La cuisine russe est-elle bonne? Nos lecteurs s’expriment

Legion Media, Russia Beyond
Le monde est amoureux de la cuisine italienne, grecque et espagnole… Mais dès que vous évoquez la cuisine russe, les gens affichent une grimace de confusion voire de rejet. La nourriture russe est-elle vraiment si mauvaise ou le problème est-il que les gens ne la connaissent tout simplement pas? Nous avons interrogé nos lecteurs et analysé les commentaires des internautes sur Quora.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Sans saveur et avec beaucoup de mayo ! Tels sont les problèmes de la cuisine russe qui sont généralement mentionnés par les étrangers. Regardons de plus près.

Cuisine soviétique ou russe ?

Après la Révolution de 1917, le gouvernement soviétique s’est retrouvé confronté au défi de nourrir les nombreux travailleurs qui avaient quitté les villages pour les villes. La nouvelle classe prolétarienne au pouvoir était occupée à construire le communisme et n'avait pas beaucoup de temps pour cuisiner.

Le gouvernement soviétique « a développé un système de cantines qui nécessitait de nouvelles recettes pour fonctionner efficacement. Ces recettes signifiaient simplifier, réduire les coûts et vulgariser la nourriture dans la majorité des cas, comme la fameuse salade Olivier (initialement à base d'ingrédients coûteux) », explique un lecteur sous le pseudo de Kolyan Bratanov.

« Beaucoup de plats nécessitent un poêle russe et des ingrédients qui étaient abondants mais qui sont maintenant très chers - comme l'esturgeon. Bon nombre d'ingrédients douteux sont devenus la norme et se sont retrouvés dans trop de plats (mayonnaise – par exemple) », a répondu sur Quora Vitali Akpoulov, un expatrié russe travaillant aux États-Unis.

>>> Comment boire le thé comme un Russe en cinq étapes

Aujourd'hui, la cuisine russe intègre des recettes traditionnelles (à la fois populaires et tsaristes), des plats soviétiques et une cuisine moderne au développement dynamique.

« Comme la Russie est un pays très vaste, la nourriture est variée selon les régions, tout comme aux États-Unis. Quand j'ai épousé mon mari russe et découvert les cuisines géorgienne, sibérienne, ouzbèke et tatare, c'est alors que j'ai commencé à comprendre la variété qu’englobe le concept de cuisine russe », écrit Lug Gavrilov.

Des ingrédients limités

« Il y a un petit créneau saisonnier où vous pouvez acheter des fruits et légumes frais. Les restaurants ne s'approvisionnent pas en produits frais, mais se fient plutôt aux aliments marinés, secs ou en conserve », explique notre lecteur Nick Barlow.

« J'ai vécu à Moscou pendant deux ans et j'ai vraiment apprécié les yaourts, le cottage et la pâtisserie à base de ce dernier, écrit Tiyana Glushatz. J'ai adoré le poisson en Russie - salé ou fumé, frit, cuit et bien sûr - le caviar. Ce que je détestais vraiment, c'est que les fruits et légumes frais étaient presque impossibles à trouver à Moscou, tant dans les restaurants que dans les supermarchés ».

Pas assez épicé ?

« Mes papilles sont habituées à la cuisine mauricienne, qui est épicée, écrit Maya Rana. Par conséquent, il a fallu un certain temps pour s'habituer à la cuisine russe. Après avoir passé 6 ans en URSS en tant qu'étudiante à Moscou, je prépare et apprécie maintenant la cuisine russe. Mes plats préférés sont le bortsch, les blinis, les pelmeni, les pirojkis, le fromage, la salade Stolitchny, le caviar, le kolbassa et la vodka, les glaces, les confitures russes et le jus naturel (kompot). Il a sa propre saveur unique qui est vraiment agréable ».

>>> Les «règles» non écrites des repas dans une maison russe

Pradeep Koonath explique ainsi la situation en matière d’épices : « Les premiers produits alimentaires russes/soviétiques (1980-2000) étaient bons et le contrôle de la qualité des aliments était excellent. Mais les styles de cuisine russes étaient limités à quelques méthodes. L'utilisation d'épices et de fines herbes était très limitée. Les épices et herbes exotiques de la région méditerranéenne ou des régions tropicales étaient rarement utilisées en cuisine. Aujourd'hui, la situation a changé. Les Russes ont tous les types d'épices et d'herbes de partout ».

« En Amérique, nous sommes habitués aux aliments sans saveur qui ont été stockés. Cela signifie que nous utilisons beaucoup de sucre, de sel et d'épices pour faire la différence. En Russie, ils ne font pas cela. Les fruits frais du verger, les légumes frais du jardin, le bœuf nourri à l'herbe et les poules élevées en plein air ne nécessitent pas des tonnes d'assaisonnement, ce qui permet aux saveurs naturelles de prendre le devant de la scène », a commenté Marae Bailey sur Quora.

Restaurants russes à l'étranger

« Il y a une énorme différence entre la nourriture russe maison et la nourriture de rue, dit Phan Nguyên Hạnh. Alors que la cuisine russe à la maison est un vrai plaisir, la cuisine de rue russe peut facilement me décevoir. Si les Russes peuvent apporter cette nourriture de qualité à l'étranger, cela émerveillera les gens ».

« J'ai mangé de la nourriture russe ici aux États-Unis et en Russie. Je pense que la nourriture russe a une image négative aux États-Unis car il y a beaucoup de peur et d'incompréhension de la Russie dans notre psyché nationale. De plus, la façon dont la nourriture est présentée n'est pas à la hauteur de ce que les Américains attendent ou veulent », déclare Daniel Glenn.

>>> Trois cuisines de l’espace post-soviétique uniques à essayer en Russie

« En ce qui concerne la cuisine russe à l'étranger, je pense vraiment qu'elle a besoin d'un changement d’image », confirme Tiyana Glushatz.

« De nombreux plats russes reposent sur des ingrédients régionaux frais comme différents types de champignons, de baies, d'herbes, des types spéciaux de poissons qui peuvent être disponibles dans les forêts russes, mais qui ne poussent pas dans le centre de Berlin ou de Manchester », souligne Kolian Bratanov.

La cuisine russe est-elle bonne ?

« J'adore la nourriture russe pour son caractère simple, sa plénitude et son absence générale de produits chimiques », écrit Walter J.Jacques. 

« J'ai été très agréablement surpris par la qualité de la nourriture en Russie quand j'y étais il y a quelques années. Les produits laitiers sont superbes. Les pelmeni aux herbes fraîches et à la crème épaisse ou aux oignons caramélisés. Le salo (lard, ndlr) ! Oh, et la soupe okrochka, mon amour. Le bortsch chaud et froid, incroyable. Les noix de cèdre de Sibérie, avec du thé ! Les Occidentaux pensent que c'est lourd et fade. C'était peut-être comme ça avant, mais je n'ai pas mangé de mauvais repas pendant que j'y étais », explique notre lecteur Quin Marshall.

« Certaines choses sont trop étranges pour les gens d'autres pays, comme le salo, la vobla et l’okrochka ; d'autres sont trop gras, mais après avoir vécu six ans en Russie, j'ai parfois envie d'un bol de bortsch avec du pain Borodinski ou de la riajenka, ou des pelmenis de la cantine de l'Université d'État de Moscou », admet Isabel Blondet.

Connaissez-vous vraiment la cuisine russe ? Nous vous invitons à tester vos connaissances.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies