Nostalgie soviétique: ces robes modernes faites avec des tissus «Made in USSR»

Kookaburra
Alfia Aïssitoulina recherche sans relâche des tissus du temps de l'URSS. Des jeunes femmes aux grands-mères, ses créations font l’unanimité, certains clients résidant aux États-Unis.

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

En 2012, des tissus avec des impressions rétro sont tombés entre les mains de la Saint-pétersbourgeoise Alfia Aïssitoulina. La jeune femme en a fait deux robes et le succès obtenu l’a poussée à continuer à coudre des vêtements inhabituels.

« La toute première chose est, bien sûr, la beauté. Tout a commencé avec elle. Il y a des motifs floraux incroyables qu’on ne trouve plus actuellement », explique Alfia sur Instagram.

La jeune femme a commencé à rechercher des tissus de l’époque soviétique sur des sites de petites annonces. Il s’est avéré qu’on en trouve facilement, car à l’époque soviétique, caractérisée par les manques en tout genre, les gens avaient l’habitude de coudre à la maison et d’acheter du matériel pour l’avenir « au cas où ».

« Je les cherche et je leur donne enfin une chance de devenir des tenues ! Belles, actuelles, respectueuses de l'environnement », a déclaré Alfia dans une interview accordée à Russia Beyond.

Elle invente elle-même le design des robes, et a créé une base de patrons qu’elle remplit de détails plus modernes : manches volumineuses, volants, silhouettes plus amples.

Au début, Alfia cousait pour elle-même et pour ses amis, mais elle a vite croulé sous les commandes : elle a créé sa propre marque, Kookaburra. Elle coud chaque robe individuellement, la cliente choisit parmi les tissus disponibles que l’on peut découvrir sur la page Instagram de la marque.

Tout le monde a apprécié ses robes : elles sont principalement commandées par des femmes âgées de 27 à 35 ans, mais parmi les clientes, il y a aussi des adolescentes de 16 ans et des dames de plus de 55 ans. « Les tissus enfantins, en particulier les flanelles avec des chiots, des voitures, des crayons et des canetons, sont d’une naïveté absolue et suscitent de la nostalgie chez les adultes d'aujourd'hui », explique-t-elle.

Des commandes sont même venues d'Amérique, des clients faisant partie de la communauté des immigrants russophones.

Ces dernières années, d'éminents designers occidentaux ont lancé la tendance des robes tricotées à fleurs. Mais Alfia explique qu'elle suit tout simplement ses propres goûts. « Je n'ai jamais pensé que ces robes étaient à la mode. Il me semble que c’est un méta-vêtement, il vit en dehors des tendances. Je peux facilement mettre mes robes cousues il y a 4 à 6 ans aujourd'hui sans risquer de sortir des codes vestimentaires actuels ».

Dans cette autre publication, nous vous parlons de six vêtements qui vous permettent de reconnaître un Russe 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies