Les 20 meilleurs hits musicaux russophones de 2018

IC3PEAK
En juin dernier, « Headshot » de Cream Soda trônait au sommet de notre classement musical. Depuis, les choses ont changé, et pour clôturer cette année en rythme, nous vous proposons notre nouveau top, subjectif mais de goût, compilant de nombreux talents de la scène russophone, des rappeurs aux punk-rockeurs, des interprètes-compositeurs aux producteurs de techno.

20. Timati feat. Egor Kreed – Gucci

Cette année a été riche en événements pour les rappeurs les plus célèbres du pays, mais Gucci, avec ses 62 millions de vues sur YouTube, a été l’un des temps forts. Ce titre est supposé être une moquerie des rappeurs new-school arborant tresses et vêtements Gucci. Timati et Egor Kreed, pourtant connus pour mener un tel train de vie, s’amusent de ce genre en exagérant les traits, sorte d’autodérision teintée d’argent, de luxe et de superficialité pour un résultat haut en couleur.

19. Formally Unknown – Off Peak (Mella Dee mix)

Le duo saint-pétersbourgeois Formally Unknown a véritablement donné un élan à sa carrière cette année avec la sortie d’un EP intitulé Off Peak, au sein du label 17 Steps, fondé par le groupe londonien Dusky. Le pompon est ainsi la reprise de Mella Dee, qui met directement l’ambiance et permet de se réchauffer en se trémoussant, parfait pour échapper au froid de l’hiver !

18. Gruppa Skryptonite – Глупые и Ненужные (Stupides et Non nécessaires)

Le roi du rap russe Skryptonite a choqué le pays l’an dernier suite à l’annonce de son départ total du hip-hop. Stupides et non nécessaires est notre premier aperçu de sa nouvelle carrière au sein de Gruppa Skryptonite, et cela vaut définitivement le coup. Ce titre quelque peu somnolent mais accrocheur se penche sur le désespoir d’une difficile rupture, sur un fond de sitar.

17. Little Big – Skibidi

Little Big, comme vous le savez certainement déjà au vu de sa popularité en France, est le groupe de rave russe permettant au monde d’avoir sa dose d’étrangeté annuelle. Accompagné d’un clip rempli d’images plus tordues les unes que les autres et d’une chorégraphie… unique en son genre, Skibidi s’inscrit dans la droite lignée de Little Big. Si vous ne l’avez pas encore entendu, n’attendez plus ! 

16. Big Baby Tape – Gimme the Loot

S’inspirant du classique homonyme de Biggie Small, ce petit nouveau du rap russe a connu un immense succès avec ce morceau cette année. Le rythme aux basses bien chargées a été imaginé par Big Baby Tape lui-même et donne un goût de DIY rappelant de manière intéressante Look at Me de XXXtentacion.

15. Pochlaïa Molli – Буду твоим пёсиком (Je serai ton petit chien)

Le groupe de rock russophone de l’année a effectué une percée sur la scène musicale locale grâce à des titres tels que La chanson préférée de ta sœur ou Tout le monde veut m’embrasser. Je serai ton petit chien a été pensé dans la même veine, combinant jeu de guitare endiablé et paroles traitant de fétichisme et de fêtes bizarres.

14. Husky – Поэма о родине (Poème sur la patrie)

« Ma patrie est mon amour, ensuite je regarde par la fenêtre / Je vois une ville dans son habit gris ». Husky capture ici la lutte émotionnelle ambiguë de beaucoup de Russes : fierté de leur pays mêlée au pessimisme à l’égard du futur. Le titre est riche en jeux de mots, en métaphores, et évoque avec nostalgie des thèmes tels que la guerre, l’évolution d’une personne à travers les années et la disparité économique.

13. Kedr Livanskiy – Было время (Il y avait un temps)

Ce morceau est un voyage. Avec les brumeuses vocalises de Livanskiy flottant sans faute au-dessus d’une instru’ rythmée, cette chanson apporte suffisamment d’intrigue et de dynamisme pour faire durer une soirée jusqu’au bout de la nuit.

12. Youra – Praktika

Il est ici question d’un hymne prolétaire punk. Praktika soulève en effet des problèmes rarement mentionnés en Russie post-soviétique. Dépeignant la dystopie d’une usine moderne, le titre et le clip encapsulent parfaitement la façon dont la répétitivité mécanique peut conduire à la rage.

11. Louna – Jukebox

2018 a été une année réussie pour Kristina Bardach, interprète et compositrice ukrainienne, grâce à la sortie de son album Rêves enchantés, semblant véritablement issu des songes les plus profonds. Se lamentant sur la nature insondable et inextricable de l’amour, Jukebox était dès le départ un titre voué au succès.

10. Husky – Иуда (Judas)

Alors que Poème sur la patrie a certainement fait lever quelques sourcils, c’est Judas qui a fait couler le plus d’ancre à propos de Husky cette année. Frénétique, immersif, abstrait, auto-prophétique, ce dernier y réprimande ses auditeurs en les qualifiant de « mouches » et de « traitres » en raison de leurs attentes.

9. Andrey Pushkarev – Can I take a picture with you?

Pilier de la musique électronique russe, Pushkarev ne sort à présent ses morceaux qu’après s’être assuré qu’ils sont parfaits. Cette expédition longue de huit minutes est aussi paisible et motivante que peut l’être la house.

8. Cream Soda – Уйди, но останься (Pars, mais reste)

« Pars, mais reste / Dans ma tête il y a beaucoup de place / Viens et perds-toi ». Autrefois duo, le groupe moscovite Cream Soda semble depuis avoir intégré la chanteuse Anna Romanovskaïa à son équipe, et on ne va pas s’en plaindre. Sa musique paraît ainsi plus compète que jamais, avec un rythme à la signature texturée, qui s’allie à merveille avec la voix de la chanteuse.

7. Luna – Спящая красавица (La Belle au bois dormant)

Il s’agit peut-être du plus ambitieux single de Louna à ce jour. La Belle au bois dormant a recours à une instru’ entêtante pour procurer à la voix de l’artiste une saveur onirique, plus céleste encore que ses précédents titres.

6. Pharaoh – Лаллипап (Lollipop)

Cet artiste de 22 ans seulement et menant une véritable ruée vers les sommets, a connu de nouveaux temps forts cette année, notamment avec Lollipop, titre entrainant et vivifiant. Lorsqu’il est question de flow exemplaire et de sélection de rythme intéressante, peu en Russie peuvent surpasser Pharaoh.

5. IC3PEAK – Смерти больше нет (Il n’y a plus de mort)

Manger des organes devant le mausolée de Lénine, s’enfiler des verres de sang en face du Kremlin… En réalité ICЗPEAK est une sorte de version gothique de Little Big. C’est exotique, influencé par la trap et le punk, teinté de vocalises finement travaillées et de basses profondes, pour un effet politique dévastateur.

4. Monetotchka – 90

Échange de tirs d’armes à feu dans les rues, Twin Peaks, jurons en anglais, le « visage de la jeune Russie » a décidé dans ce titre de nous ramener dans les années 90. Ne prenez cependant pas ce morceau trop à la lettre, puisque il apparait surtout comme un commentaire sarcastique sur la vision qu’ont les Russes sur cette décennie, qui est souvent pire que ne l’était la réalité. Cela n’empêche toutefois pas la mélodie d’être irrésistiblement nostalgique, tandis que les fans du cinéaste Alexeï Bablanov apprécieront le clip.

3. M & Ritmo – А вдруг (Et si soudain)

« Dans la stupidité réside tout l’espoir ». Voici un mantra servi par M, véritable vétéran du rap russe. Avec une honnêteté rigoureuse, ce parolier détaille le processus de la perte de l’esprit à cause d’une femme qu’il sait qu’il ne pourra jamais avoir. « La fantaisie », a-t-il publié sur VKontakte, équivalent russe de Facebook, « a aspiré mon énergie comme un trou noir ». La passion de M se ressent ici à travers un rythme rêveur et progressif.

2. Cream Soda – Хедшот (Headshot)

Il était impensable d’éloigner trop « Headshot » du sommet de ce classement en raison de son doux mais explosif beat. 2018 a été l’année où Cream Soda est devenu un groupe capable de produire des œuvres de haute qualité, des tubes immédiats. Et avec son nouveau chanteur principal, il n’a pas l’air de vouloir s’arrêter en si bon chemin.

1. Monetotchka – Каждый раз (Chaque fois)

Si l’année 2018 appartient à quelqu’un, c’est indubitablement à Monetotchka. Cette chanson en particulier a résonné partout en Russie, puisqu’elle a été programmée sur toutes les radios et chaînes télévisées sans lasser personne (ou presque). De plus, aucun autre morceau ne reflète aussi bien l’esprit de cette jeune artiste de 19 ans que Chaque fois, qui n’est que sarcasme et expression du manque de son ex.

Dans cet autre article, nous vous présentons des artistes russes proposant des hits modernes dans différentes langues minoritaires du pays.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies