Qui était Constantin Somov, le premier peintre érotique de l’Empire russe? (en images)

Domaine public
Son «Livre de la Marquise» pourrait même aujourd’hui être considéré comme une publication pornographique.

Constantin Somov (1869-1939) était le fils du conservateur du musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg. Il n'est donc pas surprenant qu’il ait été toute son enfance baigné dans les arts, puis qu'il soit allé étudier à l'Académie des Arts.

«Amoureux. Soir», 1910

Son professeur, qui n’était autre que l’illustre Ilia Répine, ne s'attendait cependant pas à un succès particulier de sa part : il était irrité par « la stupidité enfantine dans les couleurs » et par « l'incohérence des compositions » de l’artiste en herbe.

«Matinée estivale», 1920

Néanmoins, l'émergence, au début du XXe siècle, du symbolisme dans la peinture russe et la rencontre avec des impressionnistes français ont changé la donne et Somov s’est orienté dans cette direction. N'est-il d’ailleurs pas vrai que sa « Jeune femme s’endormant sur l'herbe » rappelle quelque peu « Le Déjeuner sur l'herbe » d'Édouard Manet, scandaleux en son temps ?

«Jeune femme s'endormant sur l'herbe», 1913

Somov a participé à la création de la revue littéraire et artistique Mir iskousstva (Le Monde de l’art), principale publication imprimée des symbolistes de Russie et précurseurs de l'avant-garde russe.

«Matinée estivale»

En outre, son style et sa passion pour le graphisme convenaient parfaitement aux livres. Il a donc illustré de nombreuses œuvres littéraires, telles que le poème de vaudeville d'Alexandre Pouchkine sur la trahison Le Comte Nouline  et le roman pastoral antique Daphnis et Chloé.

«Daphnis et Chloé», 1930

Mais l'œuvre la plus célèbre et la plus polémique de Somov est sans doute Le Livre de la Marquise, recueil de textes érotiques français du XVIIIe siècle illustré par ses soins, et ce, de façon débridée.

Couverture du «Livre de la Marquise»

Beaucoup de dessins y sont si explicites que nous ne pouvons même pas les publier.

Lire aussi : Tout sauf le sexe : la nudité et l'érotisme dans les films soviétiques

Le cercle de fréquentations de Somov à cette époque était composé des principaux représentants de la bohème du début du XXe siècle, à l’instar de l'artiste Alexandre Benois, de  l'imprésario Serge de Diaghilev, du publiciste Dimitri Philosophoff, du poète et compositeur Mikhaïl Kouzmine.

Autoportrait, 1898

D'ailleurs, tandis que Kouzmine a été le premier à aborder le sujet de l'homoérotisme dans la littérature russe, Somov est devenu le premier peintre à réaliser une ode au corps masculin nu en Russie.

«Jeune homme nu», 1937

En 1923, Somov, accompagné de son petit ami de longue date, Méthodius Loukianov, est parti en Amérique pour une exposition personnelle, et n’est ensuite jamais revenu en Russie bolchévique. Quelques années plus tard, il s'est installé en France, où il a continué d’illustrer des ouvrages.

«Baigneuses au Soleil», 1930

Il a vécu à Paris jusqu'à sa mort, en 1939, et a été enterré dans le cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois aux côtés de nombreux émigrants russes de différentes époques (parmi les plus célèbres figurent l’écrivain Ivan Bounine, les symbolistes Zinaïda Hippius et Dimitri Merejkovski, le danseur Rudolf Noureev et le cinéaste Andreï Tarkovski).

«Reflets intimes dans le miroir de la table de toilette», 1934

Une exposition des œuvres de Constantin Somov se tiendra à l'occasion du 150e anniversaire de sa naissance au Musée Russe de Saint-Pétersbourg jusqu'au 4 novembre 2019.

Dans cet autre article, nous vous présentons Ivan Bilibine, légendaire illustrateur russe ayant donné vie aux contes populaires traditionnels.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies