Sept faits sur Lev Yashin, plus grand joueur de football de l'histoire de la Russie

Lev Yashin

Lev Yashin

Viktor Shandrin/TASS
Alors qu'approche de la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, revenons sur l’histoire du ballon rond dans le pays. Russia Beyond se souvient de l'un des meilleurs gardiens du monde, Lev Yashin (1929-1990).

1. Le gardien le plus célébré de l'histoire du football

Dans le monde du ballon rond, ce sont habituellement les attaquants et les milieux de terrain qui obtiennent le plus d’applaudissements, mais Yashin a mis fin à ce modèle. En 1963, il a remporté le Ballon d'or – le trophée individuel le plus prestigieux dans ce sport, et il reste depuis lors le seul gardien à avoir obtenu ce prix. Des experts de la FIFA et de l’IFFHS (Fédération internationale de l'histoire et des statistiques du football) ont qualifié Yashin de meilleur gardien du XXe siècle.

2. Un héros de la classe ouvrière

Yashin a dû se battre pour percer. Né dans la famille d'un serrurier de Moscou en 1929, la future légende avait 11 ans quand la guerre contre l'Allemagne a commencé - il travaillait dans le déchargement des trains à Oulianovsk (876 km à l'est de Moscou), puis a suivi les traces de son père comme serrurier.

Même après avoir obtenu la gloire en jouant dans des tournois internationaux pour l'URSS, Yashin s’est toujours perçu comme un ouvrier. « J'ai besoin de toucher la balle avant un match tout comme un charpentier tête sa planche en bois avant de commencer son travail. C'est une habitude de la classe ouvrière », a-t-il fait remarquer dans une interview.

Lire aussi : Qui sont les trois footballeurs les plus dangereux de l’équipe de Russie?

Comme beaucoup de sportifs soviétiques, il ne touchait pas le même salaire que ses homologues européens. Evgeny Roubine, un journaliste soviétique, se souvient d'une histoire au sujet de Yashin se rendant dans un restaurant avec Ferenc Puskás, un avant hongrois célébrissime qui a joué pour le Real Madrid. Quand Puskás sortit son portefeuille pour payer la facture, Yashin fut choqué : « Je n'ai jamais vu une telle somme d'argent dans ma vie, et je n’ai jamais gagné autant ».

3. Extrêmement loyal

Néanmoins, Yashin n'enviait jamais les footballeurs jouant de riches clubs occidentaux, en disant : « Je ne pourrais pas imaginer de vivre où que ce soit en dehors de la Russie ». Il a été incroyablement loyal à son club Dynamo Moscou, où il a passé toute sa carrière professionnelle qui a duré 20 ans (1950-1970).

Cependant, il a fallu plusieurs années au jeune des quartiers ouvriers pour percer chez les seniors. Il est devenu le gardien vedette du Dynamo en 1953 en remportant avec son club cinq Championnats d'URSS et trois Coupes de l'URSS.

Comme son épouse Valentina l’a rappelé : « Il n'a jamais demandé de bonus à ses patrons, il était très timide. Il était toujours hésitant: +Suis-je censé avoir cela ? Peut-être que non ?+ ». Sa modestie l'a rendu encore plus populaire.

Lire aussi : Mondial 2018: les stades russes dans lesquels les Bleus joueront au 1er tour

4. Il a bouleversé le jeu de façon spectaculaire

Yashin était un novateur – il fut l'un des premiers gardiens jouant en libéro. De nos jours, c'est normal - beaucoup de gardiens, y compris le brillant Manuel Neuer de l'Allemagne, jouent de cette façon. Dans les années 1950, on a toutefois qualifié de « cirque » son style de jeu. Mais c'était l'avenir.

« Yashin, comme beaucoup de joueurs dont le jeu a constitué une révélation pour tout le monde, a enfreint les règles communes parce qu’elles ne le laissaient pas révéler son potentiel, a écrit Mikhaïl Yakouchine, premier entraîneur de Yashin au Dynamo, dans ses mémoires. Et cela a élargi le potentiel tactique de notre équipe ». Le gardien a terminé 160 de ses 326 matchs de Championnat d'URSS avec des vêtements propres.

5. Adulé par le peuple

En 1956, l'équipe nationale soviétique a remporté les Jeux olympiques à Melbourne, en Australie, de sorte qu'ils avaient un long voyage de retour devant eux : un navire pour Vladivostok, puis un train pour Moscou, de sorte que les fans à travers la Russie auraient l'occasion d'accueillir les champions. Comme le médecin de l’équipe Oleg Belakovski l’a rappelé, « lors du réveillon du Nouvel an, un homme barbu est venu dans le wagon avec un sac en criant : +Les gars, où est Yashin ?+ Lev s'approcha et ce type se mit à genoux devant lui, sortant une bouteille de contrebande et un paquet de graines de tournesol de son sac : +C'est tout ce que nous avons. Merci de la part de tout le peuple russe !+ ».

Lire aussi : Où et comment acheter les écharpes des plus grands clubs de football russes?

6. En vogue

Yashin a toujours été à la hauteur de son rôle. Toujours vêtu d'un uniforme sombre de la tête aux pieds, il a été surnommé « Araignée noire » pour sa souplesse et ses habiletés acrobatiques. Il jouait également dans son chapeau emblématique : « C'est mon talisman, je l'ai toujours sur moi », a-t-il raconté.

Un autre aspect de l’image de de Yashin, moins positif, ce sont les cigarettes. « Je suis un fumeur, je sais que c'est un mauvais modèle à suivre. Je peux fumer un demi-paquet en une journée », a avoué le gardien. Les entraîneurs le toléraient car la mauvaise habitude de Yashin ne semblait pas affecter ses performances. Mais elle a endommagé sa santé et l’a conduit à une amputation de la jambe en raison de dommages artériels en 1984. Six ans plus tard, il mourut.

7. Son héritage vit encore

Les meilleurs gardiens, en particulier ceux de Russie, se comparent à Yashin - et admettent que sa trajectoire est difficile à dépasser. « Je serais heureux si je pouvait arriver près de son niveau », a confié Igor Akinfeev, numéro un actuel de l'équipe nationale russe, en novembre 2017, lorsque Yashin est apparu sur l'affiche officielle de la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™.

Et son héritage ne se limite pas à la Russie - le monde se souvient aussi de Yashin. Il est toujours présent dans toutes les équipes de stars (la FIFA 2018, par exemple, a inclus Yashin dans son équipe FUT ICONS). Pelé, l'étoile brésilienne qui a gagné trois Coupes du monde, appelle toujours Yashin « Pour toujours numéro un ».

Pourquoi l’équipe nationale russe de foot ne parvient pas à tirer son épingle du jeu ? Trouvez la réponse dans notre article

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer