Nuances de gris: quatre peintres russes de légende qui étaient daltoniens

Peindre sans pouvoir différencier les couleurs peut sembler farfelu, mais les grands artistes trouvent toujours un moyen de s'exprimer. Prenez Beethoven par exemple, qui était sourd quand il a composé beaucoup de ses œuvres. Ces artistes russes ont également triomphé face à l'adversité et prouvé que voir le monde à travers d'autres nuances ne doit pas être un obstacle.

1. Alexeï Savrassov (1830-1897)

Savrassov, l'artiste qui a créé le célèbre tableau Les Freux sont de retour (1871), souffrait d'une maladie infectieuse grave, qui lui a ôté la capacité de distinguer les couleurs. En conséquence, il a peint ses dernières œuvres de mémoire.

Malheureusement, son destin fut tragique. Savrassov était un peintre brillant dès son plus jeune âge et est devenu un universitaire à seulement 24 ans. Il était très respecté parmi ses contemporains mais mourut trois ans avant son 70e anniversaire - pauvre, sans amis ni famille, et en état d'ébriété.

2. Ilya Repine (1844-1930)

Repine était un autre artiste célèbre frappé de daltonisme. À un âge avancé, il a essayé de restaurer son travail Ivan le Terrible et son fils Ivan, qu'il avait d'abord peint en 1885. Cependant, en raison de sa mauvaise vision, Repine a déformé la gamme de couleurs dans l'image, et n'a jamais été terminée.

La restauration fut nécessaire en janvier 1913 quand Abram Balachov, un peintre d'icônes vieux-croyant, endommagea le tableau avec un couteau à la Galerie Tretiakov de Moscou, où il était exposé.

Lire aussi : Le cinq plus grands impressionnistes russes

Repine s'est immédiatement rendu à la Tretiakov et a commencé à repeindre le travail endommagé, mais les couleurs ne correspondaient pas. Il n'a été possible de restaurer le travail que grâce aux excellentes photographies prises avant que le dommage ne se produise.

3. Mikhaïl Vroubel (1856-1910)

Le brillant artiste russe Mikhaïl Vroubel aimait travailler avec des couleurs sombres. Son tableau La Princesse cygne (1900) est peint en différentes nuances de gris, tandis que ses Lilas (1900) affichent des tons verts et violets clairs. Pan (1899) se compose de couleurs grises et ocres.

L'absence de nuances brillantes dans son travail a été attribuée au caractère sombre de Vroubel, mais après un examen plus approfondi, certains experts estiment maintenant que ses couleurs mélancoliques sont en fait le résultat du daltonisme de l'artiste. Cependant, tout le monde n'est pas d'accord à ce sujet.

Lire aussi : Comment un artiste paralysé a immortalisé la vie russe du XIXe siècle

4. Viktor Tchijikov (né le 26 septembre 1935)

Tchijikov, artiste contemporain ayant le statut d'Artiste populaire de Russie, souffre également de daltonisme. C'est un illustrateur de longue date des magazines populaires russes Autour du monde et Mourzilka, et il est le père de l'ours Michka - la mascotte des Jeux olympiques d'été de 1980 à Moscou.

Son collègue Leonid Sergueïev a écrit: « Tchijikov est un humoriste inépuisable et un artiste unique, c'est un type unique, il est daltonien (sa femme numérotait les couleurs pour lui), mais il a lutté avec sa maladie pendant des années et finalement gagné - il appris à sentir la couleur ».

Jetez aussi un œil à ces images chéries qui ont aidé à définir l’identité nationale russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies