Ces thés prétendument «russes» inconnus au bataillon en Russie

Getty Images
Il y a peu d’endroits dans le monde où l’on peut trouver en vente une variété de thé aussi importante qu’en Russie. Pourtant, il s’avère que les thés présentés comme «russes» à l’étranger sont généralement inconnus dans ce pays.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les Russes aiment beaucoup boire du thé : une tasse le matin, une tasse l'après-midi, une tasse le soir. Aussi, le choix dans n'importe quel magasin, même le plus petit, surprend agréablement : en vrac, en sachets, noir, vert, tisanes, avec une multitude de saveurs différentes. Mais ce qui ne se trouve pas dans les magasins russes, ce sont ces fameux « thés russes », qui sont vendus à l'étranger sous ce nom.

Le thé russe au passé français

L'un des thés « russes » les plus populaires dans le monde est celui de la marque Kusmi (abréviation du nom de famille Kouzmitchev). Elle a été fondée en 1867 par un paysan, Pavel Kouzmitchev, qui savait mélanger les thés de façon ingénieuse. Les feuilles, bien sûr, étaient achetées en Chine, et les maisons de thé de Pavel créaient des associations parfumées.

Son thé le plus célèbre a alors été le Prince Wladimir, créé pour le 900e anniversaire du prince Vladimir. Après la mort de Kouzmitchev en 1908, c’est son fils Viatcheslav qui a hérité de son business : il alors tout d’abord inauguré un salon de thé à Londres, créant pour les connaisseurs britanniques les variétés Queen Victoria et Windsors, puis à Paris, où il s'est installé peu avant la Révolution russe. Progressivement, il est parvenu à donner naissance à un véritable empire du thé : la société disposait de bureaux en Allemagne, aux États-Unis et en Turquie.

Magasin Kusmi Tea en 1924

Cependant, son successeur, son fils Konstantin, n'a pas été un entrepreneur aussi chanceux, et en 1972, Kusmi, au bord de la faillite, a été vendue pour quelques centimes. Au cours des 30 années suivantes, la compagnie est passée de main en main à plusieurs reprises, jusqu'à ce qu'en 2003, elle soit confiée aux frères Orebi, spécialisés dans la fabrication de boissons à base de café et de thé. Ensemble, ils ont décidé de redorer le blason de Kusmi, dont on peut désormais retrouver le thé dans tous les magasins du monde. Sauf en Russie.

Le Russian Caravan

Un autre thé prétendument « russe » très populaire, le Russian Caravan, doit son nom aux marchands russes qui l'ont apporté directement de Chine. Il s'agit d'un mélange de différentes sortes de thé noir chinois à l'arôme « fumé » qui, selon la légende, serait dû aux feux de camp, de l’odeur desquels le thé s’imprégnait pendant ce long voyage (d’une durée de plus d’un an !).

Arrivée de caravanes russes à Kiakhta (Bouriatie), ville située à la frontière russo-chinoise qui a été durant des siècles le principal point d'importation du thé chinois. Depuis, le commerce maritime a néanmoins entraîné le déclin de ce site.

En réalité cependant, ce parfum est apporté par une variété de feuilles de thé kimin entrant dans la composition de ce mélange. Elles procurent d’ailleurs également à l’infusion sa teinte rouge foncé, presque marron. Aujourd'hui, ce thé peut être acquis sur les sites des marques Twinings et Stast Tea.

Lire aussi : Le thé, cette infusion portée au rang d’art en Russie

Le Russian Earl Grey

En Russie, de l’Earl Grey anglais est proposé à l’achat, tandis qu’en Europe, on en trouve du russe. Le Russian Earl Grey est en effet par exemple disponible dans les gammes Lipton et Twinings. Mais savez-vous en quoi le Earl Grey russe diffère du traditionnel ? En fait, on considère que le thé, quels que soient ses arômes et ses additifs, ne peut être bu avec du citron, car ce dernier annihile toutes les autres saveurs. Ainsi, l'Earl Grey est un thé auquel on ajoute de l'essence de bergamote et il convient de ne pas le mélanger avec du lait ou du citron. Pourtant, les Russes ont pris l’habitude de le consommer avec cet agrume. Les autres peuples ont à leur tour essayé cette variante et ont découvert que cette version avait elle aussi le droit d'exister et d’avoir ses adeptes. C’est ainsi que le Earl Grey russe est né.

Il faut dire que les Russes aiment beaucoup boire n'importe quel thé avec du citron, et si d'autres nations peuvent, par souci d'exotisme, ajouter à leur tasse un zeste de citron ou un peu de jus, boire du thé avec une rondelle de citron entière reste une invention exclusivement russe. Les citrons sont apparus en Russie grâce à Pierre le Grand, qui les a fait venir d'Europe au XVIIe siècle. Ils ont d'abord été cultivés à Oranienbaum, près de Saint-Pétersbourg, et dans les serres d’aristocrates, puis des citronniers sont apparus en province, si bien qu'au milieu du XIXe siècle, il était courant de faire pousser de tels arbustes à sa fenêtre. Ils donnaient un petit rendement de 10-15 fruits par an, ce qui était toutefois suffisant pour une famille. Mais le citron est devenu un compagnon du thé grâce aux... routes cahoteuses du pays.  Il s'est avéré qu'une tranche de citron aidait à soigner le mal des transports, et l’on a donc commencé à en ajouter au thé !

Dans cet autre article, nous vous expliquons comment boire le thé comme un Russe en cinq étapes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies