Anna Gribanova, une boulangère de Sibérie débarque dans la cour des grands

Une spectaculaire bataille des titans s’est déroulée à Paris lors des Masters de la Boulangerie 2018. Pour la première fois de l’histoire de ce prestigieux concours, la Russie était représentée au fournil, et ce en la personne de la Sibérienne Anna Gribanova. Russia Beyond est allé à sa rencontre.

La crème de la crème, l’élite internationale de la profession, a mis la main à la pâte lors des Masters de la Boulangerie 2018, une compétition mettant aux prises 18 candidats venus des quatre coins du globe pour mettre en lumière l’excellence et la noblesse du métier de boulanger.

Cette compétition unique en son genre, summum de tous les concours dans le domaine du savoir-faire de la profession, s’est tenue du 3 au 6 février lors du salon Europain au centre des expositions Paris-Nord Villepinte. L’édition de cette année a offert une surprise aux visiteurs du salon et supporteurs venus encourager leurs candidats : toutes les épreuves se sont déroulées sur une plateforme ouverte, révélant les moindres gestes des prétendants au prestigieux titre de World Master Baker (Meilleur boulanger du Monde) pendant trois jours. Autre première notable dans ce monde (très masculin !) des perfectionnistes et précurseurs du métier : la participation d’une représentante de la Russie.

Lire aussi : Masters de la boulangerie 2018: la Russie pour la première fois en lice

Anna Gribanova, boulangère exceptionnelle venue de Sibérie, est la première Russe dans l’histoire des compétitions internationales de haut niveau à participer à titre individuel au concours aux côtés des meilleurs représentants de son métier. Avec la Française Déborah Ott, elles ont été les deux seules et uniques femmes parmi les 18 candidats.

L’ascension

Née en Iakoutie, région la plus glaciale de la planète, Anna Gribanova, 38 ans, vit avec sa famille dans la ville sibérienne de Krasnoïarsk où son mari et elle travaillent dans une entreprise privée de taille moyenne, la boulangerie Khlebniy dvor, qui produit 10 tonnes de pain et viennoiseries par jour. Anna a rejoint l’entreprise en 2001 pour occuper le poste de technicienne après avoir terminé ses études supérieures. Aujourd’hui, elle gère toute la chaîne de production, assistant à chaque étape et supervisant le travail de 60 employés.

Lire aussi : Koulebiakine, une Maison de tourtes russes a ouvert ses portes en Belgique

En 2012, Anna et ses collègues ont participé pour la première fois à la Coupe de Sibérie de boulangerie et ont remporté le Grand Prix du concours. Un an plus tard, son équipe a participé au Championnat de Russie, où encore une fois, elle a atteint le sommet du podium. Depuis lors, Anna enchaîne différents concours et compétitions, parfois deux fois par an, tout en continuant à gérer l’entreprise dont la propriétaire et directrice, Tatiana Kaliouga, est très fière de son employée. Elle approuve l’enthousiasme d’Anna et cherche à l’accompagner et à la soutenir dans toutes les épreuves, comme ici, au Masters de la Boulangerie.

« La participation à cette compétition est tout ce dont un boulanger peut rêver. Plus important? Il ne peut y avoir qu'une compétition sur une autre planète... Pour moi, c'est le summum de ma pratique », a confié Anna Gribanova à Russia Beyond.

Lire aussi : Ladurée à Moscou: entre ouverture à la gastronomie russe et respect du savoir-faire français

Elle explique également que malgré le manque de popularité de ce genre de compétitions en Russie, où la profession du boulanger n’a rien de noble aux yeux de la population, il y a heureusement des gens qui essaient de promouvoir les tendances actuelles et de développer les technologies novatrices dans l’industrie boulangère, et qui luttent pour le prestige de la profession, comme son coach et « gourou du pain » Vitali Lounine, responsable du Baking Center Lesaffre en Russie.

« En Russie, les technologies de production du pain sont très en retard par rapport à l'Europe et à l'Asie. Nous n'avons pas assez de centres de formations des boulangers, nous avons très peu de spécialistes », affirme Anna, qui est obligée de faire tous les mois les voyages de Krasnoïarsk à Saint-Pétersbourg (6 heures de vol) pour perfectionner ses compétences et performances et se préparer à des compétitions internationales sous la direction de Vitali.

Lire aussi : Pourquoi la Russie n'a-t-elle pas de restaurants étoilés au Michelin?

En 2015, l’équipe entièrement féminine dont Anna faisait partie a participé à la Coupe Louis Lesaffre dans la partie européenne. Les Russes ont gagné dans la catégorie Europe de l'Est et ont été sélectionnés pour la Coupe du Monde de la Boulangerie. Ce fut la première participation de la Russie à cette compétition prestigieuse, et elle n’est pas passée inaperçue. Les Sibériennes se sont retrouvées parmi les finalistes. « C'était notre premier grand défi et la première grande victoire, c’était incroyable, un concentré de bonheur », se souvient Vitali.

Le jury de la Coupe du Monde a sélectionné pour l’ultime combat les six meilleurs boulangers dans chacune des trois spécialités : « Panification Nutritionnelle », « Panification Gourmande » et « Panification Artistique ». C’est ainsi qu’Anna Gribanova s’est retrouvée confrontée à l’élite mondiale de la profession pour cette édition des Masters de la Boulangerie. Dans la section Panification Gourmande, elle devait démontrer son excellence face à cinq autres concurrents pour le titre du meilleur boulanger de la planète : un Américain, un Taïwanais, une Française, un Canadien et un Argentin.

Tout au long de l’histoire russe, le pain a occupé une place particulière sur les tables. Voici notre liste de ses principales variétés.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies