Ces super-héros soviétiques de la Seconde Guerre mondiale qui terrifiaient les nazis

V. Scheglov/Global Look Press
Beaucoup de gens disent que la victoire de l'Union soviétique sur l'Allemagne nazie est moins due aux généraux qu’au courage des soldats du rang. Voici quatre héros extraordinaires dont les exploits ont été au-delà de tout ce qui est humainement possible.

1. Zinovi Kolobanov: la victoire dans une bataille de tanks dans laquelle personne ne croyait

Lorsque la Seconde Guerre mondiale a éclaté, Zinovi Kolobanov avait déjà une solide expérience militaire. Par exemple, il a combattu dans la guerre de Finlande de 1939-1940, au cours de laquelle il s'est échappé d'un char en feu à trois reprises.

En 1941, Kolobanov commanda une unité de chars pendant l'avancée allemande vers Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg). Près du village de Voskovitsy, l'unité de Kolobanov a reçu l'ordre de défendre la route menant à la ville de Krasnogvardeïsk (aujourd'hui Gatchina, 40 km de Leningrad). Avec seulement cinq chars lourds KV-1 à sa disposition, Kolobanov a déplacé son unité à un carrefour important où il a ordonné à deux chars de bloquer les deux voies menant à Krasnogvardeïsk. Pendant ce temps, il a garé stratégiquement son char à 300 mètres de sorte qu'il était à peine visible.

Lire aussi : Par-delà le courage: souvenirs d’anciens combattants

Alors que les chars allemands approchaient, leurs équipages étaient trop confiants, certains pilotes étant même assis sur les chars avec les écoutilles ouvertes. Manifestement, ils n'ont pas repéré le tank de Kolobanov. Andreï Oussov, tireur d’élite de Kolobanov, a détruit le premier et le dernier des 22 chars de la colonne ennemie, les bloquant sur une route étroite entourée de marécages. Le reste des chars étaient tous alignés devant le char de Kolobanov, comme dans un champ de tir.

Au milieu du combat, certaines des munitions des chars ennemis ont explosé, tandis que d'autres tanks ont glissé dans le marécage. Immobiles, ils tiraient néanmoins farouchement. Heureusement, les chars KV-1 se sont avérés presque invincibles face aux canons allemands. Après la bataille, il y avait plus de 100 marques de frappe sur l’armure du char de Kolobanov, mais aucun n'avait percé le blindage. Kolobanov détruisit 22 chars ennemis, et toute son unité en élimina 48 au total, arrêtant les forces allemandes.

Lire aussi : Orchestre rouge: un réseau d’informateurs soviétiques dans l’Allemagne nazie

Peu de temps après sa bataille la plus célèbre, Zinovi Kolobanov a été grièvement blessé et n’a guéri qu’en 1945. Il a vécu à Minsk jusqu'à sa mort en 1994.

2. Semion Nomokonov: le sniper-chaman

Semion Nomokonov était un sibérien indigène, membre du peuple Evenks. Il avait été chasseur depuis l'enfance, et en raison de sa vue extraordinaire, il était surnommé « œil de vautour ». Il a commencé son service dans l'armée en tant que médecin, et une fois, en portant un soldat blessé sur le champ de bataille, il a remarqué un tireur d'élite allemand qui le visait. Il a attrapé un pistolet à proximité et lui a tiré à vue presque sans viser. C'est ainsi que la carrière de sniper de Nomokonov a commencé.

Au total, Nomokonov a été blessé huit fois. Il a tué 368 soldats ennemis, dont un général major. Ses exploits étaient légendaires, et les Allemands l’auraient surnommé « le chaman de la taïga ». Lors de ses missions, il utilisait des miroirs pour éblouir l'ennemi avec des reflets, et des casques vides sur des bâtons pour créer de « faux » de soldats autour de lui. Personne ne maîtrisait mieux que Nomokonov l’art de la dissimulation.

Lire aussi : Comment le soldat russe était-il perçu sur le champ de bataille?

Il a gardé la trace de ses victoires en faisant des encoches sur sa pipe fumante, et il utilisait généralement un fusil simple, sans viseur télescopique. « On pourrait penser que le chasseur utilise un certain type de force impure », a écrit un journaliste au sujet de Nomokonov.

3. Dmitri Ovtcharenko: comment un nazi perd la tête

Paysan de la région de Lougansk, Dmitri Ovtcharenko n'était pas un très bon élève, et a arrêté très tôt l’école. Cependant, il possédait une force physique considérable, et il fut impliqué dans les premiers jours de la guerre. Quand Ovtcharenko a été blessé, on lui confia une Commission dans un régiment de logistique chargé de fournir des troupes en nourriture et en munitions.

Le 13 juillet 1941, tout en transportant des marchandises, Ovtcharenko a été pris en embuscade par une escouade allemande de 50 soldats et trois officiers. Le visant de leur arme, ils lui ont confisqué son fusil, et l'ont interrogé près de sa charrette transportant du foin, de la nourriture et des munitions. En un clin d'œil, cependant, Ovtcharenko attrapa une hache cachée sous le foin et décapita l'agent chargé de l'interrogatoire. Dans les quelques secondes qui suivirent, alors que les Allemands étaient pétrifiés de terreur, il jeta trois grenades, tuant plus de 20 personnes, tandis que le reste s'enfuit. Ovtcharenko a réussi à tuer un autre officier, le décapitant avec la même hache. Pour éviter tout doute de son incroyable exploit, il a rassemblé des preuves, en volant les documents aux troupes allemandes.

Lire aussi : Normandie-Niemen: comment est née la légende

Peu de temps après, Dmitri a reçu la médaille de héros de l'Union soviétique, et a été envoyé dans une unité de mitrailleurs. Malheureusement, il n'a pas vu la victoire finale sur les nazis, et a été tué en Hongrie au début de l’année 1945.

4. Lioudmila Pavlitchenko: le tireur d'élite qui a inspiré Woody Guthrie

Lioudmila Pavlitchenko est considérée comme l'un des meilleurs tireurs d'élite de l'histoire, et le meilleur tireur d'élite féminin qui ait jamais existé. Surnommé « Mademoiselle la Mort » par des journalistes américains, son nom dans l'Union soviétique n'était pas associé à la mort, mais à la vengeance vertueuse.

Dans sa jeunesse, Pavlitchenko a étudié pour devenir historienne. Quand la guerre a commencé, elle avait déjà terminé son travail de thèse, et s'est portée volontaire pour entrer dans l'armée. Pendant ses années de collège, elle avait suivi des cours de formation de tireur d’élite. Durant les premières années de la guerre, elle rencontra un sniper, Leonid, et ils décidèrent de se marier. Mais Leonid fut bientôt mortellement blessé. Pavlitchenko dut porter le cadavre de son fiancé sur le champ de bataille.

Lire aussi : Mademoiselle la Mort et Terreur invisible: ces femmes tireurs d’élite

En juin 1942, Pavlitchenko avait déjà tué 309 ennemis. Un de ses plus longs duels de sniper était l’opposa à un Allemand qui avait déjà abattu deux de ses compagnons snipers russes. Le duel silencieux dura pendant toute la journée, Pavlitchenko et son adversaire allemand étant couchés au sol, en attendant que l’un des deux se dévoile.

Après 24 heures, tous deux épuisés, les adversaires se sont localisés. Pavlitchenko fut plus rapide, cependant. Dans le carnet de sniper allemand, elle a trouvé des enregistrements concernant le meurtre de plus de 400 soldats soviétiques et alliés.

En juin 1942, Pavlitchenko a été blessée. Après sa guérison, elle a été envoyée aux États-Unis à des fins de propagande, où elle a rencontré le président Roosevelt et a fait une courte tournée à travers le pays et le Canada.

Lire aussi : Les «Sorcières de la nuit» aux trousses de l’aviation allemande

« Je n'ai que 25 ans, Messieurs, et j'ai déjà tué 309 oppresseurs fascistes. Ne pensez-vous pas, Messieurs, que vous vous êtes cachés derrière mon dos pendant trop longtemps ? », a-t-elle dit dans son fameux discours de Chicago.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies