Dix affiches de films soviétiques d’avant-garde qui rendraient jaloux Hollywood

L’avant-garde russe et soviétique a fortement marqué le paysage culturel du pays et ce, dans les domaines les plus divers. Au cinéma, mêmes les affiches reflétaient la brillante esthétique révolutionnaire de l’ère pré-stalinienne. En voici quelques remarquables exemples.

Couverture du livre Affiches de films de l’avant-garde russe

Les affiches publicitaires et de propagande soviétiques, ainsi que celles réalisées pour le cinéma, sont extrêmement populaires. Elles sont exposées à travers le monde entier et sont proposées à l’achat lors des plus grandes ventes aux enchères.

Mikhaïl Dlougatch, affiche pour Sa carrière, 1928

En Californie, Susan Pack, qui travaillait autrefois dans la publicité, collectionne les affiches rares de films depuis les années 70 et en possède certainement l’une des plus impressionnantes collections au monde.

Anonyme, affiche pour Esther de Salem, 1929

Récemment, la maison d’édition allemande TASCHEN a publié un recueil d’affiches de l’avant-garde russe et soviétique en anglais, allemand et français.

Nikolaï Prousakov, affiche pour Premier cornet Strechnev, 1928

L’ouvrage comprend 250 affiches des années 20 et 30 tirées de la collection de Susan Pack et « capturant l’énergie culturelle de l’ère pré-stalinienne ». La sélection inclut des œuvres de 27 artistes différents.

Bildunterschrift: Anton Lavinski, affiche pour Miss Mend, 1927

Comme le souligne l’éditeur, les artistes représentés dans ce livre « ont collectivement rejeté le glamour d’Hollywood pour des images plus austères, plus saisissantes, et même plus provocatrices, souvent marquées par des angles inhabituels, des compositions dynamiques et des gros plans surprenants ».

Smoliakovski, affiche pour Le convoyeur de la mort, 1933

L’avant-garde russe et soviétique est un style artistique authentique qui a commencé à se développer au début du XXe siècle. Cette forme d’art, nouvelle et révolutionnaire, a renversé les traditions classiques et académiques. Les artistes ayant mené ce mouvement prônaient la liberté dans tous les sens du terme.

ZIM, affiche pour Spartakiadе, 1927

La poésie, l’architecture, le cinéma, les beaux-arts et le théâtre, tout était repensé par les artistes avant-gardistes. Il y avait plusieurs tendances majeures : le futurisme, le cubo-futurisme, le suprématisme, l’abstractionnisme et le constructivisme. Mais pour certains, ils devraient tous être considérés comme un seul et uniquement mouvement culturel.

Nikolaï Prousakov, affiche pour Cinq minutes, 1929

Les expositions concernant l’avant-garde soviétique sont très populaires à l’étranger, mais de nombreuses contrefaçons circulent. La récente controverse du Musée des beaux-arts de Gand, en Belgique, où des œuvres notamment de Malevitch et de Kandinsky, confiées par un collectionneur privé, ont vu leur authenticité être remise en cause, illustre bien ce problème.

Nikolaï Prousakov et Grigori Borisov, affiche pour Voyage vers Mars, 1926

Les expérimentations cinématographiques d’avant-garde en URSS sont liées à des noms de réalisateurs tels que Dziga Vertov (notamment son film L’Homme à la caméra), Sergueï Eisenstein, Alexandre Dovjenko, Lev Koulechov etc.

Anatoly Belski, affiche pour La Pipe du communard, 1929

La fin des années 1920 est considérée comme la fin de la période d’or de l’art soviétique, ce qui correspond à l’arrivée au pouvoir de Joseph Staline. Il a alors déclaré que l’art moderniste était nocif pour le peuple soviétique, et a élevé le réalisme socialiste au rang de nouvelle idéologie culturelle du pays.

L’architecture est un autre brillant reflet de l’avant-garde soviétique. Découvrez quelques surprenants bâtiments moscovites issus de ce mouvement.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies