Safy Nebbou: «Le cinéma russe est souvent un cinéma très engagé»

Getty Images
Le Festival du cinéma russe de Honfleur fête cette année son 25e anniversaire avec un riche programme de films inédits en France. Le jury est cette fois présidé par nul autre que le réalisateur français Safy Nebbou. La veille de l’ouverture de cet événement attendu par les cinéphiles et les professionnels du cinéma, il s'est confié à Russia Beyond sur son rapport à la Russie et son extraordinaire expérience de tournage en Sibérie.

Comment vous êtes-vous retrouvé à la tête du jury du Festival du cinéma russe à Honfleur ? Connaissez-vous le cinéma russe actuel ou cela sera-t-il une découverte pour vous ?

Je pense que les organisateurs m’ont proposé de présider ce jury surtout parce que j’ai fait un film franco-russe, qui se passe sur le lac Baïkal, Dans les forêts de Sibérie, qui est sorti l’année dernière. Je connais très bien le cinéma russe et je l’apprécie, à la fois actuel et passé, je suis de très près ce qui se fait. Il y a notamment un metteur en scène que j’aime beaucoup, Andreï Zviaguintsev. Pour moi il est le plus grand metteur en scène pour le moment. J’ai adoré ses Léviathan, Faute d’amour, le Retour et d’autres films. Et au-delà du cinéma classique, des films de Mikhalkov, Tarkovski, Lounguine, Kontchalovski et autres, c’est le cinéma que je connais assez bien.

Quel est votre regard sur le cinéma russe ? Comment le qualifieriez-vous ?

Le cinéma russe aujourd’hui est souvent un cinéma évidemment politique, d’une manière ou d’une autre, c’est souvent un cinéma très engagé. Même quand on est dans la comédie, on n’est pas loin de la satire, quand on est dans le drame, on est dans le drame comme peuvent être dramatiques les Slaves. Il y a bien sûr tout un cinéma un peu kitch russe, qu’on voit moins dans les festivals internationaux, mais il y a un jeune cinéma russe extrêmement brillant, extrêmement attentif, politique, engagé, qui est de plus en plus intéressant.

Lire aussi : Honfleur: un quart de siècle avec le cinéma russe

Est-ce important d’avoir un festival comme celui de Honfleur pour diffuser le cinéma russe ?

Je pense, peu importe le lieu : Honfleur a fait un énorme travail sur la diffusion d’un cinéma russe de très haute qualité. J’ai remarqué que le festival russe à Londres a quasiment la même programmation que le festival de Honfleur de cette année. Je crois que ce festival a une équipe extrêmement exigeante, qui fait un travail extraordinaire, à la fois de précision et de recherche de ce qui se fait de mieux en Russie. C’est une chance pour nous, Français, de pouvoir attendre ce cinéma-là à travers ce festival et c’est aussi une chance pour les films, qui sont parfois sans distributeurs et qui ont là une fenêtre possible et des sorties envisagées grâce à Honfleur.

Qu’est-ce qui vous a poussé à faire un film sur les aventures de Sylvain Tesson ?

J’ai envie de dire : l’aventure elle-même, la sienne, que je trouve très forte et très belle. J’ai trouvé que la démarche de Sylvain Tesson - de sortir, de se décaler de la foule et de partir seul en Sibérie vivre dans une cabane - est une démarche extrêmement universelle et qui pouvait résonner en chacun de nous, car chacun de nous peut se poser la question un jour de faire une pause et d’essayer de retrouver l’immensité, comme il le dit, la solitude, le froid, la nature. Le livre m’avait touché pour ça, il m’a rapidement donné envie de faire un film.

Lire aussi : La quête des grands espaces

C’était votre première rencontre réelle avec la Russie ?

C’était la première fois, je suis rentré en Russie par la Sibérie. J’ai changé d’avion à Moscou pour partir directement à Irkoutsk et après cinq heures en voiture je me suis retrouvé sur le lac Baïkal. C’était vraiment une immersion et j’ai pris conscience plus tard, en allant à Moscou, à Saint-Pétersbourg et ailleurs, que beaucoup de Russes n’ont jamais été en Sibérie. Depuis je suis allé en Russie une dizaine de fois.

Qu’est-ce qui vous a le plus impressionné lors de ce tournage ?

Ce qui impressionne, forcément, c’est le lac Baïkal : 636 kilomètre de long, cette masse glacée, gelée, sur laquelle on peut rouler, marcher, patiner, c’est de toute beauté, comme disent les Sibériens – la perle de Sibérie. J’ai été fasciné par ce lieu, l’environnement, les gens, comment à chaque saison de certaine manière s’organisait la vie autour de ce lac. J’ai aimé la simplicité des gens là-bas, les Sibériens sont très ouverts, très généreux. J’ai aimé ce sentiment d’être au bout du monde. J’avais un peu peur : la Sibérie peut raisonner comme Goulag, il y a quelque chose, qui fait peur, ça doit être le froid etc. Et ce n’est pas du tout ce que j’ai rencontré : c’est un bel endroit où il y a énormément d’ensoleillement avec une réverbération du lac qui a une lumière magnifique.

Lire aussi : «Il y a deux pays forts en satire: la Russie et la France»

Techniquement, ce n’était pas évident, probablement ? Il n’y a pas beaucoup d’infrastructures dans ces lieux ?

Evidemment, mais il y a des régions en France, où il n’y a pas beaucoup plus d’infrastructures, que sur le lac Baïkal. Il y a de quoi se nourrir, de quoi être hébergé, c’est assez modeste, mais cela fait partie du voyage, c’était cohérent avec le projet. On a beaucoup travaillé avec les Russes sur place, la moitié de l’équipe était russe, le film est à 50% en langue russe. Au niveau des caméras, son et autre, il y a eu un travail de préparation en amont à Paris, notamment, on a plongé le matériel en chambre froide, pour le faire descendre à moins 40, afin de pouvoir anticiper et trouver des solutions techniques. On n’est pas arrivé comme des touristes, nous avons longuement préparé ce tournage.

Est-ce que ce voyage a changé votre appréciation de la Russie ?

En Russie, la Sibérie a une place à part, j’oubliais par moment que j’étais en Russie. J’étais en Sibérie, sur le lac Baïkal et les problématiques de Moscou ou de Saint-Pétersbourg paraissent très loin là-bas. On est au milieu du monde, il y a quelque chose d’universel, d’intemporel aussi. La Sibérie c’est essentiellement de la nature et quelques aventuriers. C’est beaucoup d’espace, d’espaces vierges, et c’est un luxe aujourd’hui de trouver des espaces vierges comme ça.

Lire aussi : Les huit étoiles montantes du cinéma russe

Qu’attendez-vous de ce festival ?

J’attends du festival la même chose que j’attends quand je rentre dans une salle de cinéma – d’être ému, d’être touché, d’être interpellé et d’être agacé, d’être rassuré. La pire chose qui puisse m’arriver, c’est l’ennui, comme dans la vie. Et la meilleure chose qui puisse nous arriver - c’est de grandir, grandir à travers un cinéma, une culture, une autre langue. J’y vais avec beaucoup de plaisir et de désir.

Propos recueillis par Maria Tchobanov

La 25e édition du festival se tient du 21 au 26 novembre. Pour découvrir le programme, veuillez suivre le lien qui suit.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer