Le tissu d’Ivanovo, entre motifs hypnotisants et propagande d’État

Musée d'État d'histoire locale d'Ivanovo
Le tissu de propagande a longtemps été la spécialité de l’usine textile d’Ivanovo. Son musée en renferme aujourd’hui les meilleurs exemples, ainsi que d'autres œuvres fascinantes datant de plus de 200 ans.

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La ville d'Ivanovo (250 kilomètres au nord-est de Moscou) est célèbre pour son tissu de haute qualité. Les usines locales produisent des textiles depuis le début du XVIIIe siècle, et se sont, au cours de leur histoire, spécialisées dans les ornements traditionnels paisley ou floraux, ainsi que dans les motifs soviétiques avec marteau, faucille et Vladimir Lénine. Or, le musée du chintz local (tissu de coton multicolore imprimé servant pour l’ameublement) a numérisé plus de 300 échantillons iconiques de tissus d’Ivanovo, que nous vous faisons sans plus tarder découvrir !

Une partie importante de la collection se compose de divers châles féminins. Il s’agissait autrefois d’une composante cruciale du costume des femmes russes, recouvrant leur tête : premièrement, il faisait froid la majeure partie de l'année, et deuxièmement, il était indécent pour une femme mariée d'apparaître en public cheveux au vent. Ce foulard fait à la main avec un motif traditionnel paisley a été fabriqué à la fin du XVIIIe siècle.

L'un des premiers châles de tête à thème a été consacré à Ivan Soussanine (lors de l'invasion polonaise de 1613, ce paysan aurait indiqué aux troupes ennemies le mauvais chemin pour trouver le tsar Michel Ier, et a donc été tué, devenant par la suite héros national). Cette pièce du milieu du XIXe siècle représente le héros entouré de Polonais et accompagné de poèmes de Kondrati Ryleïev en bordure.

En 1893, le textile Ivanovo a été présenté à l'Exposition universelle de Chicago, la plus importante du genre à l'époque. Le pavillon russe exposait les tissus de neuf fabricants d'Ivanovo et l'un d'eux, Anton Gandourine, a reçu une médaille de la part des États-Unis pour son brillant chintz imprimé destiné à l'exportation vers l’Asie.

Lire aussi : Nostalgie soviétique: ces robes modernes faites avec des tissus «Made in USSR»

En 1913, à l'occasion du tricentenaire de la Maison Romanov, les usines d’Ivanovo ont confectionné des foulards en soie avec des images de la dynastie impériale.

Néanmoins, la période la plus intéressante de l'histoire des usines d’Ivanovo est certainement celle du début de l'URSS, lorsqu'elles produisaient ce que l'on appelle le « textile de propagande », avec des ornements soviétiques composés d'étoiles rouges, d'avions, de locomotives et même de Vladimir Lénine.

La faucille, le marteau et les épis de blé étaient les symboles du jeune État et sont par conséquent devenus de nouveaux motifs textiles dans les années 1920. Ce calicot par exemple a reçu une médaille d'or en 1925 à l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de Paris.

Au milieu des années 20, Ivanovo a produit des textiles consacrés à certaines occupations et professions des Soviétiques. Ce châle notamment représente les pionniers (version soviétique des scouts) avec leur devise « Toujours prêts ! ».

Ce tissu en satin de 1925 dépeint l'industrialisation d’un village. Le designer a combiné le processus de récolte avec des ornements de fruits et légumes.

Enfin, une série sportive a été créée en 1926 sur commande de la maison d'édition Goudok à l’occasion des Spartakiades des syndicats (un événement sportif international sponsorisé par l'Union soviétique). En voici un exemplaire mettant en scène une locomotive portant la bannière du syndicat des cheminots.

Cet autre châle avec les mêmes bords représente un homme soviétique modèle, c’est-à-dire sportif et musclé.

En suivant ce lien, découvrez en vidéo le site de production des célèbres châles russes de Pavlovski Possad.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies