Festival Saisons russes: le meilleur de la culture russe à découvrir en France

Le grand classique Oncle Vania d’Anton Tchekhov par les acteurs du Théâtre des Nations de Moscou

Le grand classique Oncle Vania d’Anton Tchekhov par les acteurs du Théâtre des Nations de Moscou

Maria Tchobanov
Le coup d’envoi en France des Saisons russes, projet culturel international d’envergure, a été donné le 16 janvier à Paris au Théâtre de l’Odéon avec le grand classique Oncle Vania d’Anton Tchekhov, mis en scène par Stéphane Braunschweig et interprété par les acteurs du Théâtre des Nations de Moscou. Même l’absence du personnel technique de l’Odéon, qui a exercé son droit de grève le jour de la représentation, n’a pas réussi à ternir la fête.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Décision difficile pour le directeur artistique de l’Odéon, metteur en scène et scénographe Stéphane Braunschweig - maintenir un spectacle en préparation depuis plus d’un an, mais amputé d’une dimension importante : les lumières et une partie des décorations. Néanmoins, le magnifique jeu des acteurs et une nouvelle perception de la pièce de Tchékhov - visionnaire sur fond d'actualité - ont fait oublier au public que le rideau ne se fermait pas, et que toute la représentation se déroulait sur un fond gris uni. Cette prestation donnée le 16 janvier dans la Ville lumière a marqué le début des Saisons russes, dans le cadre desquelles plusieurs dizaines de collectifs des quatre coins de l’immense Russie se produiront au cours de l’année 2020 devant le public français.

Evgueni Mironov, directeur artistique du Théâtre des Nations qui incarnait en outre l’oncle Vania dans la pièce éponyme, a avoué lors de la conférence de presse donnée le lendemain matin que sa troupe avait vécu une situation de stress après avoir découvert que les techniciens ne viendraient pas assurer leur part du travail, malgré des discussions approfondies la veille. Il a tenu à saluer la détermination de Stéphane Braunschweig tout en mentionnant la plus âgée des actrices du collectif, Nina Gouliaïeva (rôle de la nounou), qui n’a pas perdu son sang-froid. « C’est rien, on sait jouer même dans les tranchées », a-t-elle dit pour encourager ses collègues.  

>>> Trois Français qui ont donné au ballet russe ses lettres de noblesse

« Nous sommes honorés de jouer sur la scène du Théâtre de l’Odéon et nous sommes heureux d'être à l'affiche des Saisons russes. Il me semble que c'est un merveilleux précédent que nous ouvrions le programme en France avec une performance résultant de la collaboration franco-russe et d’un partage d'expérience. Nous avons beaucoup en commun avec ce grand pays », a ajouté M. Mironov.

La France prend le relais

Le projet Saisons russes, nommé en mémoire des légendaires tournées de la troupe de ballet de Serge Diaghilev, qui ont eu un important impact non seulement sur la culture française, mais dans le monde entier, a été lancé en 2017.  Son but est de montrer la diversité de la culture russe actuelle. Il a démarré au Japon, s’est poursuivi en Italie et vient de s’achever en Allemagne, où 437 événements ont eu lieu dans 90 villes. La France a pris le relais et s’apprête à accueillir un riche programme, réparti sur toute l’année.

À la cérémonie de lancement du projet à Paris, le ministre français de la Culture, Frank Riester, a exprimé l'espoir que le festival « [ouvrirait] la richesse de la culture russe au public français », tout en contribuant au développement des relations bilatérales dans le domaine de la culture, et renforcerait l'amitié entre les deux pays dans leur ensemble.

De son côté, le ministre russe de la Culture par intérim Vladimir Medinski a assuré que cet événement représenterait presque tous les genres d'art. Le programme comprend environ 400 événements : spectacles, expositions, y compris des projets grandioses tels que l'exposition de la collection des frères Morozov à la Fondation Louis Vuitton en octobre, des festivals de cinéma, sans oublier des  performances d'orchestres, de musiciens et d’artistes de cirque. Il a également noté qu’une rétrospective consacrée à la vie et à l'œuvre de Serge Diaghilev, à qui nous devons l’idée des Saisons russes, est également prévue.

>>> La révolution artistique de Serge Diaghilev

Programme diversifié

L’ambassadeur russe en France Alexeï Mechkov a souligné lors de la conférence de presse que ce festival avait bénéficié d’un grand soutien du ministère français de la Culture, y compris en vue de la recherche de sites pour de grands projets. Certains collectifs artistiques comptent jusqu’à 180 artistes et sans l’appui de l’État et des villes qui accueillent les événements, leur venue serait impossible. Notamment, des négociations sont en cours avec la mairie de Paris pour étudier la possibilité d’organiser à l’occasion du 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale un grand concert du célèbre Chœur Touretski sur l'une des grandes places parisiennes. Alexeï Mechkov a également noté que les performances qui sont au cœur de Saisons russes nous rappellent les liens très étroits entre les cultures des deux pays.

Svetlana Zakharova, étoile du Bolchoï, présentera le ballet en un acte Gabrielle Chanel commémorant le personnage et l’œuvre de l’icône du style qu’était Coco Chanel. Les costumes pour ce ballet ont été confectionnés dans les ateliers du Bolchoï d’après les esquisses fournis par la Maison Chanel.

Le théâtre Marinski présentera sur la scène de la Philharmonie de Paris l’opéra Khovanshina de Moussorgski. Il y a 100 ans c’est à Paris, au Théâtre des Champs-Elysées, que cette œuvre a été mise en scène pour la première fois en dehors de la Russie par Serge Diaghilev.

>>> Par-delà le rideau: un regard intime sur le Bolchoï

Les jeunes chanteurs d’un chœur d’enfants français participeront au spectacle La Dame de pique du Théâtre musical moscovite Opéra Hélicon. Ils interprèteront des morceaux en russe, tandis qu’une soliste russe chantera l’air de la Comtesse en français.

Près de 90 collectifs de Moscou, de Saint-Pétersbourg, mais également d’une vingtaine de régions de la Russie, toutes uniques par leurs cultures et expressions artistiques, viendront à la rencontre du public français tout au long de l’année 2020. 

Dans cette autre liste, découvrez les cent artistes russes à connaître absolument.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies