Quatre conseils d'artistes russes qui créent des autocollants pour les applications de messagerie

Apple
Chouettes, chats et dragons envoyés à partir de nos téléphones peuvent générer un flux d'argent constant pour leurs créateurs. Voici comment faire vos propres autocollants (stickers) - si un bon coup de pinceau ou de stylet vous le permet, qu'attendez-vous?

Les autocollants mignons d'animaux et de créatures dans les applications de messagerie ne sont pas seulement une nouvelle façon d'ajouter cette couche supplémentaire d'émotion à votre texte - certains d'entre eux sont devenus des personnages avec leurs propres produits et autres sources d'argent hors ligne.

Tout comme les simples autocollants, ils peuvent permettre de gagner de l'argent à leurs créateurs. Nous nous sommes assis avec trois artistes russes récemment apparus dans l'AppStore américain pour découvrir leurs secrets afin de créer un ensemble d'autocollants qui se démarque du lot.

1. Comprenez la demande

Les magasins d'autocollants sont bourrés de cerfs, d’huîtres, de koalas très mignons, et on y trouve même de la nourriture animée : il n'est donc pas facile de trouver une idée originale qui sera téléchargée et appréciée par le public. Vous devez donc sortir des sentiers battus.

Lire aussi : Combiner peinture et photographie, crédo miraculeux d'une fantaisiste artiste sibérienne

Evgueni Tkatch, de Saint-Pétersbourg, indique qu'il surfe juste sur les attentes du public pour trouver un personnage mignon, sérieux ou effrayant. C'est ainsi qu'il a inventé Max le Husky pour iMessage. « J'ai réalisé que la plupart des gens réagiraient à un husky », dit-il.

Alexandra Zoutto

Proposer un personnage n'est en aucun cas facile. « Ce qui prend le plus de temps est de s'asseoir et de s’y mettre, et puis ça démarre, explique Alexandra Zoutto de la ville de Tcheliabinsk. Une idée doit se former au plus profond de votre esprit, et c'est tout, ensuite vous ne pouvez plus vous en débarrasser, et vous devez la voir aboutir ».

2. Trouvez les émotions justes

Chaque autocollant d'un ensemble correspond normalement à une émotion différente - pour Tkatch, le plus grand défi consistait à décrire son personnage de nombreuses façons différentes.

« Vous devriez avoir une vague idée de la gamme d'émotions qui sont potentiellement possibles avec le personnage », dit-il. De son côté, il utilise une technique inventée par Walt Disney : il pose un miroir sur son bureau et fait des grimaces devant lui, essayant de les capturer instantanément.

Lire aussi : Comment Gosha Rubchinskiy a conquis Paris, New York et Ekaterinbourg

Zoutto utilise son propre enfant à ces fins. En outre, elle essaie de canaliser ses propres émotions : « Vous pouvez dessiner rapidement et sans réfléchir. Vous devez éteindre votre cerveau autant que possible ».

Un autre artiste, Ilia Kazakov, originaire de Moscou, pense que le fait de bien ressentir les émotions relève de l'expérience. « J'ai dessiné des tas de personnages, ils semblent être nés de leur propre chef. Par exemple, il est facile de représenter le rire. Mais il y a des émotions plus abstraites, comme +je ne veux rien+ », dit-il.

Ilya Kazakov

3. Ne réfléchissez pas trop

Étonnamment, Il faut souvent « éteindre son cerveau » pendant ce genre de dessin créatif.

Tkatch admet que ses premiers croquis pourraient ressembler à quelque chose de griffonné par un enfant. La raison est qu'il les dessine si rapidement que son cerveau laisse sa main errer librement - sans trop guider. En conséquence, ces croquis initiaux s'avèrent les plus expressifs, explique Tkatch.

Lire aussi : Ces comptes Instagram russes qui vous mèneront dans un monde aussi onirique qu'effrayant

Zoutto est d'accord pour dire que le moment le plus cool du dessin est lorsque vous éteignez presque complètement votre conscience. Pour elle, c'est comme si un être incroyable à l'intérieur d'elle-même prenait le dessus.

Elle se souvient d'un de ces moments qui se sont produits lorsqu'elle a réalisé l'illustration d'un emballage pour une marque de vin artisanal australien basée sur un ensemble de goûts et de sensations. « C'était l'expérience la plus cool, c'était comme un accès de synesthésie, quand vous essayez de la ressentir », dit-elle. Son travail a été salué par les clients qui ont dit qu'ils pouvaient vraiment ressentir cette sensation, ce sentiment qui met l'eau à la bouche.

Lire aussi : Quand les designers russes s'attaquent aux carlingues d'avions

4. Trouvez l'inspiration... ou surmontez son absence

Tkatch dit qu'il ne peut tout simplement pas se permettre un blocage créatif. « Soit cela arrive rapidement, soit vous vous asseyez et essayez de faire votre travail en déployant des efforts, à travers la sueur et les larmes », dit-il en haussant les épaules.

Evgueni Tkatch

Prendre l'air frais pour se vider la tête et rechercher de l'inspiration ne fonctionne pas dans son cas. Zoutto, cependant, dit que se promener sans rien faire aide à surmonter le blocage. « On dirait que le cerveau utilise ce temps pour s'adapter au travail, et ensuite il suffit de s'asseoir, sans rater le moment, et de commencer à faire quelque chose immédiatement. Alors tu ne peux plus t'arracher à ta création », explique-t-elle.

Kazakov abonde dans ce sens : « Il n'y a pas de secret comme regarder les œuvres d'autres artistes, et puis ça vient tout à coup... En réalité, beaucoup de petites choses se réunissent et forment un tout, et vous obtenez quelque chose de spécial ».

Saviez-vous comment le cyrillique conquiert-il le monde grâce au talent d’un calligraphe russe ? Pour en savoir plus, n'hésitez pas à vous diriger versnotre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies