Art graphique: où le graffiti trouve-t-il ses lettres de noblesse à Moscou?

Anton Belitskiy
L’effronté street art moscovite semble faire de la résistance dans une ville faisant pourtant de son mieux pour effacer toute possibilité d’expression graphique sur ses murs. Russia Beyond vous propose donc un petit tour d’horizon de cet art souvent sous-estimé et mal aimé.

Moscou est connue pour être peu tolérante à l’égard des graffiti. Bien que la notion d’esthétique en aménagement urbain soit sujette à débats dans cette mégapole, une chose est certaine, cette dernière a toujours fait son maximum pour supprimer toute sorte de créativité non désirable venant perturber son paysage architectural pourtant déjà très éclectique, que l’on pourrait croire être le fruit des travaux d’une personne souffrant d’un dédoublement de la personnalité. Mais suivez-nous, nous vous emmenons admirer certaines des plus belles œuvres de street art ayant toutefois survécu à ces purges moscovites.

1. Fintan Magee – Message

Créée dans le cadre du festival d’art graphique La Meilleure Ville sur Terre, qui présente les travaux de certains des plus talentueux artistes de rue mondiaux, cette pièce signée par l’Australien Fintan Magee est plutôt mélancolique et on ne peut plus réaliste. Elle dépeint une jeune femme envoyant un message dans une bouteille. Vous pourrez l’apercevoir près de la station de métro Troubnaïa, à l’adresse 23/5 boulevard Rojdenstvenski, bât. 2.

Lire aussi : Dix raisons de ne jamais visiter Moscou

2. Vostok – Sans titre

Tout comme le précédent, ce graffito réalisé par Vostok faisait partie du festival La Meilleure Ville sur Terre. Il y a quelque chose d’énigmatique et au final d’assez triste dans le fait que certaines des plus remarquables œuvres de street art s’avèrent être cachées par des bennes à ordures, dans des cours d’immeubles ou des culs-de-sac. Ce qu’il faut faire, c’est donc rester à l’affût, explorer, dévier vers de petites allées. En l’occurrence, cette œuvre est située au 8 rue Tverskaïa, près des stations Tverskaïa, Tchekhovskaïa, Pouchkinskaïa.

3. Différents artistes – Les graffiti de l’Usine de design Flacon

Quand il est question d’abstrait et d’éclectisme, un lieu sur lequel il est toujours possible de compter est l’Usine de design Flacon. Y figurent diverses pièces d’art de façade qui s’intègrent sans aucun problème à l’esthétique brutale de ce lieu au passé industriel et récemment reconverti en endroit tendance. Certaines œuvres se réfèrent à des problématiques sociales, d’autres sont simplement le fruit d’une imagination débordante. La dernière réalisée, et ayant depuis été effacée, a nécessité 150 bombes de peinture. Nous supposons qu’une quantité tout aussi importante a été utilisée pour créer celle-ci, représentant des dizaines de téléphone portables équipés d’appareils photos.

Lire aussi : Portrait-robot du Moscovite typique

4. Vova Koupalov (Nootk) – La fresque de style bourgeois

Vainqueur du Grand Prix au Festival de street art de Moscou, Vova Koupalov est un artiste au talent extraordinaire. Il a recouvert de sa folie ce pignon entier situé au 8 de la ruelle Astrakhanski en à peine cinq jours, à raison de 7 heures quotidiennes. Quelque 200 bombes de peinture ont par ailleurs été utilisées pour réaliser cette fresque murale. À noter que le bâtiment a été choisi par Vova en personne. Ce graffito représente, dans sa forme satirique, les divers habitants qui, comme Vova se l’imagine, ont vécu ici à travers le temps. Plus de 20 œuvres ont participé à ce festival en 2012.

5. Artiste inconnu – Jeune fille à la fenêtre, de Dali

Malheureusement, nous ne connaissons pas la véritable identité de cet artiste, mais une chose est sûre, il a un don non seulement pour le graphisme, mais également pour l’humour. Contrairement à la célèbre toile Jeune fille à la fenêtre de Salvador Dali, ce personnage porte ici des baskets et une chaîne stéréo se trouve à ses côtés. À part cela, c’est une réplique exacte. Le graffito peut-être aperçu sur le bâtiment d’un transformateur électrique au 14/4 de la ruelle Staropimenovski, aux alentours de la station Maïakovskaïa.

Lire aussi : Dix faits étonnants sur le métro de Moscou

6. Winzavod

La nature variée, abstraite et souvent satirique des dessins imaginés par Winzavod devrait suffire pour attirer l’attention de toute personne désirant trouver une source d’inspiration créatrice. Ce lieu consacré à l’art contemporain, comprenant des espaces artistiques, des magasins et des salles de performances, vaut vraiment la peine d’être visité lors des jours paisibles. Durant les représentations nocturnes, il s’anime et rassemble une quantité phénoménale de jeunes partageant une passion pour l’art et une soif d’expression graphique. Voici un exemple des œuvres que vous pourrez y observer.

7. Artistes russes et néerlandais –Immeubles de l’ère Khrouchtchev

En 2007, une alliance d’artistes russes et néerlandais ont été invités à décorer 13 bâtiments sur la rue Izoumroudnaïa, à proximité de la station de métro Babouchkinskaïa. Les barres d’immeubles datant de l’ère Khrouchtchev, appelées d’ailleurs khrouchtchevki, ne sont pas toujours très gaies, loin de là, alors ces fantastiques fresques murales sont les bienvenues pour ajouter un peu de couleur dans ce paysage autrefois quelque peu maussade. Le quartier tout entier a par conséquent aujourd’hui des airs de galerie d’art contemporain. Au moins, les gens ne risquent plus de se perdre lorsque vous les invitez à boire un coup chez vous.

Lire aussi : Le centre-ville de Moscou prend un coup de vert

8. Andreï Adno – le solitaire bâtiment de 12 étages au 19 rue Bibirevskaïa

Cette création signée Andreï Adno, né à Kaliningrad, est simplement intitulée « Domiki » (Maisonnettes), mais au final cela la représente parfaitement : une myriade de petites maisons, de la charmante izbouchka (cabane en bois) à des appartements relativement impersonnels, perchés tout en haut. Cette œuvre est située dans le lointain district de Bibirevo, près de la station du même nom, et symbolise le processus consistant à arriver dans une ville en venant de la campagne, avant de finalement rêver de retourner vivre dans une petite cabane en bois.

Designer professionnel, Andreï est le propriétaire du studio de design Art Family Group. Il est également un artiste de rue passionné. Ses réalisations peuvent ainsi être admirées tant en Russie, qu’à New York et San Francisco.

Si le street art doit encore se battre pour faire valoir ses droits dans les rues de Moscou, la ville de Krasnodar, sur les bords de la mer Noire, tente de son côté de s’imposer comme la capitale russe de la discipline. Un phénomène à découvrir dans notre autre publication.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies