Cinq graffitis ayant fait scandale en Russie

Donat Sorokine/TASS, Aleksandr Jounev
Certaines de ces œuvres ne peuvent plus être vues que sur des photographies.

« Croix suprématiste »

Cette œuvre impressionnante est apparue sur la place du Premier plan quinquennal à Ekaterinbourg grâce aux efforts du calligraphe Pokras Lampas (de son vrai nom Arseni Pyjenkov) en juillet 2019. Un fragment du manifeste de Kasimir Malevitch y a été inclus.

« J'ai dénoué les nœuds de la sagesse et libéré la conscience de la couleur. J'ai surmonté l'impossible et j’ai fait des abîmes avec mon souffle. Nous, suprématistes, nous vous lançons une route », a ainsi écrit l'artiste.

Cependant, la directrice du Musée de la Sainteté d'Ekaterinbourg, Oksana Ivanova, n’a pas tardé à exiger de supprimer cette représentation.

Fin juillet, le graffiti a donc été éliminé par les services communaux, qui l’ont tout simplement recouvert d'asphalte. La mairie a toutefois promis de restaurer l’œuvre, affirmant qu'elle avait initialement reçu l’aval de l'administration de la ville. Pokras Lampas a finalement réitéré son travail, en omettant néanmoins la croix du graffiti.

« Gagarine crucifié »

En 2015, Pâques est tombé le même jour que la Journée de la Cosmonautique, date du premier vol spatial du cosmonaute soviétique Iouri Gagarine. L'artiste de rue Aleksandr Jounev a alors dédié à cette coïncidence l'image d’un cosmonaute crucifié sur une croix de fer. L'œuvre est apparue sur le mur d'un immeuble résidentiel à Perm et a suscité beaucoup de discussions. Les internautes et les habitants de la ville ont en effet interprété ce travail tant comme une critique des autorités ecclésiastiques que comme une victoire de la religion sur la science.

« Gagarine est devenue une victime, on en a fait une icône de l’espace en URSS », a de son côté déclaré Jounev sur son compte Instagram, expliquant sa vision des choses.

Dès le lendemain, le graffiti a été recouvert. L'artiste lui-même a été reconnu coupable d'avoir endommagé la façade d'un immeuble et condamné à une amende de 1 000 roubles (14 euros). Le parquet de la région de Perm a également commencé une enquête sur l'artiste, mais n'a conclu à aucune offense envers les sentiments religieux des croyants, et n'a donc pas engagé de poursuite.

Lire aussi : La ville de Krasnodar en passe de devenir la capitale russe du street-art

Hommage au mauvais endroit

Pour le tournage d’un clip, le célèbre rappeur russe Timati a commandé un graffiti représentant le portrait de son meilleur ami Ratmir Chichkov, décédé dans un accident de la route en 2007. De cette manière, l'interprète souhaitait immortaliser la mémoire du défunt.

Cependant, si l’œuvre en elle-même n’avait rien de dérangeant, ce graffiti a été réalisé à Moscou sur un bâtiment historique de 1910. Cela a scandalisé les habitants, qui se sont aussitôt plaints à la préfecture locale, qualifiant ce portrait d'acte de vandalisme. Le graffiti n’a donc pas tardé à être recouvert, mais il est encore possible de l’apercevoir dans le clip vidéo de l'artiste.

Le mur de Tsoï repeint

Le 15 août 1990, jour de la mort du leader du légendaire groupe Kino, Viktor Tsoï, est apparue, dans le centre de Moscou, sur le mur du 37, rue Arbat, l’inscription « Aujourd'hui est mort Viktor Tsoï ». Peu après, une réponse y a été ajoutée : « Tsoï est vivant », et peu à peu, le mur a été orné d'autres phrases et portraits de cette icône du rock. Le mur est ainsi devenu l'une des principales curiosités de Moscou.

Cela a été le cas jusqu'au printemps 2019. Le 14 avril, des fans du club de football moscovite Dynamo ont dessiné un graffiti reprenant la symbolique de l’équipe sur ce mur. Ils y ont en effet inscrit le titre de la célèbre chanson de Tsoï Nos cœurs exigent des changements (Peremen trebouïout nachi serdtsa), en utilisant les couleurs du Dynamo, et la lettre D imitant le logo du club. La photo de l'œuvre a alors été publiée sur le compte officiel de ce dernier sur Instagram.

Les admirateurs du chanteur ont réagi négativement à ce nouveau graffiti et Alekseï Vichnia, ami de Viktor, l’a qualifié de « volontarisme total ». Le dessin du club de football a donc rapidement été recouvert par d'autres inscriptions.

« Je [menottes] Moscou »

L'artiste de rue Zoom ne divulgue pas son véritable nom, ne dévoile pas son visage et ne communique avec le public que par le biais de son compte Instagram et, bien sûr, de ses graffitis. Ses œuvres acérées aux orientations politico-sociales apparaissent régulièrement dans les rues de Moscou, mais en disparaissent tout aussi vite, recouvertes avec soin par les services communaux. Ce graffiti est apparu durant l'été 2019 en réponse à l’arrestation de personnes lors de manifestations. Il détournait le logo graphique « Je [cœur] Moscou » adopté par la mairie pour ses campagnes de communication. Le dessin de l'artiste, par triste tradition, n'a pas duré un jour, repeint dans les 24 heures. Décidant de ne pas en rester là, Zoom a néanmoins commencé à vendre des t-shirts avec la même illustration.

Dans cet autre article, découvrez en image comment des artistes du monde entier ont transformé un centre commercial moscovite en temple du street art.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies