pâte avec du sucre ajouté. Cependant, leur odeur séduisante sortie du four attire l'attention de tous ceux qui se retrouvent à la cantine.

Compote

Un « set » incontournable de la cantine soviétique était composé d’une soupe, d’un second plat et d’une « compote ». Attention toutefois, contrairement à ce que l’on connait en France, en Russie, le mot « compote » ne désigne pas une purée de fruit, mais une boisson à base de fruit mariné. Les meilleurs ingrédients pour cette dernière étaient les pommes, les poires, les abricots ou les raisins. À l'époque soviétique, elle était généralement très sucrée, mais encore aujourd'hui, beaucoup de gens en Russie aiment cette boisson.

Dans cet autre article, nous vous expliquons comment fonctionnait le système de restauration collective soviétique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies