Cinq boîtes de nuit prouvant que Moscou est un paradis de la techno

Getty Images
Vous pensiez que la Russie ne s’adonnait qu’au ballet et aux chansons traditionnelles telles que Kalinka et Katioucha? Que nenni, la musique contemporaine est aussi de la partie ! De l’underground aux clubs de luxe : voici donc où passer vos chaudes nuits d’été à Moscou.

Gazgolder : de la techno dans un intérieur éclectique

Depuis plus de 10 ans, le Gazgolder attire les plus festifs des Moscovites. Situé dans l’ancienne usine Arma, il est fait de briques oranges et de vitraux, et possède un intérieur très stylisé rempli de sièges en cuir.

Si vous aimez la techno et la house, le Gazgolder est l’endroit où il faut aller, pour ses invités de classe européenne (Ellen Allien y a joué un set incroyable en juin). La file d’attente n’est que d’environ 20 minutes pour une grosse soirée, et vous ne la remarquerez même pas au bar. Il y a deux pistes de danse, dont un jardin d’été.

« J’adore le Gaz, pour leur musique techno et leur public d’habitués. Quand j’y vais, tout le monde me reconnaît », lance Altyn à Russia Beyond.

26, rue Nijni Soussalny, 5b. Station de métro Kourskaïa.
+7 (495) 741 -83-83

Page Facebook

Chateau de Fantomas : un toit aux vibrations estivales et une touche de luxe

Ce club au nom français est situé au centre du quartier fêtard de Moscou : l’île abritant l’ancienne confiserie Octobre Rouge. L’un des gros avantages est qu’il possède la meilleure piste de danse perchée sur un toit, avec une vue imprenable sur la Moskova et sur la cathédrale du Christ-Sauveur (si vous vous sentez soudainement coupable de faire la fête et avez besoin de demander le pardon).

La lineup, dans cette salle relativement nouvelle, est toujours bien pensé. « Ils jouent souvent de la très bonne musique et jamais mainstream !, confie Mila. J’aime aussi car le contrôle à l’entrée laisse entrer des gens agréables et intéressants », ajoute-t-elle.

Lire aussi : Sept chansons russes légendaires qui ont conquis le monde entier

Vous devez néanmoins vous attendre à des prix exorbitants et de probables embouteillages de taxis en partant, puisqu’il n’y a qu’une seule voie pour sortir de l’île.

4, quai Bolotnaïa, 3b. Station de metro Kropotkinskaïa.
+7 (495) 585-41-46

Page Facebook

Rodnia : des festivals de musique non-stop dans une ambiance cosy

Ce club est situé dans une autre ancienne zone industrielle : Artplay, aujourd’hui un cluster artistique, plein de magasins branchés, de cafés et de galeries d’art.

Tout l’été, le Rodnia (que l’on peut traduire par « famille »), vous invite sur son toit-terrasse. Le club propose un spectacle audiovisuel pour tous les amateurs de techno et de tech-house, en conviant régulièrement de gros noms de la scène. Bien que le Gazgolder soit bien plus techno, le Rodnia est plus branché tech-house, à moins que la tête d’affiche elle-même soit un musicien techno.

L’entrée est rarement gratuite, mais vous pouvez acheter les places en avance sur Internet, et il existe aussi des early birds (tickets à prix réduits). La page Facebook du club poste toujours les lineups et les liens vers les évènements.

« J’adore aller soit au Rodnia, soit au Chateau de Fantomas, les deux ayant un toit-terrasse, de bons bars et d’excellents DJs », raconte Ioulia à Russia Beyond.

7, Nijniaïa Syromiatnitcheskaïa, 10b. Station de métro Kourskaïa.

Page Facebook

Propaganda : le bon vieux club techno où tout a commencé pour la Russie

Au Propaganda, vous pouvez vous amuser dans le sens le plus pur du mot. Les gens y viennent pour la musique, pour danser, le tout, sans se soucier de leur apparence. Ce club comptant parmi les plus vieux de Moscou à être toujours en activité ne possède en effet pas de politique stricte pour son public, ne vous-y rendez juste pas trop ivre !

« Je l’adore car vous pouvez y aller en Converse comme en talons ou même en pyjama, personne n’y prête attention », raconte Maria.

L’entrée est gratuite et nulle part ailleurs à Moscou vous ne trouverez de mojito à 300 roubles (4 euros environ) dans un tel cadre. Si vous appréciez la techno profonde et mélodique, il y a les Tchetvergui Sancheza (Les Jeudis de Sanchez), tandis que les vendredis et samedis sont habituellement réservés à la techno sourde, jusqu’au petit matin.

7, rue Bolchoï Zlatoustinski. Station de metro Kitaï Gorod.
+ 7 (495) 624-57-32

Page Facebook

Bessonnitsa : un endroit de luxe pour clients de luxe

Traduction russe d’Insomnie, Bessonnitsa assure de passer des nuits blanches en proposant probablement les meilleures lineups du week-end en termes d’homogénéité : Stephan Bodzin, Kollektiv Turmstrasse et d’autres y sont quasiment résidents. Encore un club situé sur l’île d’Octobre Rouge doté d’un intérieur élégant et d’une terrasse offrant une vue à couper le souffle.

Bessonniza

Cette boîte a probablement la politique de contrôle à l’entrée la plus exigeante de la ville, ce sur quoi débattent souvent de nombreux fans sur sa page Facebook,  à savoir si la techno doit être accessible à tous, ou bien seulement pour les mondains en talons aiguilles. Cependant, les étrangers y sont souvent préférés aux Russes, parlez donc français si vous voulez augmenter vos chances. Dans tous les cas, il y a de nombreuses attractions à Octobre Rouge, si vous vous sentez d’humeur nocturne.

Lire aussi : Sept groupes russes populaires qui méritent d’être connus

« Les rares fois où l’on m’y a laissé rentrer ont été incroyables : le son est bon et clair même depuis la terrasse, l’atmosphère et les gens y sont charmants, témoigne Evgueni. Ils ramènent vraiment les meilleurs DJs à Moscou ».

1, quai Bolotnaïa, 11b. Station de metro Kropotkinskaïa.
+7 (495) 640-03-53

Page Facebook 

Pour plus d’idées pour égayer vos nuits moscovites, voici une autre sélection de bars et clubs animés que vous propose la capitale russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies