Les chambranles de bois sculptés, fierté nationale et ornement séculaire de la Russie

Maison du forgeron Kirillov, dans le village de Kounara, région d'Ekaterinbourg

Maison du forgeron Kirillov, dans le village de Kounara, région d'Ekaterinbourg

Anton Boutsenko/TASS
L'art ancien de la sculpture sur bois peut en dire long sur les propriétaires d’une demeure: de leur richesse matérielle à leurs convictions politiques.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Si vous êtes déjà allé dans un village russe, vous avez probablement remarqué que toutes les fenêtres des maisons traditionnelles en bois sont nécessairement décorées d'éléments sculptés – les chambranles. Ils sont magnifiques et il est impossible de les quitter des yeux ! Pourtant, il s'avère qu’il ne s’agit pas uniquement d’un attribut décoratif.

L'architecture européenne dans la réalité russe

À Tomsk, Sibérie

Le chambranle a deux fonctions principales : purement pratique, puisqu’il ferme l'espace entre le cadre de la fenêtre et les murs en rondins afin qu'aucun courant d’air ne souffle dans les interstices ; et décorative, car il orne les bâtiments, met en valeur les fenêtres. Et pendant longtemps, cette dernière fonction a été la principale.

« À l'origine, les chambranles sont considérés comme un élément de l'architecture en pierre d’Europe, qui est venue en Russie lorsqu’on a commencé à inviter des architectes italiens », explique le photographe Ivan Khafizov, fondateur du musée virtuel Nalichniki.com (en russe « nalitchniki » signifie « chambranle »). Depuis 2007, il parcourt le pays à la recherche des chambranles les plus intéressants. « Parmi les premiers bâtiments russes avec des chambranles en pierre figuraient l'église de l'Ascension à Kolomenskoïé et le clocher d'Ivan le Grand au kremlin – c’est le début du XVIe siècle ».

Église de l'Ascension à Kolomenskoïé (un domaine impérial en périphérie de Moscou)

Les chambranles en bois sont quant à eux apparus plus tard, vers le XVIIe siècle, avec la démocratisation en Russie des fenêtres en verre. Avant cela, les fenêtres étaient très petites et fermées par des battants pour préserver la chaleur. En fait, plus il y avait de fenêtres dans la maison, plus son propriétaire était riche. À partir de Pierre le Grand, la production de verre s'est développée dans le pays, et peu à peu, dans les maisons des riches d'abord, puis des paysans, se sont répandues les fenêtres telles que nous les connaissons aujourd’hui. L'espace entre leur cadre et les murs étaient alors obturé par de l’étoupe pour éviter les courants d’air, puis l’on recouvrait le tout d’une planche de bois.

Les paysans voyaient probablement les chambranles dans les maisons des boyards et des nobles, mais comme la pierre était un matériau très onéreux, ils se contentaient de répéter les motifs dans le bois, explique Ivan. « On peut dire que c'est une transposition de l'architecture européenne dans les réalités russes ».

Lire aussi : Ce village païen du Tatarstan résistant à l’islam et à l'orthodoxie et pratiquant des rites sacrificiels

Où se trouvent les plus beaux chambranles de Russie ?

Au début, les maisons étaient décorées avec des chambranles selon les canons italiens : les fenêtres situées aux extrémités d’un mur en avaient un en forme d’arc de cercle, tandis que celles se trouvant au milieu étaient ornées d’un chambranle triangulaire. Par la suite, on a cependant commencé à installer des chambranles identiques sur toute la maison. La tradition italienne ne peut être observée que sur les maisons du tournant des XIXe et XXe siècles à Sevsk, dans la région de Briansk (extrême Ouest de la Russie).

Région de Briansk

Dans le Sud de la Russie en général, outre les chambranles, l’on réalise également des volets peints ou sculptés. Cette tradition est bien sûr liée à l’important ensoleillement local.

Les œuvres les plus habilement sculptées, Ivan recommande par ailleurs de les chercher dans les villes et villages sibériens. « La Sibérie est notre "Alaska", une région industrielle aurifère où les gens sont allés pour gagner de l'argent, explique-t-il. Et ils passaient commande auprès de maîtres de Saint-Pétersbourg. Les manoirs y sont immenses, avec des fenêtres deux fois plus grandes que d'habitude, et des chambranles aux motifs des plus fantasques ». De plus, les matériaux ne manquaient pas en Sibérie : pour les chambranles, il vaut mieux utiliser des conifères résineux.

En Sibérie et à Nijni Novgorod (400 kilomètres à l’est de Moscou), les motifs en relief étaient très répandus, tandis que dans les autres régions, la sculpture par sciage, lorsque la planche est découpée pour obtenir un effet dentelle, était la plus courante. De nombreuses réalisations de ce deuxième type ont survécu jusqu’à nos jours en Bouriatie, en Oudmourtie, en Tchouvachie, au Tatarstan, et dans quelques villes de la région de Moscou, telles que Gouslitsy, Taldom et Kimry.

Lire aussi : Comment un véritable village russe est-il apparu près de Berlin?

Que signifient les motifs des chambranles ?

Si l’on examine attentivement les chambranles russes, l’on peut y voir des fleurs, des entrelacs, des étoiles et des oiseaux dans les motifs – certaines personnes considèrent les chambranles comme des protections contre le mauvais œil, mais Ivan dit que la première mention de cette croyance n'est apparue que dans les années 1980, et que les motifs étaient très similaires dans des régions où vivaient des populations de différentes confessions. Les sculpteurs eux-mêmes jugent que ces ornements ont une fonction simplement décorative.

Motifs en relief

« Dans le temps, les chambranles étaient fabriqués par des artels, qui s’empruntaient des modèles les uns aux autres et les diffusaient dans tout le pays », explique ainsi Alexandre Saltykov, un maître menuisier de Moscou.

Les ornements étaient transmis de génération en génération, et le maître cherchait l'inspiration dans les choses les plus quotidiennes – les broderies, tapisseries, piles de savon. Après tout, les paysans ne disposaient pas de magazines d'architecture.

Motifs en dentelle

À l'époque soviétique, des chambranles ornés de faucilles, de marteaux et de portraits de Staline ont fait leur apparition. Et aujourd'hui, chacun fait ce qu'il peut.

Dans le village de Navachino, dans la région de Nijni Novgorod, Ivan a trouvé une maison décorée de chambranles avec des symboles religieux, tandis qu’à Perm il en a observé avec des représentations de cartes à jouer.

D'un côté, la faucille et le marteau, de l'autre, des coupoles d'église surmontées de croix

« Aujourd'hui, nous combinons une variété d'éléments et de styles différents, de l'art nouveau au classique, souligne Alexandre. Actuellement les gens ont un grand intérêt pour la créativité. Viennent me voir pour des ateliers des gens, qui veulent restaurer par eux-mêmes d'anciens chambranles villageois ou en faire de nouveaux pour leurs maisons, même si d'un point de vue pratique ce n'est pas nécessaire ».

Atelier d'Alexandre Saltykov

Dans cet autre article, nous vous emmenions justement, en images, à la découverte des plus beaux villages de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies