En images: les lieux les plus inaccessibles et sublimes de Russie capturés par un blogueur

Sergueï Dolia
Les photos Instagram de Sergueï Dolia ressemblent plus à des paysages d'autres planètes qu'à des lieux de Russie, ce qu'ils sont en réalité.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les premiers voyages de l'homme d'affaires prospère Sergueï Dolia ont été des déplacements professionnels. Il a alors tant aimé voir la Russie et le monde qu'il s’est finalement organisé pour gérer son entreprise à distance. Il a commencé à voyager de plus en plus, et s'est sérieusement intéressé à la photo et à la vidéo. Sans surprise, Dolia est rapidement devenu l'un des blogueurs de voyage les plus populaires du segment russe d’Internet.

En 2014, il a effectué son voyage le plus long et le plus difficile à ce jour – l'expédition « Russie », en voiture, qui a débuté à Astrakhan (nord de la mer Caspienne) et s'est terminée à Vladivostok (Extrême-Orient). La tâche était ambitieuse : pendant deux mois, l'équipe a tracé le mot « Russie » sur la carte du pays à l'aide du GPS des automobiles. Depuis 2019, Sergueï anime également une émission de voyage à la télévision.

Nous avons demandé à ce voyageur, photographe et présentateur de télévision de nommer ses endroits préférés en Russie. Il a distingué les trois premiers : le Manpoupounior, le désert des Sables de Tchara et l’île Wrangel.

Commençons dans l'ordre. Peu de Russes ont entendu parler du Manpoupounior, probablement à cause de son inaccessibilité. Ces colonnes rocheuses sont situées dans la République des Komis et il est possible de s'y rendre soit au cours d'une randonnée de 8 jours, soit par hélicoptère depuis Perm ou Oukhta.

Sergueï rêvait depuis longtemps de visiter cet endroit, mais il lui a fallu trois essais pour y parvenir, les deux premières tentatives ayant échoué à cause du brouillard et du mauvais temps. Le mot « Manpoupounior » lui-même se traduit de la langue du peuple mansi par « petite montagne des idoles ». Se dressait ici autrefois une haute montagne, mais en raison de l’érosion par les vents et les précipitations, ne demeurent que sept énormes piliers, chacun de la hauteur d'un immeuble de 13 étages.

Le blogueur pense qu'il s'agit du site naturel le plus exceptionnel de Russie et compare son ampleur au Grand Canyon américain ou à la Grande Barrière de Corail australienne.

D'ailleurs, ce ne sont pas les seuls « vestiges » rocheux en Russie – et beaucoup ont également été capturés par l'objectif de Sergueï Dolia. Au Tchoukotka, par exemple, il existe des rochers inhabituels similaires, on les appelle « kekour », un mot très probablement originaire de la langue des Nénètses et désignant un type de hauteur du relief.

Que pensez-vous de cette œuvre « architecturale » de la nature – l'arche du cap Velikan, sur l'île de Sakhaline ?
Des gardiens de pierre veillent sur la rive de la rivière Kotouïkan, sur le plateau d’Anabar de la péninsule arctique du Taïmyr (région de Krasnoïarsk).
Au Kamtchatka, l’on trouve une formation de basalte appelée arche de Steller.
« Les Trois Frères » dans la baie d'Avatcha, au Kamchatka, sont un véritable symbole de Petropavlovsk-Kamtchatski, la capitale régionale.
D’ailleurs, du côté opposé de la Russie, sur la péninsule de Kola, frontalière de la Finlande et de la Norvège, est situé un autre site surnommé « Les Deux Frères ».

Le deuxième endroit le plus incroyable de Russie, selon Sergueï Dolia, sont les Sables de Tchara. Peu de gens les connaissent aussi. Il s’agit du désert le plus septentrional et le plus petit du monde, s’étendant en Transbaïkalie.

Ce lieu est séparé de la civilisation par une rivière et un marécage infranchissables, si bien qu'on ne peut s'y rendre que durant une fenêtre de quelques semaines en automne ou au printemps. Au bord du désert se trouve une forêt de conifères, et du haut des dunes, l’on peut voir des cimes montagneuses enneigées. Un paysage incroyable.

La neige dans un désert est un phénomène peu commun, mais assez courant ici. Les dunes locales ont rappelé à Sergueï les plis d’une couverture. Les dunes sont plutôt hautes et « pointues », ce qui les rend assez difficiles à grimper en véhicule tout-terrain.

Lire aussi : Les Sables de Tchara, ce mini-désert russe qui défie l’imagination

Un autre des voyages les plus mémorables de Sergueï en Russie a été son périple sur l'île Wrangel, dans l’Arctique : « Cela fait 5 ans que j'ai rendu visite aux ours polaires, mais je m'en souviens encore ».

Au-delà du cercle polaire arctique, vous pouvez vivre une expérience inhabituelle : poser le pied sur la banquise. Il est ici fréquent de voir des morses ou des ours polaires. « Aussi étrange que cela puisse paraître, les gens ressentent souvent plus d'émotions du simple fait de débarquer ici qu'en rencontrant des baleines ou les morses et ours, écrit Sergueï sur son Instagram. Apparemment, c'est une chose d’observer, et une autre de réaliser que vous êtes debout au milieu de l'océan sur un petit bloc de glace avec personne d'autre que vous ».

Sergueï a également observé des ours polaires au Tchoukotka. Il raconte à ses lecteurs des faits intéressants sur ces animaux. « En fait, l'ours polaire est noir. Sa peau est noire pour qu'elle se réchauffe mieux les jours de soleil. Sa fourrure n'est pas blanche, mais transparente. Chaque poil est comme une petite paille pour cocktail. Il ne paraît blanc qu'en apparence, mais avec l'âge, il peut devenir jaune, voire vert, à cause des algues unicellulaires qui obstruent les poils creux ».

Au Kamtchatka, ce sont des ours bruns qui l’attendaient. La péninsule est généralement considérée comme la terre des ours (ils y seraient environ 20 000), et bien que les voyageurs s'attendent à en voir partout, il est parfois difficile de les repérer.

L'un des ours a été très effrayé par cette rencontre. « Apparemment, il nous a vus avant que nous ne le voyions et a détalé. Plusieurs fois, il a essayé de prendre d'assaut une paroi verticale pour s'éloigner de la mer, mais en vain », raconte Dolia. S'arrêtant quelques minutes pour prendre une photo de loin, Sergueï et son groupe sont partis, pour ne plus déranger le quadrupède.

Sur les îles Chantar, Sergueï a accidentellement rencontré un ours dans la forêt... C'était une rencontre inattendue et plutôt effrayante. Il n'avait ni sifflet ni arme sur lui. Mais tout s’est bien terminé, l'animal s'est enfui dans les bois.
Au cours de tous ses voyages, aucun animal sauvage ne semble avoir échappé au regard de Sergueï. Les baleines de Tchoukotka, par exemple, et même de différents types : grises et à bosse.
Il a d’ailleurs pu capturer sur l'île Wrangel comment une baleine à bosse se nourrit.
Là-bas, il a en outre rencontré des macareux cornus et huppés, oiseaux insolites.
Et sur les îles du Commandeur, dans l'océan Pacifique, ce sont des nuées de mouettes qui ont accompagné son bateau de croisière.
Ces îles abritent également des loutres de mer – animal à la fourrure la plus abondante.
Sur la côte de Tchoukotka, Sergueï a découvert la plus grande colonie de morses qu'il ait jamais contemplée.

Les morses vivent en grands groupes. « Pendant que tout le troupeau est couché et dort, il y a toujours plusieurs sentinelles en poste, qui surveillent la situation autour. Lorsqu'un prédateur – ours polaire, orque ou humain – s'approche, les sentinelles se mettent à rugir bruyamment », écrit Sergueï. Au fait, les morses du Pacifique sont plus grands que ceux de l'Atlantique. La science ignore par contre à quoi servent leurs défenses. « Une fois, j'ai vu un morse enfoncer ses défenses dans la banquise pour ne pas être emporté par un vent violent et par les vagues », raconte cependant Dolia.

Dans les îles Kouriles, il a rencontré une bande de phoques curieux.
Et puis ce magnifique renard.

« Quel est le plus beau pays ? La Russie, bien sûr ! Et je ne vous dis pas cela en tant que patriote, mais en tant que personne qui a fait le tour de la majeure partie de notre planète, confie Sergueï. Voyager en Russie n'est pas toujours facile et simple, mais si vous parvenez à sortir des sentiers battus par les foules, vous pouvez tirer un plaisir incroyable de ce que vous voyez ».

Et maintenant, juste pour le plaisir justement, quelques autres photos incroyables de la beauté de la Russie, prises par Sergueï Dolia, sans commentaire.

Kamtchatka
Abords de l’Elbrous
Volcan Ouchichir (Kouriles)
Île Itouroup (Kouriles)
Plateau de Poutorana

Dans cet autre article, nous vous présentions sept blogueurs qui vous feront voyager à travers la Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies