Copains pour boire: comment se passe leur journée de travail

Legion Media
Ils débarquent chez vous au beau milieu de la nuit, vous racontent une histoire drôle, ou tout simplement hochent la tête en silence en écoutant votre monologue indigné sur l'injustice du monde. Après avoir vidé quelques verres, ils disparaissent dans la pénombre, enfermant tous vos secrets dans les coins les plus reculés de leur mémoire. Rencontrez les «copains buveurs» - des gens qui gagnent leur vie en buvant à votre compte et vous en écoutant raconter votre vie.

Imaginez une soirée de vendredi et l'irrésistible désir de vous éclater de telle sorte que vous ne puissiez vous en souvenir sans rougir. Vous appelez vos amis, mais malchance, leur plan de soirée ne correspond pas au vôtre. Vous pouvez, bien sûr, aller au bar et jouer les piliers de comptoir, en regardant à la ronde avec espoir à la recherche d'un compagnon de beuverie, mais ce n'est pas pour tout le monde. Il doit bien y avoir une solution plus pratique !

C'est à peu près comme ça que raisonnaient ceux qui ont décidé de faire de l'argent en meublant la solitude des autres : le service « Copain pour boire » existe sur le marché russe depuis plusieurs années. Ces camarades de bouteille sont prêts à tout moment à dissiper la mélancolie de quelqu'un contre monnaies sonnantes et trébuchantes. « En un mot – on vient vous voir, on boit, on écoute, nous sommes d'accord avec tout. Vous pourrez parler, vider complètement votre sac » : telle est l'annonce de l'agence Éclair bleu dans la ville de Kirov (950 km de Moscou). La proposition comprend, par exemple, « parler de politique en soutenant vos opinions », « garder les secrets les plus intimes » ou « tenir compagnie de façon amusante ».

Lire aussi : Comme un patron en Russie: tout contrôler sans quitter votre chambre

Certains compagnons de beuverie opèrent en solitaire. Parmi les « compétences », on indique dans généralement dans l'annonce tout ce qui peut attirer le client. « Soutien à tout sujet de conversation, je connais toutes les chansons à boire, je sais danser les danses moldaves et le Gopak [danse nationale ukrainienne], et j'ai dans mon arsenal plus de 100 toasts à l'amour », écrit Vlad, 800 roubles/heure (11 euros).

Gens ordinaires

« Il y a un an, moi et un ami avons décidé de plaisanter : +et si nous demandions de l'argent pour profiter de notre compagnie+. Nous nous ennuyions. Nous avons publié l'annonce sur une ressource populaire et ça a marché. On a reçu des commandes », dit Sergueï. Il a 23 ans et le jour, il est entraîneur dans un centre de remise en forme de Moscou. Le soir, il devient « copain de bouteille » pour 1000 roubles de l'heure (14 euros). Il a une voix calme et il n'est pas très bavard au téléphone, mais chaque soir il a deux ou trois commandes.

« Je travaille habituellement sur rendez-vous. Pour une personne, il faut environ deux à trois heures. Je viens partout où on m'appelle - du restaurant à l'appartement - je bois, j'écoute et je pars. Parfois, je reste assis, je ne bois rien. Je suis appelé par des gens ordinaires, hommes et femmes. Et leurs conversations sont aussi très ordinaires. Ils parlent de travail, se plaignent de la crise, de la vie de famille. Trois fois des étrangers ont appelé - américains, espagnols et français, ils m'ont demandé de montrer la ville et de boire quelque chose avec eux. Et l'idée leur a paru incroyablement drôle - de prendre de l'argent pour boire un coup ensemble », raconte Sergueï.

Lire aussi : Service à la russe: femme-bouillotte et chat pour une heure

Dès le départ, Sergueï n'avait pas de phrases, de thèmes et de blagues tous prêts. Beaucoup de gens voulaient juste avoir quelqu'un en face d'eux. « Je n'ai eu qu'une seule provocation pendant toute cette période, je commençais tout juste. J'ai accepté la commande d'une jeune fille journaliste, je suis venu au rendez-vous dans un café, elle est venue avec un cameraman, puis a appelé la police pour vérifier ma réaction - soit disant je lui aurais volé l'argent et l'aurais harcelée. Maintenant, cette vidéo est sur YouTube, et je passe depuis pour le principal compagnon de bouteille de Moscou, comme +un homme qui a fait ses preuves+. Les gens ne me craignent pas, parce qu'ils savent - je m'occupe uniquement de boire avec les autres, et pas d'autre chose », dit-t-il.

Trash et chaos

Dans l'ensemble, les copains buveurs sont similaires à un service de soutien psychologique ou à un ami sur appel. « Une fois, une femme d'âge moyen a appelé, disant qu'elle voulait aller voir un film avec un jeune homme et sentir ce que c'est d’aller au cinéma avec son +fils+. Elle a une maladie, et ne peut pas avoir d'enfants. On est allés au cinéma, puis encore une fois. Et nous ne nous sommes plus revus, explique le créateur d'Éclair bleu Dmitri. Un autre cas - un homme qui se préparait à se suicider et complètement ivre a appelé. Mais chacun de nos +spécialistes+ a été formé par un psychologue et sait contenir les situations de crise. Donc tout s'est bien terminé, ils se sont assis ensemble, ont parlé, l'homme s'est calmé ».

Lire aussi : Dix choses qu'un étranger ne devrait jamais faire en Russie

Mais le plus souvent, selon Dmitri les gens veulent juste s'éclater. À l'apogée de sa gloire, les revenus de l'agence ont atteint 60 000 roubles par mois (850 euros), avec 10 employés : « J'ai été appelé à trois heures du matin, alors que j'étais déjà endormi, et j'ai commencé à appeler mes gars pour savoir qui pouvait aller les voir. C'était le chaos total. Vous ne pouvez pas intégrer une telle entreprise dans le système. Ni forcer le travailleur à boire. Les clients veulent des copains de bouteille, mais il n'est pas obligatoire de boire ».

Il n'y a pas si longtemps, Dmitri a fermé son agence et a tout investi dans la crypto-monnaie. Le problème principal était la trop grande demande et le nombre insuffisant de personnes voulant occuper cet « emploi ». « En fait, ce sont des fêtards qui aiment les nouvelles connaissances et ne voient pas d'inconvénient à obtenir de l'argent pour cela. Mais le travail est tel qu'on peut, après une commande, rentrer chez soi complètement épuisé, pas physiquement, mais émotionnellement, humainement. Car les montagnes de problèmes ou la folie des autres s'abattent sur vous », raconte Dmitri. 

Avez-vous besoin de quelqu'un pour vous faire la queue à votre place ou souhaitez-vous briser des meubles sans redouter conséquences ? En Russie, c’est possible ! Pour en savoir plus, suivez le lien.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer