À Nice, la Russie fait son cinéma

Global Look Press
Du 19 au 23 septembre, la 5e édition du Festival du cinéma russe se tiendra à Nice avec au programme les trésors du Fonds national des archives cinématographiques de Russie (Gosfilmofond): des chefs-d’œuvre du cinéma soviétique ainsi que des films plus récents, inédits en France ou présentés en avant-première, dont les séances se tiendront en présence des réalisateurs, d’acteurs et de spécialistes du cinéma.

Cette 5e édition du Festival, lancé en 2013 à l'initiative du Gosfilmofond de Russie et de la Ville de Nice, ainsi que sous l'égide de Gérard Depardieu, rendra un hommage particulier au cinéaste Andreï Kontchalovski, à son parcours artistique et à son univers cinématographique. En août dernier, le maître, devenu de son vivant un classique, a fêté ses 80 ans.

Le public français l’a découvert en 1979 au Festival de Cannes, où il présentait la trilogie Sibériade, une œuvre révolutionnaire pour le cinéma soviétique, qui a reçu le Grand prix spécial du jury.

Paradis.

En 2016, son dernier film Paradis a obtenu le Lion d’argent du meilleur réalisateur à la Mostra de Venise. Il ouvrira le festival de Nice en avant-première de sa sortie nationale en France, qui aura lieu en novembre prochain. Ce film en noir et blanc raconte une histoire qui se déroule pendant la Deuxième Guerre mondiale. 

Paradis.

Olga, aristocrate russe immigrée, est arrêtée lors d’une rafle des nazis pour avoir caché des enfants juifs. Jules, un collaborateur français,  s'occupe de son dossier. Olga lui plaît et il semble prêt à adoucir sa situation de détenue en échange de relations intimes. Pour échapper aux tortures, Olga est prête à tout, mais son espoir d'être libérée disparaît rapidement, car les événements prennent une tournure inattendue.

Le nid de gentilshommes.

Le programme du festival propose également le film de Kontchalovski de 1969 Le nid de gentilshommes, d'après le roman éponyme d'Ivan Tourgueniev.

L'année riche en anniversaires

D'autres grands jubilés sont célébrés par le festival cet année : 300 ans de la visite de Pierre le Grand en France, 100 ans de la révolution russe de 1917 et 20 ans du jumelage de Nice et de Saint-Pétersbourg.

Pour retracer la vie et l’œuvre du premier tsar russe européanisé, la Cinémathèque de Nice invite les festivaliers à voir l’œuvre de Vladimir Petrov Pierre le Grand (1937), film des studios Lenfilm en noir et blanc en deux parties.

Pierre le Grand.

Le thème de la révolution bolchevique sera représenté par deux films légendaires : Octobre (1927) de Sergueï Eisenstein et Tchapaev (1934), des frères Vassiliev.

Octobre, tourné pour le 10e anniversaire de la révolution d'octobre, est la dernière partie de la trilogie cinématographique (La grève, Le cuirassé Potemkine, Octobre) d’Eisenstein. Ce fut le projet le plus important du cinéma soviétique des années 20. L'équipe de tournage avait à sa disposition des ressources et des pouvoirs sans précédent pour cette époque.

Tchapaev.

Adaptation du livre de Dmitri et Anna Fourmanov parlant d'un héros de la Guerre civile, un légendaire commandant bolchevik, le film Tchapaev a joui d'une immense popularité en URSS, où il a été vu par 30 millions de spectateurs.

Tchapaev.

Dans une salle du cinéma Saturne à Leningrad, le film a été projeté tous les jours pendant deux ans. Impressionné par le film, Ossip Mandelstam a écrit deux poèmes dans lesquels sont mentionnés le film et ses épisodes. Au 1er festival du film de Moscou en 1935, dont le jury était présidé par le grand Sergueï Eisenstein, les créateurs de Tchapaev ont reçu le premier prix.

Pour honorer l’amitié entre Nice et Saint-Pétersbourg, une comédie romantique et lyrique moderne baptisée Piter FM d’Оksana Bytchkova (2006) est proposée au public. L’histoire se déroule à Saint-Pétersbourg et met majestueusement en scène cette ville, surnommée la Venise du Nord.

Piter FM.

Les tout derniers films au programme

Parmi les ouvrages contemporains, le public découvrira la superproduction la plus onéreuse de l'histoire du cinématographe russe, le film Viking (2016) d’Andreï Kravtchouk. 

Viking.

Le film est inspiré de la Chronique des temps passés, les annales du XIIe siècle. Dans la Russie médiévale l’époque est aux lourdes épées et aux sombres lois du sang. Après l’assassinat de son frère, le jeune prince Vladimir est poussé à l’exil sur la mer gelée de Suède pour échapper à son demi-frère Yaropolk, le traître.

Viking.

Ceux qui s'intéressent au thème de l’exploration de l'espace apprécieront le film Le temps des premiers (2017) de Dmitri Kisselev où les deux rôles principaux sont joués par les vedettes russes Evgueni Mironov et Konstantin Khabenski.

Le temps des premiers.

Ceux qui s'intéressent au thème de l’exploitation de l'espace, apprécieront le film Le temps des premiers (2017) de Dmitri Kisselev où les deux rôles principaux sont joués par les vedettes russes Evgueni Mironov et Konstantin Khabenski.

Le temps des premiers.

En pleine guerre froide, deux superpuissances, l'URSS et les Etats-Unis, rivalisent dans la course pour la conquête de l'espace. L'URSS est en tête, et c’est le moment de la sortie de l'homme dans l'espace. Quinze jours avant l'événement, un vaisseau expérimental explose, sans laisser le temps d’en chercher la cause. Les risques sont immenses mais les Russes ne peuvent pas céder le leadership. 

Le temps des premiers.

Pavel Beliaev, pilote de chasse expérimenté, et son coéquipier Alexeï Leonov, jeune « tête brûlée » rêvant d'un exploit, sont tous les deux prêts à franchir le pas. Mais personne ne pouvait prévoir comment se déroulerait la mission. Le temps des premiers sera projeté en avant-première lors de la cérémonie de clôture en présence de l’équipe du film.

Le temps des premiers.

Au total, 13 films de fiction et 2 documentaires, ainsi que 3 dessins animés long-métrage sont prévus au programme du festival.

Les projections se déroulent dans deux salles :

Cinémathèque de Nice
3 Esplanade Kennedy - 06300 Nice
Тел.: 04 92 04 06 66
www.cinematheque-nice.com

Cinéma Pathé Masséna
31 Avenue Jean Médecin - 06000 Nice

Lire aussi :

Quand les films russes défraient la chronique

Quatre raisons d’aller voir le nouveau film Hostages

Les huit étoiles montantes du cinéma russe

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.