Dix artistes russes qui ont marqué l'histoire mondiale de l'art

Stephen Chung/Global Look Press
Nous revenons les plus brillants artistes du XIXe au XXIe siècles, qui sont devenus célèbres bien au-delà des frontières de la Russie

Karl Brioullov

Le Dernier jour de Pompéi par Karl Brioullov

L'un des meilleurs portraitistes russes, Brioullov a beaucoup voyagé à travers l'Europe, et a passé la majeure partie de sa vie en Italie. La gloire lui a été apportée par la toile monumentale Le Dernier jour de Pompéi. Longue de 6,5 mètres, la toile transmettait avec intensité le drame du moment de la destruction de la cité antique. La première présentation de la peinture à Rome a fait fureur. Puis l'image a été transférée au Louvre à Paris, et a reçu le premier prix du Salon de Paris de 1834. Elle a été offerte par la suite au tsar Nicolas Ier et est conservée au Musée russe de Saint-Pétersbourg. Brioullov a acquis une grande popularité grâce à ses portraits, un grand nombre d'entre eux ayant été commandés par la noblesse italienne. L'artiste a passé les dernières années de sa vie à Rome, dans la maison de son ami Angelo Tittoni, dont la famille a conservé une partie de l'héritage de Brioullov.

Vassili Verechtchaguine

La forteresse au mur.

Vassili Verechtchaguine - artiste, soldat, voyageur - ainsi était intitulé le livre publié par l'Association des artistes américains à l'occasion de sa première exposition aux États-Unis. Ces trois mots résument toute sa vie. Célèbre peintre de batailles et ethnographe, Vassili Verechtchaguine a participé à des campagnes militaires et a été témoin de ce qu'il a représenté sur ses toiles (il est mort en tant que soldat pendant la guerre russo-japonaise). Il doit sa gloire à de grandes expositions européennes et américaines qu'il organisa lui-même, en réfléchissant attentivement à la « scénographie » et en accompagnant ses peintures d'objets issus de ses voyages. Parmi les plus célèbres - l'exposition de la série Turkestan au Crystal Palace à Londres en 1873 et une exposition triomphale à New York en 1888, suivie d'une tournée de trois ans dans de grandes villes américaines (Chicago, Philadelphie, Boston, Saint-Louis et d'autres) avec une vente aux enchères en 1891, lors de laquelle 110 peintures ont été vendues.

Lire aussi : Vous n’avez qu’une heure? Les 10 œuvres de la Galerie Tretiakov à ne surtout pas rater

Léon Bakst

En 1909-10, Diaghilev apporta à Paris les ballets Shéhérazade et Cléopâtre. Leur succès assourdissant a pris de cours non seulement les danseurs, mais aussi de l'auteur des costumes et des décors, Léon Bakst. L'« Orient russe » avec son érotisme raffiné a migré de la scène aux salons à la mode - Bakst vendait des croquis au designer Paul Poiret, a mis à la mode les turbans, les pantalons bouffants et les perruques de couleur, et habillait la flamboyante Marquise Casati. La première du ballet a été suivie par une exposition au Louvre, plus tard entièrement achetée, et des commandes de portraits et de peintures des milliardaires américains Rothschild et Morganov. En 1914, la première exposition de ses œuvres aux États-Unis a eu lieu, passant avec succès de New York à Philadelphie.

Boris Koustodiev

Les Polenov par Boris Koustodiev

Créateur des tableaux les plus « russes » remplies de foires et de marchands à samovars, Koustodiev est devenu le seul artiste russe à recevoir une médaille d'or à la Biennale de Venise dans toute l'histoire de cette dernière. En 1907, le pavillon russe a été supervisé par l'impresario Serge Diaghilev. Grâce à lui, l'Europe a vu les meilleurs artistes russes de l'époque, mais c'est Koustodiev qui a reçu le prix le plus élevé. Le jury a été frappé par le portrait de la famille Polenov, qui est maintenant conservé au Belvédère à Vienne et le portrait du comte Ignatiev. L'étude pour ce dernier a pu être vue en mars pourrait à Maastricht lors de la foire TEFAF.

Vassili Kandinsky

Petits mondes IV par Vassili Kandinsky

L'inventeur de l'abstraction a partagé sa vie entre la Russie, l'Allemagne et la France. Ses principales réalisations sont associés à Munich - ici, il a étudié à l'Académie, a rejoint le groupe d'expressionnistes Cavalier bleu, a tenu sa première exposition en solo, et a enseigné à l'école d'art, et plus tard - au Bauhaus de Berlin. C'est d'ailleurs dans un musée de Munich que se trouve l'une des meilleures collections de ses travaux. Une autre collection importante, qui permet d'explorer l'émergence de l'art abstrait, se trouve au Musée Guggenheim à New York.

Lire aussi : Ballets russes: les artistes qui les ont rendus célèbres dans le monde entier

Kazimir Malevitch

Composition suprématiste avec plan en projection par Kazimir Malevitch

Le Carré noir de Malevitch, créé en 1915, est devenu un symbole de l'avant-garde et le manifeste du nouvel art où la ressemblance avec le monde réel n'est pas le principal critère. La procession triomphale du suprématisme inventé par Malevitch en dehors de l'URSS a commencé à la fin des années 1920 - une grande exposition de l'artiste a eu lieu à Varsovie, puis à Berlin. Les peintures qu'il a lui-même sélectionnées pour l'exposition ne sont pas retournées en Russie, et on peut maintenant les voir au musée Stedelik d'Amsterdam et au MoMA de New York. Malevitch reste l'artiste russe le plus cher - en 2008, sa Composition suprématiste a été vendue chez Sotheby's pour 60 millions de dollars.

Nikolaï Féchine

Douche par Nikolaï Féchine

Originaire de Kazan, peintre portraitiste virtuose ayant créé son propre style reconnaissable, Féchine était hostile à la révolution, et en 1923 a émigré aux États-Unis, où il a vécu et travaillé pendant 30 ans avec succès. À New York, il a organisé des expositions et trouvé de nombreux clients, parmi lesquels figuraient de grands collectionneurs et des célébrités. Ses œuvres sont conservées dans de nombreux musées américains et collections privées, et apparaissent régulièrement dans des ventes aux enchères à travers le monde.

Pavel Chelichtchev

Panier avec des fraises par Pavel Chelichtchev

Classique du modernisme, mystique, qualifié de « Dali russe », c'est l'un des plus brillants émigrants de l'ère révolutionnaire. Jusqu'à récemment, Chelichtchev était plus célèbre en Europe et en Amérique qu'en Russie. À New York, le MoMA détient environ 150 de ses œuvres, tandis que la Galerie Tretiakov de Moscou n'en possède qu'une seule, transférée sur volonté de l'artiste. Descendant d'une famille noble, il émigre à Berlin en 1920, puis s'installe à Paris avant, dans les années 1930, de se retrouver aux États-Unis. Une des premières à reconnaître son talent fut la légendaire Gertrude Stein - elle acheté son Panier avec des fraises et l'a accroché dans son appartement à côté de son Picasso favori. Les deux artistes ont de nouveau été comparés plus tard à Paris, et pas toujours en faveur de l'Espagnol. En Amérique, la gloire l'attendait - il réalisa des décors et des costumes pour les ballets de Balanchine, et peignit des portraits. La consécration vint avec une exposition personnelle au MoMA en 1942.

Lire aussi : Cinq peintures de Malevitch que vous n'aviez probablement jamais vues

Ilya Kabakov

Le représentant en chef du conceptualisme de Moscou et l'un des meilleurs artistes non officiels soviétiques, Kabakov a se traduire la vie quotidienne soviétique et l'absence totale de liberté dans un langage humain, clair et populaire partout dans le monde. А partir de la fin des années 1980, il a vécu à New York, et ses expositions personnelles ont été organisées dans le monde entier, y compris au MoMA à New York, au Centre Pompidou à Paris et à la Tate Gallery à Londres.

Gricha Brouskine

La renommée mondiale s'est littéralement abattue sur Brouskine avec un coup de marteau lors d'une vente aux enchères - en 1988, lors de la première et unique vente aux enchères de Sotheby's à Moscou, son Lexique fondamental a été adjugé pour la somme sans précédent pour l'art russe non officiel de 416 000 dollars. L'acheteur était Oscar Miloš Forman. Deux semaines plus tard, Brouskine était en Amérique, où, contrairement à l'URSS, ses expositions n'étaient pas interdites, mais, au contraire, activement montrées. Puis il a signé un contrat avec l'un des géants de la galerie marchande Marlborough, qui représente ses intérêts jusqu'à ce jour.

Jetez aussi un œil à ces images chéries qui ont aidé à définir l’identité nationale russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies