De prince à président: quels titres ont porté les dirigeants de Russie au cours de l’histoire?

Sputnik, Galerie Tretiakov
Tsars, empereurs, secrétaires généraux... Les souverains russes ont, au fil des siècles, eu des titres divers, qui nous en disent long sur la Russie et son développement...

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Prince

Reproduction de la peinture d'Ilia Glazounov

Riourik a été le premier « kniaz » (князь, prince) sur les terres du peuple russe. Et bien qu'il ait été, très probablement, un roi scandinave, il a fondé la dynastie des Riourikides, qui a régné sur la Russie jusqu'à la fin du XVIIe siècle.

Les princes, cependant, n'étaient pas des chefs d'État, car il n'y avait tout simplement pas encore d'État. Chaque kniaz contrôlait un petit territoire appelé oudel – « apanage » en russe. On parle d’ailleurs de Russie des apanages. Le prince recueillait un tribut auprès des habitants et leur assurait en retour une protection, par le biais de sa petite armée appelée droujina. 

Grand prince

Le grand prince Ivan III recevant la nouvelle de la défaite de la Lituanie sur la rivière Vedrocha en 1500. Peinture sur pierre. Reproduction. P. Ivanov.

Avec le temps, le nombre de princes issus de la lignée des Riourikides a augmenté, et ils ont commencé à se faire la guerre – bien qu'ils étaient souvent des parents proches, le pouvoir sur les terres russes abondantes et fertiles était plus important. Les grands princes (portant le titre de « veliki kniaz ») étaient des princes qui en contrôlaient d'autres et soumettaient les forces et le peuple de ces derniers à leur contrôle ultime.

Les grands princes sont apparus pour la première fois lors du joug imposé par les Tataro-Mongols. Ils étaient d’ailleurs d’une grande utilité pour ces envahisseurs car ils percevaient des impôts auprès des princes locaux moins puissants et permettaient aux Tatars d'économiser un temps précieux. Au XIVe siècle, les grands princes régnaient sur les principautés de Nijni Novgorod, de Souzdal, de Tver et de Riazan. À la fin du XVIe siècle, uniquement un seul grand prince dominait les autres, celui de Moscou.

Lire aussi : Ces princesses russes qui ont régné sur des pays européens

Tsar (1547-1721)

Couronnement d'Ivan IV, cadre du film

Ivan IV, dit le Terrible, (1530-1584) a été le premier grand prince de Moscou à adopter officiellement le titre de tsar. Provenant probablement du titre latin de César, ce statut était aussi largement utilisé dans la culture politique tatare. Si l’on ne sait pas exactement d'où les Russes ont pris ce titre, toujours est-il qu’en 1547, Ivan le Terrible a été le premier à l’endosser.

Le titre officiel d'Ivan IV était « Gossoudar, Tsar et Grand Prince de toute la Rus’ », de sorte que « Gossoudar » (« государь », « seigneur souverain », partageant la même racine que le mot russe « государство » – gossoudarstvo – « État ») est également devenu le mot pour désigner l’autorité suprême du pays. 

Toutefois, le titre officiel complet de souverain russe était en réalité beaucoup plus long. Il contenait le nom de tous les pays, duchés, anciens khanats, grandes villes et cités que le tsar contrôlait, ou comme on disait « possédait ». Voici le titre complet d'Alexis Ier (1629-1676) :

« Par la grâce de Dieu, Nous, le grand Gossoudar, Tsar et Grand Prince Alexis Mikhaïlovitch, Autocrate de toute la Grande et Petite et Blanche Russie, Moscou, Kiev, Vladimir et Novgorod, Tsar de Kazan, Tsar d'Astrakhan, Tsar de Sibérie, Gossoudar de Pskov et Grand Prince de Tver, Ougra, Perm, Viatka, Bolgar et autres, Gossoudar et Grand Prince de Novgorod des Basses Terres, Tchernigov, Riazan, Rostov, Iaroslavl, Beloozero, de la terre d'Oudorski, Obdorsk, Kondia et Maître de tous les pays du Nord, et Gossoudar d’Ibérie, Karthli, et des Tsars géorgiens, des Princes de Circassie et des Montagnes, et de nombreux autres États et terres de l'Est et de l'Ouest, et du Nord, Père et Grand-père, et Héritier, et Gossoudar et Possesseur »    

Ce titre a été aboli sous Pierre le Grand et remplacé par le titre d'empereur de toute la Russie. 

Empereur de toute la Russie (1721-1917)

Portrait de Pierre le Grand, Alekseï Antropov

Le Sénat dirigeant russe, agissant en tant que gouvernement, et le Saint-Synode, agissant au nom de l'Église orthodoxe russe, ont conféré le titre d'empereur de toute la Russie au tsar Pierre après sa glorieuse victoire sur la Suède lors de la guerre du Nord (1721). De plus, le titre honorifique « le Grand » a été ajouté à son nom avant sa mort, tandis que celui d'empereur, selon le Sénat et le Synode, a été accordé à Pierre « comme le Sénat romain accorde habituellement ce titre aux empereurs romains en l'honneur de leurs réalisations exceptionnelles ». 

La partie « ...de toute la Russie » a été héritée du titre précédent « … de toute la Rus’ » (nom médiéval du pays). Même après l'introduction du titre d'empereur, le mot « tsar » a continué à être utilisé. 

Le titre complet de Nicolas II montre à quel point la Russie s'est agrandie depuis le XVIIe siècle :

« Par la grâce de Dieu, Nous, Nicolas II, Empereur et Autocrate de toutes les Russies, Moscou, Kiev, Vladimir, Novgorod; Tsar de Kazan, Tsar d’Astrakhan, Tsar de la Pologne, Tsar de la Sibérie, Tsar de Chersonèse, Tsar de la Géorgie; Seigneur de Pskov et Grand Prince de Smolensk, Lituanie, Volhynie, Podolie, Finlande; Prince d’Estland, Livonie, Courlande, Sémigalie, Samogitie, Belostok, Carélie, Tver, de la terre d’Ougorski, Perm, Viatka, Bolgar et d'autres; Seigneur et Grand Prince de Nijni Novgorod, Tchernigov, Riazan, Polotsk, Rostov, Iaroslavl, Belozersk, de la terre d’Oudorski, Obdorsk, Kondia, Vitebsk, Mstislav, et de tous les pays du Nord; Maître et Seigneur d’Ibérie, Karthli, et des terres de Kabardie et des provinces arméniennes; Souverain héréditaire et Chef des Princes de Circassie et des Montagnes et des autres; Seigneur du Turkestan; Héritier de la Norvège; Duc de Schleswig-Holstein, Stormarn, Dithmarse et Oldenbourg, et d'autres, et d'autres, et d'autres »

Lire aussi : Ces tsars qui ont renoncé au trône russe

Ministre-Président du Gouvernement provisoire de la République de Russie (1917)

Alexandre Kerenski

Le titre d'empereur de toute la Russie a existé jusqu'à l'abdication de Nicolas II le 2 mars 1917. Après cela, il y a eu une courte période d'incertitude quant à savoir qui était réellement le chef du pouvoir exécutif en Russie. 

Il est vite devenu évident que ce statut revenait au dirigeant du gouvernement provisoire de la République russe, qui a remplacé pour une courte durée l'Empire russe et a été officiellement établie le 1er septembre 1917.

Seules deux personnes ont occupé ce poste pendant la brève période ayant séparé l'abdication de Nicolas et la Révolution d'Octobre : le prince Gueorgui Lvov (1861-1925), issu des Riourikides, puis Alexandre Kerenski (1881-1970).

Président du Conseil des Commissaires du peuple de la République socialiste fédérative soviétique de Russie (1917-1922)

Lénine

Le Conseil des Commissaires du peuple était le gouvernement de la RSFSR, qui a remplacé la République russe le 7 novembre 1917. Son organe décisionnel suprême était le Congrès panrusse des Soviets.

Les soviets (« conseils ») étaient les principales organisations politiques de la société russe. Les soviets de village et d'usine, les soviets de district, de comté et de région, avaient chacun leur soviet exécutif. Au-dessus d'eux se trouvait le Congrès panrusse des Soviets, qui nommait le Comité exécutif central panrusse de 200 membres au maximum, lequel choisissait à son tour le Conseil des Commissaires du peuple, le gouvernement.

Son premier président a été Vladimir Lénine (1870-1924). Plus tard, Alexeï Rykov (1881-1938) et Viatcheslav Molotov (1890-1986) ont occupé ce poste, avant que Joseph Staline (1878-1953) ne renomme ce statut « Président du Conseil des ministres de l'Union soviétique » en 1946.

Cependant, après 1923, le poste le plus élevé dans la hiérarchie était dans les faits celui qui contrôlait le Parti communiste de l'Union soviétique.

Lire aussi : Ces blagues politiques qui pouvaient vous coûter la vie sous Staline

Secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique (1923-1991)

Staline

Après plusieurs années d'intrigues politiques clandestines, de répressions et de lutte générale pour le pouvoir, Staline a réussi à maintenir une emprise constante sur la situation politique en URSS, à éliminer ou à écarter ses opposants et à installer un régime totalitaire strict.

Puisque formellement et idéologiquement, toutes les décisions de l'État étaient prises par son peuple, représenté par le seul Parti communiste, le secrétaire général de ce dernier était naturellement la principale personne qui donnait vie aux aspirations de la population.

Staline a occupé ce poste à partir de 1922. Au début, pendant les dernières années de vie de Lénine, cette fonction n'était responsable que du contrôle de la machine bureaucratique du Parti, mais Staline a profité de cette particularité pour la transformer en véritable fonction souveraine de l’URSS. Le poste a été aboli en 1991 en même temps que le Parti communiste de l'Union soviétique.

Président de l’URSS

Gorbatchev

Bien qu'officiellement le poste le plus élevé dans la fonction publique de l'URSS était celui du Président du Soviet suprême de l'Union soviétique (le Soviet suprême a remplacé le Congrès panrusse des Soviets en 1938), le 15 mars 1990, la Constitution a été modifiée pour inclure le poste de Président de l'URSS. Mikhaïl Gorbatchev (né en 1931) a été la première et la dernière personne à occuper cette fonction, qui a été abolie le 25 décembre 1991 avec la démission de son occupant et la dissolution de l'Union soviétique. 

Président de la Fédération de Russie

Eltsine

Le 26 décembre 1991, la Fédération de Russie a été fondée, avec Boris Eltsine (1931-2007) à sa tête, comme premier président.

Le président de la Fédération de Russie est le chef de l'État, le chef du gouvernement et le commandant en chef des forces armées russes. Il occupe à la fois la plus haute fonction civile et militaire du pays et, à cet égard, peut être comparé aux tsars russes qui étaient les seules personnes de la nation à endosser le rôle à la fois d’officier militaire et civil. C'est le seul poste de l'État qui est régi par des élections nationales.

Toutefois, selon la Constitution russe de 1993 actuellement en vigueur, le président de la Russie ne fait pas partie du gouvernement et donc du pouvoir exécutif, bien qu’il en soit le chef. Ses ordres sont obligatoires et le président peut annuler tout ordre du gouvernement. Il possède également une immunité présidentielle spéciale, et la personne qui occupe cette fonction (ainsi que sa famille) est obligée de vivre sous une surveillance personnelle et une sécurité constante 24 heures sur 24. Vladimir Poutine (né en 1952) est l'actuel président de la Fédération de Russie.

Poutine

Dans cet autre article, nous vous révélons quels étaient les passe-temps favoris des tsars russes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies