Les sept maisons du XIXe siècle les plus luxueuses de Moscou

Russia Beyond vous emmène à la découverte des joyaux de l’architecture prérévolutionnaire de Moscou. Un patrimoine d’une grande beauté qui gagne à être connu.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

1. Maison Levenson, allée Trekhproudny, 9

Cette maison, conçue par l'architecte Franz Albert Schechtel (il se fait appeler Fiodor après 1915), a été construite pour Alexandre Levenson, le propriétaire d'une célèbre imprimerie de Moscou, en 1900. La maison avait de l'espace pour accueillir des machines d'impression, ainsi que des locaux d’habitation.

Le point culminant de la maison est une lanterne de toit fascinante. Récemment, la maison a subi une restauration de qualité et est maintenant à vendre. Le bâtiment de 1 000 mètres carrés coûte la bagatelle de 1,1 milliard de roubles (environ 14,4 millions de dollars).

2. Maison Zimine, allée Degtiarny, 8/3

Ce qui semble être une maison ordinaire de l'extérieur est en fait l'une des demeures les plus cossues du XIXe siècle à Moscou, créée pour Nikolaï Zimine, un important négociant en tabac russe.

Construite en 1896 selon le projet d'Edmund Iouditski, elle possède sa décoration intérieure d'origine. Les cinéphiles russes peuvent la reconnaître dans le célèbre film Brat-2, réalisé par Alexeï Balabanov.

Actuellement, le bâtiment abrite l'Agence pour la gestion et l'utilisation des monuments historiques et culturels du ministère russe de la Culture - certains des plus grands spécialistes de la préservation du patrimoine du pays y travaillent.

>>> Les plus grandioses réalisations architecturales dans le style néo-gothique à Moscou

3. Maison Igoumnov, rue Bolchaïa Yakimanka, 43

Cette maison ressemble à un palais tout droit sorti d'un conte de fées russe, mais elle a en fait été construite en 1895 (conçue par l'architecte Nikolaï Pozdneïev), sur commande de Nikolaï Igoumnov, un magnat du textile originaire de Iaroslavl.

Les briques ont été expédiées des Pays-Bas, et les fascinants carreaux en porcelaine de la façade ont été fabriqués à la suite d'une commande spéciale à l'usine de porcelaine Kouznetsov, la plus célèbre de Russie à l'époque.

Le coût de la maison était d’environ 1 million de roubles (150 roubles représentaient un an d’un bon salaire). À l'intérieur, les 40 chambres de la maison ont été décorées dans une grande variété de styles - du style russe traditionnel à l'Art nouveau.

Actuellement, la Maison Igoumnov est la résidence de l'ambassadeur de France en Russie.

4. Maison Morozova, rue Spiridonovka, 17

Une autre maison de Fiodor Schechtel, star de l'Art nouveau de Moscou, a été commandée par Zinaïda Morozov, l'épouse de Savva Morozov, un magnat du textile.

La décoration est l’œuvre du célèbre peintre Mikhaïl Vroubel, qui a réalisé plusieurs peintures murales inspirées de l'esthétique chevaleresque de l'Europe médiévale, en résonance avec le style néo-gothique de la maison.

En 1938, la maison Morozova est devenue la maison des réceptions du ministère des Affaires étrangères, fonction qu’elle remplit encore à ce jour.

>>> Cinq escapades époustouflantes d’une journée autour de Moscou

5. Manoir Vtorov (maison Spasso), place Spassopeskovskaïa

Ce manoir, commandé par le magnat du textile Nikolaï Vtorov, a été construit en 1913. Il tire son nom, Maison Spasso, de la place Spassopeskovskaïa, où il se trouve. C’est une reconstitution néoclassique d’un hôtel particulier de classe supérieure des années 1820, avec des fenêtres palladiennes et un plan intérieur parfaitement symétrique.

La famille de Vtorov a vécu dans la maison pendant à peine quatre ans avant la Révolution, après quoi la demeure a été confisquée par le nouveau gouvernement soviétique pour accueillir le Comité exécutif central panrusse.

En 1933, la maison est devenue la résidence de William C.Bullitt, le premier ambassadeur des États-Unis en Union soviétique, et est depuis lors la résidence des ambassadeurs américains. Les présidents Dwight Eisenhower, Richard Nixon et Ronald Reagan y ont tous séjourné lors de leur visite à Moscou.

6. Le manoir Riabouchinski, rue Malaïa Nikitskaïa, 6/2

Ce manoir, lui aussi construit par Schechtel, cette fois pour le millionnaire Stepan Riabouchinski en 1900-1902, est probablement l’œuvre la plus célèbre de l’architecte à Moscou. Outre la décoration intérieure Art nouveau fascinante et la célèbre cage d'escalier avec une lampe en forme de méduse, le manoir abritait également une chapelle secrète - les Riabouchinski étaient des Vieux croyants, mouvement religieux interdit en Russie jusqu'en 1905. « Je crois que dans toute l’Europe il n’y a pas d’autre maison comme celle-ci », a déclaré Riabouchinski en examinant le manoir nouvellement construit.

Après 1917, lorsque la famille Riabouchinski a fui la Russie, la maison est devenue propriété de l’État et, en 1931, l’écrivain Maxime Gorki et sa famille ont commencé à y vivre. Gorki n'aimait pas du tout l’édifice, le qualifiant de « maladroit, mais au moins correct pour travailler ».

Après la mort de Gorki, le manoir est devenu le musée personnel de Maxime Gorki, ce qui a contribué à préserver les intérieurs uniques de la maison jusqu'à nos jours.

>>> Comment les Italiens ont construit le kremlin de Moscou et aidé la Russie à vaincre les khans tatars

7. Manoir urbain Berg, allée Denejny, 5/1

Construite en 1897 par Piotr Boïtsov, la maison a été commandée par un homme d'affaires du nom de Sergueï Berg. Elle comprend différents styles - gothique, baroque et Art nouveau.

Le manoir Berg a été l’une des premières maisons de Moscou à disposer de l’électricité - éclairage et sonnette électrique. C'est ici que s'est déroulé le premier « bal électrique ».

La maison, qui a conservé toute sa décoration intérieure d'origine, a été rénovée en 2016. Elle abrite actuellement l'ambassade d'Italie en Russie.

Qu'est-ce que le « style russe » et comment est-il apparu ? Trouvez la réponse dans cette publication.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies