Comment Léon Tolstoï a-t-il passé les derniers jours de sa vie?

Vladimir Tchertkov/Musée d'État Tolstoï; Russia Beyond
Dix jours avant sa mort, l'écrivain de 82 ans s'est littéralement enfui de chez lui et s'est caché de sa femme. Que lui est-il arrivé avant et après son évasion, qui était alors avec lui et comment la Russie a-t-elle réagi à la nouvelle de la mort de ce génie?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Volte-face spirituelle et tentatives de quitter son foyer

Père de famille exemplaire, Léon Tolstoï a diffusé pendant de nombreuses années l'importance des valeurs familiales. L'amour, le mariage, les enfants – tout cela, il le considérait comme le sens de la vie, en même temps que le perfectionnement spirituel constant. Cependant, dans les années 1880, alors qu'il avait plus de 50 ans, il a connu la plus forte des révolutions intérieures. L'écrivain a été déçu par l'Église et le mariage en tant qu'union sacrée de l'homme et de la femme. Son attitude vis-à-vis de la propriété privée a également changé : il a essayé de s'affranchir de la richesse, a commencé à porter une chemise de paysan, et même à travailler dans les champs avec les ouvriers agricoles. En outre, il a décidé d'abandonner les droits d'auteur sur ses œuvres, ce qui a provoqué un grand scandale dans la famille. La femme de Tolstoï, Sophie, s'y est fermement opposée. Après tout, cela signifiait que la famille resterait sans argent, et les nombreux enfants de Tolstoï sans héritage.

Tolstoï et Tchertkov à Iasnaïa Poliana

Dans ces impulsions, Tolstoï était soutenu par son admirateur et assistant personnel Vladimir Tchertkov. Il a lui-même invité l'écrivain à abandonner sa famille, où sa nouvelle philosophie n'était soi-disant pas comprise. Tchertkov est ainsi devenu un élément irritant incontestable pour Sophie, tandis que l'ambiance dans la famille se tendait et que des conflits surgissaient constamment entre les conjoints.

 « Il a crié haut et fort aujourd'hui que sa pensée la plus passionnée était de quitter la famille », a écrit dans son journal Sophie à l'été 1882. Une semaine plus tard, un autre conflit a éclaté, sa femme accusant Tolstoï d'avoir une attitude irresponsable envers l'argent du ménage. L’écrivain a alors quitté la maison avec un sac rempli de diverses choses.

« À la moitié du chemin vers Toula, il a fait demi-tour à cause de l'anniversaire de sa femme. Le lendemain, leur plus jeune fille Alexandra est née », a indiqué Andreï Zorine dans la biographie Léon Tolstoï. Expérience de la lecture. Alexandra deviendra la secrétaire personnelle, l’amie dévouée et l’assistante de son père. Il lui lèguera par conséquent tous les droits sur ses œuvres.

Léon et Sophie pour leur 48e anniversaire de mariage

12 ans plus tard, Tolstoï a voulu à nouveau partir et a même rédigé une lettre d'adieu à Sophie : « Je ne pouvais toujours pas vous quitter, pensant que je priverai les enfants, pendant qu'ils étaient petits, de cette, bien que faible, influence que je pouvais avoir sur eux... ». Cependant, il ne lui a finalement pas remis cette lettre et est resté chez lui.

Plus tard, Tolstoï a refusé le prix Nobel lorsque la nouvelle s’est répandue qu'il lui serait décerné. Il a également fait tout son possible pour empêcher la célébration à grande échelle de son 80e anniversaire en 1908.

Lire aussi : Comment les classiques russes étaient critiqués par leurs contemporains

Évasion du « paradis »

Tolstoï et le médecin Makovitski à Iasnaïa Poliana, en 1909

Dans la nuit du 10 novembre 1910, Tolstoïs'est enfui secrètement en n’emportant que quelques affaires. Il était accompagné de son médecin personnel Makovitski, réveillé soudainement au milieu de la nuit et ne se doutant pas de ses intentions. Le matin, sa fille Alexandra a remis une lettre à sa mère, dans laquelle Tolstoï annonçait qu'il s'en allait pour toujours. « Je fais ce que font les vieux de mon âge. Ils quittent la vie mondaine pour vivre dans la solitude et le silence dans les derniers jours de leur vie », y expliquait l’écrivain.

Sophie était désespérée : Tolstoï, à cette époque, souffrait déjà d’évanouissements, de pertes de mémoire et de problèmes cardiaques. Une telle évasion le menaçait donc de mort imminente.

Tolstoï et le médecin sont montés dans un train et ont décidé de se rendre d'abord dans la ville la plus proche, Toula. Pavel Bassinski, le biographe de l'auteur, a précisé que l'itinéraire, et surtout la destination finale de l'évasion, étaient inconnus du fugitif lui-même : « non seulement il ne savait pas, mais il essayait de ne pas y penser ».

Bientôt, la nouvelle de l'acte excentrique de Tolstoï a été connue de la presse locale et les correspondants de Toula ont partout commencé à tenter de suivre les traces de l'écrivain, les journaux publiant des chroniques détaillées de ses mouvements. « À Belev, Léon est allé au buffet et a mangé une omelette », peut-on même lire.

Par un itinéraire difficile, en empruntant quelques trains, Tolstoï est arrivé au monastère de Chamordino, où vivait sa sœur, et a ensuite décidé de partir vers le Sud, en Bulgarie. Néanmoins, en chemin, l'écrivain a attrapé un rhume, qui l'a conduit à une pneumonie. Le médecin a donc décidé de faire descendre le patient du train à la gare la plus proche.

Sophie a alors reçu un télégramme : « Léon à Astapovo chez le chef de gare. Température de 40° ».

Lire aussi : Qui sont les descendants des grands écrivains russes, d’un milliardaire à un conducteur de tram?

La gare d'Astapovo, le dernier refuge

 Gare d'Astapovo

Cette petite gare de la région de Lipetsk s'appelle désormais « Léon Tolstoï ». En 1910, l'attention de tout le pays a été attirée sur Astapovo. Le 13 novembre, quelques jours après avoir quitté sa maison, Tolstoï, gravement malade, a été emmené chez le chef de gare – il n'y avait en ces lieux pas de chambre plus adaptée et plus confortable. L'écrivain était pratiquement inconscient et suffoquait. Plusieurs médecins ont essayé de le sauver, mais il a demandé à ne pas le déranger et « s'est appuyé sur la volonté de Dieu ».

Même dans les cercles supérieurs de la société l’on se préoccupait de la situation de Tolstoï – les fonctionnaires de la capitale se réunissaient, tandis que les gouverneurs alentours, le ministère de l'Intérieur et la direction des chemins de fer obligeaient les policiers locaux et le personnel des gares à faire rapport sur son état aussi souvent que possible.

Tchertkov est arrivé au chevet de Tolstoï le premier. L’écrivain était de son côté catégoriquement opposé à l’idée de voir sa femme, et avait même peur qu’elle vienne.

Et pourtant, Sophie est partie le rejoindre, mais comme l'a écrit Bassinski, « par une décision collective des médecins et de tous les enfants, il a été décidé de ne pas la laisser entrer et de ne pas informer Tolstoï de sa venue ».

Elle n'a été autorisée à voir son mari que quelques heures avant sa mort, alors qu'il était déjà inconscient. Elle « s'est approchée doucement de lui, l'a embrassé sur le front, est tombée à genoux et a commencé à lui dire : "Pardonne-moi" et quelque-chose d’autre que je n'ai pas entendu », a témoigné leur fils Serge.

Transfert du corps de Tolstoï depuis Astapovo, en 1910

Les adieux à l'écrivain dans sa propriété de Iasnaïa Poliana ont fait déplacer un grand nombre de personnes. Comme Tolstoï l’avait réclamé dans son testament, la cérémonie n'a pas été orthodoxe, mais laïque. Il a ainsi été enterré sans croix ni monument, et ce géant de la littérature russe repose donc désormais sous une butte de terre recouverte d’herbe, dans la forêt de son domaine.

Dans cet autre article, nous vous révélons ce qu'ont dit les écrivains russes avant de mourir.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies