De Paris à New-York: dix grandes peintures russes à voir dans les musées du monde

Des artistes prolifiques nés en Russie remplissent les salles infinies des deux principaux musées d'art russes: la galerie Tretiakov et le Musée russe, aux côtés de nombreuses autres galeries. Mais même si vous ne prévoyez pas de visiter la Russie, vous pouvez toujours admirer la magie des peintures russes dans votre pays. Et voici notre guide pour savoir où les trouver.

Europe

Vladimir Borovikovski - Yelena et Alexandra Kourakine, 1802, Louvre, Paris

Au Louvre, vous pouvez rencontrer Chagall et Kandinsky à coup sûr, mais ce joli double portrait ne vaut pas moins le détour que les créations d'avant-garde. Borovikovski était un maître portraitiste, et a même peint l'empereur Paul Ier, mais ses œuvres les plus célèbres sont des représentations de jeunes femmes.

Erik Boulatov - Gloire au PCUS, 2003-2005, au Centre Pompidou, Paris

Boulatov est l'un des représentants du Sots Art, aux côtés de Komar et de Melamid. Ses expositions personnelles sont souvent organisées dans les plus prestigieuses galeries d'art du monde entier. Cette peinture tourne en dérision la devise populaire soviétique« Gloire au PCUS ».

Lire aussi : Avant-garde russe: pourquoi la nouvelle exposition du Centre Pompidou est-elle incontournable?

Natalia Gontcharova - Jardinage, 1908, à la Tate Modern, Londres

Gontcharova et son mari Mikhaïl Larionov ont été des pionniers de la peinture d'avant-garde russe, travaillant comme artistes avec les Saisons Russes de Diaghilev à Paris. Les peintures de Gontcharova peuvent maintenant être trouvées dans des galeries d'art partout dans le monde.

Olga Rozanova - Paysage urbain. Toits, 1912, au Stedelijk Museum Amsterdam

Le peintre abstrait Rozanova était une disciple de Malevich. Comme l'auteur du Carré noir, elle croyait au dessin sans objet et à la supériorité de la couleur sur la forme. Son principal chef-d'œuvre est Bande verte, et elle a également produit plusieurs croquis suprématistes. Le Stedelijk Museum Amsterdam possède une impressionnante collection d'œuvres de Rozanova, aux côtés d'autres créations d'artistes d'avant-garde.

États-Unis

Marc Chagall - Moi et le village, 1911, au Musée d'Art Moderne, New York

Né à Vitebsk (alors dans l'Empire russe, aujourd'hui en Biélorussie) mais résidant alors à Paris, le grand artiste d'avant-garde Marc Chagall s'est toujours tourné vers les images de sa ville natale dans son art - c'est une réflexion sur la vie en Russie.

Lire aussi : Dix musées privés de Moscou et Saint-Pétersbourg à ne pas rater

Kazimir Malevitch - Composition suprématiste : Blanc sur blanc, 1918, au Musée d'Art Moderne, New York

Malevitch fut l'un des premiers artistes à rejeter le réalisme. Se tournant vers des formes pures, il a inventé le suprématisme. Alors que sa plus célèbre peinture, le Carré noir, est accrochée au mur de la galerie Tretiakov de Moscou, son Blanc sur blanc plus tardif peut être vu à New-York.

Vassili Kandinsky - Improvisation 27 (Jardin de l'amour II), 1912, au Metropolitan Museum of Art, New York

Maître de la peinture abstraite, Kandinsky a donné naissance à un nouveau langage visuel. Ses compositions et improvisations sont largement représentées dans les musées du monde. Avec d'autres artistes russes émigrés et expressionnistes allemands, Kandinsky a fondé le groupe artistique du Cavalier bleu.

Dmitri Levitski - Portrait de Catherine la Grande, 1788, au Hillwood Museum&Gardens, Washington, D.C.

Cet artiste du XVIIIe siècle a créé une série de portraits de nobles et de femmes de son époque. Et il a réalisé l'un des portraits les plus reconnaissables de Catherine la Grande, représentée comme une dirigeante sage et juste. La couronne impériale et un buste de Pierre le Grand à gauche montrent que Catherine se voyait comme le successeur de ce grand empereur.

Lire aussi : Trésors perdus: comment les bolcheviks vendirent les œuvres des musées russes

La Mère de Dieu de Vladimir, XVIIIe siècle, au Musée d'Art Russe (TMORA), Minneapolis

Ce musée du Minnesota possède une vaste collection d'art russe, et propose constamment des expositions thématiques. L'icône de Notre Dame de Vladimir est une relique largement vénérée par les croyants orthodoxes russes et la perle incontestée de la collection du musée.

Vitali Komar et Alexander Melamid - Les origines du réalisme socialiste, 1983, au Zimmerli Art Museum, Université Rutgers, New Jersey

Les fondateurs du Sots Art, Komar et Melamid, se moquaient de tous les clichés de l'art officiel du réalisme socialiste, la seule forme d'art possible pendant l'austère période soviétique. Les deux artistes émigrèrent aux États-Unis et continuèrent à créer des tableaux inimaginables en Union soviétique.

En 2020, le musée de l’Ermitage, le musée Pouchkine et la galerie Tretiakov espèrent renouer avec le succès en exposant les trésors de la collection de Mikhaïl et Ivan Morozov à la Fondation Louis Vuitton à Paris. Pour en savoir plus, n'hésitez pas à vous diriger vers notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.