Vassili Kandinsky en six faits insolites

Картина с кругом. Кандинский 1911

Картина с кругом. Кандинский 1911

AFP/East News
Le 16 décembre marque le 150ème anniversaire de la naissance de ce grand artiste et théoricien de l’art, pionnier de l'art abstrait qui a révolutionné le monde de la peinture.

Vassili Kandinsky, Le Tableau avec cercle. 1911 Crédit : AFP/East NewsVassili Kandinsky, Le Tableau avec cercle. 1911 Crédit : AFP/East News

1. Des études supérieures de droit

Avant de se lancer sérieusement dans la peinture, Vassili Kandinsky fait des études de droit à l’Université de Moscou comme le souhaitent ses parents. Une fois son diplôme en poche en 1893, il y reste comme enseignant et trois ans plus tard, l’Université de Tartu (aujourd’hui en Estonie) l’invite en qualité de professeur de droit. Pourtant, Vassili Kandinsky, qui a alors 30 ans, décide de rompre avec la carrière juridique pour se consacrer entièrement à l’art.

2. Trouver l’inspiration dans la musique

Vassili Kandinsky. Crédit : AFP/East NewsVassili Kandinsky. Crédit : AFP/East News

Pour lui, la peinture a toujours été étroitement liée à la musique. C’est d’ailleurs l’impression produite sur Vassili Kandinsky par l’opéra Lohengrin de Richard Wagner qui le pousse à abandonner le droit. Dans son livre autobiographique Les Marches, il écrit : « Les violons, les basses profondes, mais surtout les instruments à vent incarnaient dans mes sensations toute la force de la nuit tombante, toutes mes couleurs, je les voyais dans mes pensées, je les avais devant mes yeux. Des lignes déchaînées, presque folles se dessinaient devant moi ». La musique l’inspirera toujours à  réaliser  des tableaux. Ainsi, à l’issue d’un concert d’Arnold Schönberg à Munich en 1911, il réalise Impression III (Concert) qui se trouve actuellement à la Städtische Galerie im Lenbachhaus à Munich.

3. Présenter la vie des palais

À la recherche d’un nouveau langage visuel, Vassili Kandinsky s’essaie à différents styles. En 1896, il est bouleversé par Les Meules de Claude Monet à Moscou. Plus tard, Anton Azbe, qui tenait une école de peinture à Munich où Vassili Kandinsky était venu étudier, le persuade de se tourner vers des touches distinctes et des couleurs pures.

Il se sent proche de l’art nouveau et du symbolisme, il présente la vie des palais, comme par exemple dans les Dames en crinolines de 1909 (à la Galerie Trétiakov). Après un voyage en Europe, ses œuvres s’imprègnent d’éléments du fauvisme et du mouvement nabi.

4. Traité de drogué et de fou

Les premières peintures abstraites de Vassili Kandinsky ont été précédées d’une simplification progressive et de la destruction de la forme dans les sujets habituels, ce qu’il a rodé non seulement dans la peinture, mais également dans la xylographie.

L’artiste présente son Étude pour Composition II (conservée au Musée Guggenheim de New York) en 1910, lors de la deuxième exposition de la Nouvelle union des artistes de Munich à laquelle il convie des peintres de différents pays, notamment Picasso, Braque et Van Dongen. Les critiques réagissent instantanément, en affirmant que le tableau a été réalisé par un fou ou par quelqu’un « sous l’emprise de la morphine ou du haschich ».

5. Auteur de la première œuvre abstraite au monde

Composition VII. Vassili Kandinsky.Composition VII. Vassili Kandinsky.La première œuvre non figurative de Vassili Kandinsky et la première œuvre abstraite du monde est le Tableau avec cercle (1911) conservé au Musée national géorgien à Tbilissi. Renonçant à tout sujet concret dans ses toiles, il introduit une nouvelle classification au sein des genres.

Les portraits, paysages et natures mortes traditionnels cèdent leur place aux « impressions », ces œuvres qui gardent un lien avec la nature, aux « improvisations », ces expressions spontanées et souvent inconscientes d’émotions et effets intérieurs, et aux « compositions », cette synthèse d’une forme externe et d’un contenu interne exprimée au moyen de la ligne et de la couleur.

6. Déranger l’esprit régnant en URSS

Vassili Kandinsky fut un peintre très prolifique. Rien que pendant la formation du langage abstrait, de 1909 à 1914, il créa deux cents tableaux et de nombreuses esquisses. Beaucoup ont été malheureusement perdus : en Union soviétique, ces œuvres étaient « exilées » dans les musées de province et stockées dans les réserves comme non conformes à l’esprit du réalisme socialiste ; dans l’Allemagne nazie, elles étaient proclamées « art dégénéré ».

Lire aussi :

Dix choses à savoir sur Piotr Kontchalovski, le « Cézanne russe »

La légendaire collection des princes Youssoupoff mise en vente à Paris

Le Carré noir sur fond blanc, un siècle de fascination

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer