Comment les designers russes redéfinissent-ils l’artisanat traditionnel?

Entre ces mains expertes, chambranles en bois et jouets traditionnels se transforment en de véritables œuvres d’art contemporain.

Porcelaine de Gjel, matriochka, khokhloma, peinture de Jostovo, miniature de Palekh, dentelle de Vologda et bien d’autres créations de l’artisanat traditionnel russe, dont les origines remontent à plusieurs siècles, font la fierté de l’art décoratif appliqué du pays. Et bien entendu, ils sont les souvenirs les plus populaires que ramènent les touristes de leur séjour en Russie.

Ces ornements typiques sont plus d’une fois devenus la source d’inspiration de designers de mode, qui les ont alors reproduits sur des vêtements et accessoires. Néanmoins, ils ne se sont penchés sur le renouvellement de ce riche patrimoine que relativement récemment. Voici quelques exemples de ce qu’il en a résulté.

Assiettes HALF&HALF

Les premières de ces élégantes assiettes HALF&HALF, ornées de dessins bleus et blancs, ont été émises l’année dernière par la légendaire fabrique Union Gjel. Leur design moderne, qui comprend des motifs floraux classiques combinés à des figures géométriques, est l’œuvre d’Anna Koulatchok. Cet automne la marque a décidé de les relancer sur le marché dans un format adapté à l’art de la table (avec un diamètre de 27,5 cm), toujours en deux couleurs et en série limitée. L’an prochain, les propriétaires de la fabrique comptent bien poursuivre cette évolution en agrémentant cette série d’autres motifs similaires, et en proposant également des tasses, des sucriers et d’autres objets.

Sculpture Agathe

Cet énorme jouet a fait pour la première fois son apparition en septembre à la foire d’art Cosmoscow dans la capitale russe, et est rapidement devenu l’attraction favorite des amateurs de selfies. En effet, cette sculpture s’avère être interactive : en enfilant un gant, il est possible de la pousser légèrement et de la voir reprendre sa position verticale initiale après avoir quelque peu chancelé. Pour créer Agathe, le sculpteur Grigori Orekhov a eu pour modèle la nevaliachka, célèbre culbuto russe. À noter qu’il s’est également inspiré des œuvres « gonflables » de Jeff Koons. Cette création en acier poli pourrait tout-à-fait devenir un objet divertissant pour le jardin.

Meuble AUGUST

Après être sorti diplômé de la Haute école britannique d’Art & de Design de Moscou, Vitali Jouïkov s’est consacré au design de meubles et d’objets d’intérieur des plus curieux. Certaines de ses réalisations les plus captivantes, telles que des armoires, miroirs et étagères, sont issues de sa collection PORTAL. Pour les concevoir, il chine de par les villages et petites villes de Russie des chambranles de fenêtres aux formes et couleurs uniques, une décoration d’extérieur très répandue au XIXè siècle. On y trouve, sculptés dans le bois, des motifs on ne peut plus divers, allant du légendaire phœnix aux motifs floraux et animaliers, en passant par les blasons de famille.

Luminaire Fedora

Lauréat du Prix de l’année aux Elle Decoration Awards 2014, le designer russe Dima Loginoff est parvenu à collaborer avec plusieurs grandes marques, telles qu’Artemide et VitrA. L’année dernière, pour l’italienne Axo Light il a créé sa série de luminaires Fedora, dont le design se réfère au jouet russe le plus connu, la matriochka, dont la forme a inspiré plus d’un designer occidental, notamment Martin Margiela. Les lampes de Loginoff, tout en préservant cette silhouette de la matriochka originale, se composent de deux parties : celle du haut est fabriquée à base d’aluminium brillant, tandis que celle du dessous est constituée de verre transparent.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer