Quels réalisateurs russes seraient dignes d'un Oscar?

Andreï Zviaguintsev/Non stop production, 2015
La Russie n’a pas décroché d’Oscar depuis 1995, date à laquelle Nikita Mikhalkov avait été consacré pour «Soleil trompeur». Pour autant, ce ne sont pas les nouveaux talents qui manquent. Comment donc expliquer cette absence de distinction et quels sont les noms à retenir pour les prochaines éditions de la compétition?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Pour Kantemir Balagov, ces dernières années ont apporté des succès dont la plupart des artistes ne peuvent que rêver. Après avoir été découvert par Alexandre Sokourov (réalisateur de L'Arche russe en 2002) alors qu’il était encore étudiant dans la ville de Naltchik, dans le Sud du pays, il a écrit et réalisé son premier film : Tesnota – Une vie à l’étroit (2017). Il a ensuite été présenté au Festival de Cannes, a remporté le prix FIPRESCI et est devenu une sensation internationale.

Une grande fille, sa deuxième œuvre, est sortie deux ans plus tard et n'a pas connu un succès moindre. Balagov est retourné à Cannes, a remporté le prix Un certain regard de la meilleure mise en scène et a été sélectionné comme candidat russe pour l’Oscar 2020 du meilleur long métrage international. Tout cela, avant même ses 30 ans.

Cadre de

Comme nous le savons maintenant, la récompense a cependant été attribuée au phénomène sud-coréen Parasite, Une grande fille n’ayant finalement pas dépassé l’étape de la shortlist.

Balagov rejoint ainsi les rangs des grands cinéastes russes ayant été à deux doigts de recevoir un Oscar : Andreï Kontchalovski, son mentor Sokourov, et bien sûr le populaire Andreï Zviaguintsev. Même Nikita Mikhalkov, le seul réalisateur russe post-soviétique à avoir remporté ce prix, en 1995, a connu cette situation à cinq reprises.

Lire aussi : Les six meilleurs films russes sur l'apocalypse et la vie après la fin du monde

Sélection mixte

De manière générale, les sélections de la Russie pour les Oscars sont inégales. Les superproductions côtoient, peut-être avec malaise, les drames d’art et d’essai. La Russie propose des thrillers surnaturels comme Night Watch (2003), basé sur le best-seller du même nom, des thrillers commerciaux de la Seconde Guerre mondiale comme Stalingrad (2012) et des tranches de vie méditatives et parfois brutales comme La Maison de fous de Kontchalovski (2001).

Souvent, les films appartiennent à l'une des deux catégories suivantes : le patriotique et le critique, les deux étant défendus par les organismes officiels chargés du processus de sélection. Si cela peut paraître étrange au premier abord, les deux vecteurs étant apparemment en désaccord l'un avec l'autre, c'est peut-être l'expression appropriée d'un pays lui-même en période de transition majeure. La transition, bien sûr, implique des tensions – et en Russie, cela signifie souvent des interprétations contradictoires du passé et des visions de l'avenir. Nombre des films sélectionnés (et snobés) sont eux-mêmes l'expression de cette tension.

Zviaguintsev, sans doute le plus grand réalisateur russe vivant, pousse ses films à l'extrême limite, critiquant la Russie d'aujourd'hui en plaçant ses héros dans des situations sociales compromettantes qui les obligent à se plier ou à être détruits.

Cadre de

Son film candidat aux Oscars, Le Retour (2003) – qui a été nominé pour un Golden Globe – critique les expressions locales de la masculinité en suivant un moujik (un « vrai homme ») charismatique alors qu'il retourne dans la famille qu'il a abandonnée dans une tentative vaine de se rapprocher de ses fils. Léviathan (2013), à la fois nominé aux Oscars et lauréat du Golden Globe de cette année-là, a opposé les désirs d'un homme simple aux machinations des fonctionnaires locaux et des chefs religieux. Faute d’amour (2016) a quant à lui fait des trous dans la façade de la prospérité de la classe moyenne moscovite en dépeignant les derniers soubresauts d'un mariage en pleine désintégration dans lequel le couple doit rechercher son enfant soudainement disparu.

Le succès massif de Léviathan, même s'il n'a pas obtenu d'Oscar, a suscité des critiques de la part du ministère de la Culture, qui estimait que Zviaguintsev y montrait le pays sous un jour trop dur, en faisant des films dont on dit qu'ils font la part belle à l'opposition ou au public étranger. Mais même avec ces critiques officielles, ses prouesses cinématographiques sont si bien établies que ses films sont inlassablement sélectionnés pour représenter le pays dans les concours internationaux.

Les autres réalisateurs snobés, en revanche, trouvent qu'il est intéressant d'explorer un terrain d'entente.

Lire aussi : Cinq films classiques qui ont changé l'industrie cinématographique russe

Un passé difficile

L'un des éléments les plus importants de la culture russe, et même soviétique, est la façon dont le passé est rendu présent. Cela implique généralement des souvenirs de la Seconde Guerre mondiale – ou de la Grande Guerre patriotique, comme on l'appelle dans le pays. Chaque année, de nouveaux films sur ce conflit sont projetés sur des écrans multiplex, Stalingrad et Sobibor (2017) étant les dernières superproductions à avoir été présentées (et refusées) aux Oscars. Créer et maintenir des récits nationaux en ce qui concerne la guerre est une priorité culturelle, et souvent positionnée comme un moyen d'aider les Russes à se comprendre, à savoir d'où ils viennent et quelle est leur place dans le monde. Et si Zviaguintsev évite ce thème dans ses films farouchement contemporains, d'autres cinéastes sélectionnés aux Oscars n'hésitent pas à explorer les tensions ancrées dans la mémoire nationale.

Affiche de

Kontchalovski, contrairement à Zviaguintsev, se positionne comme un patriote, mais il a prouvé qu'il n'avait pas peur de poser des questions historiques difficiles. Il se rabat souvent sur des thèmes approuvés comme la guerre, tout en les utilisant pour explorer des éléments profonds et souvent absurdes de la condition humaine. Paradis (2015), qui a également été retenu pour la shortlist, sonde ainsi les relations complexes entre les officiers nazis et la femme soviétique qu'ils admirent. La Maison de fous examine de son côté la vie des détenus d'un asile psychiatrique pris dans la guerre de Tchétchénie.

Mikhalkov lui-même oscille entre le populaire et le profond. Son idylle d'avant-guerre, complexe et ludique, Soleil trompeur, juxtapose une histoire d'amour rappelant les romans du XIXe siècle et la réalité changeante (tout comme les priorités) de la période stalinienne. Il rend justice à ses personnages et à ses thèmes, produisant un chef-d'œuvre discret qui a été honoré sur le tapis rouge américain et a remporté un Oscar en 1995. La suite, Soleil trompeur 2, était une épopée de guerre nettement plus simpliste qui a troublé les fans du film original. Bien qu'il reflète avec succès les priorités culturelles de l'époque, il n'a pas été reconnu à l'étranger.

Cadre de

Du sang neuf

Voici donc le contexte dont ont hérité les nouveaux cinéastes comme Balagov, et ce jeune réalisateur a choisi une voie intéressante. Tesnota – Une vie à l’étroit pourrait être considéré comme un écho de Zviaguintsev, mettant en scène la vie difficile des Russes de province pris dans des situations auxquelles ils ne peuvent échapper. Une grande fille prend ce trope et le lance dans le passé, en se concentrant sur une jeune femme pendant le siège de Leningrad, un épisode de la Seconde Guerre mondiale qui continue de résonner aujourd'hui. Le film forme en effet un pont entre la nouvelle vague de cinéma humaniste, souvent critique, et le désir séculaire d'explorer la période la plus traumatisante de l'histoire moderne de la Russie.

Alors que le tapis rouge américain surchargé est loin d'être l'arbitre ultime du cinéma dans le monde, il est intéressant de constater que les films qui sont soumis à l'examen de l'Académie incarnent les questions vivantes, respirantes, qui dominent la politique culturelle moderne en Russie. Ces films divertissent, font vibrer, mais abordent aussi des questions plus larges sur l'identité de la personne, la souffrance et l'identité dans le monde moderne.

Cadre de

Mais avec quatre nominations (que ce soit sur la shortlist ou la sélection finale) au cours des six dernières années, la Russie s'est révélée être un concurrent puissant sur les écrans de cinéma du monde entier. Et pour tous ceux qui y prêtent attention, ce qui est présenté n'est pas seulement un divertissement d'une nuit. C'est le travail d'artistes qui analysent ce qu’être russe signifie aujourd'hui. Comment aborder l'histoire. Comment équilibrer les priorités nationales. Et comment mieux exprimer les éternelles questions humaines dans un pays qui a des intérêts divergents à l'intérieur même de ses propres frontières. Avec de nombreuses années devant lui, Balagov a le temps de prouver qu'il est un vrai maître et, le moment venu, peut-être même de ramener l'or des Oscars pour la première fois en plus de deux décennies.

Dans cet autre article, nous vous expliquons comment Staline a créé le cinéma soviétique sur le modèle américain.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies